Environnement | Accueil Val de Marne (94) Ile-de-France | 01/09
Réagir Par

Eau potable: le Sedif déploie des « oreilles » pour réduire les fuites d’eau de son réseau

Eau potable: le Sedif déploie des « oreilles » pour réduire les fuites d’eau de son réseau © Fb

Pour diminuer les fuites d’eau des canalisations, le Sedif, syndicat intercommunal en charge de l’approvisionnement en eau potable de 80 communes de l’agglomération parisienne (mais pas de Paris) installe des « oreilles » sur son réseau. Reportage à l’usine Pépin de Choisy-le-Roi.

Les fuites sont un phénomène récurent sur les réseaux complexes de conduites souterraines et, dans les canalisations du Sedif (syndicat des eaux d’Île-de-France), ce-sont des dizaines de millions de mètres cubes d’eau courante qui n’arrivent pas jusqu’au robinet des franciliens.

Après plusieurs années d’investissements et le remplacements réguliers des vieilles canalisations à l’occasion des opérations de voiries réalisées par les collectivités, le syndicat et son délégataire de services Véolia ont atteint un rendement de 90% et espèrent désormais aller plus loin en installant des «oreilles» tout le long de ce réseau de 8700 kilomètres.

A l’usine Edmond Pépin à Choisy-le-Roi, un agent de Véolia Eau d’Île-de-France réalise un diagnostic d’une canalisation d’eau devant des élus locaux. Concrètement, il s’agit d’écouter les variations sonores pour détecter une fuite. Après avoir posé deux balises émettrices radio à quelques mètres de distance, un agent analyse cette variation du niveau sonore à l’aide d’un moniteur. Une détection qui s’effectue à pied.

«La stratégie consiste à découper notre réseau pour avoir une vision plus fine, nous avons appelé cela la sectorisation. Dans un premier temps, de 2015 à 2019, nous avons réalisé des études hydrauliques, des tests d’étanchéité et des vérifications. Désormais en phase deux jusqu’en 2024, nous posons des débitmètres, créons des chambres de comptage ou installons de nouvelles vannes», explique un responsable du Sedif.

Un investissement de 20 millions d’euros, qui représente environ 0,03% de nos coûts d’exploitation et fait économiser environ un jour de consommation annuelle, n’est pas seulement motivé par les déperditions d’eau évitées mais aussi une meilleure régularité de la qualité de service. C’est par exemple grâce à ces capteurs à haute fréquence de débit que l’opérateur a pu identifier l’origine de coupures d’eau intempestives dans un quartier d’Argenteuil. Après investigation, il s’est avéré qu’une impressionnante variation de pression était causée par les tirages nocturnes d’un centre aquatique, provoquant une fâcheuse de baisse de pression chez les foyers voisins. Un problème résolu par l’installation d’un variateur sur la vanne libérant l’eau pour la piscine.

Abonnez-vous pour pouvoir télécharger l'article au format PDF. Déjà abonné ? Cliquez ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi