Politique locale | Accueil | 28/10
Réagir Par

Fontenay-sous-Bois: pugilat Facebook et plaintes d’élues à propos d’un hommage à Samuel Paty

Fontenay-sous-Bois: pugilat Facebook et plaintes d’élues à propos d’un hommage à Samuel Paty © CD

Quelques minutes avant le début de la séance plénière du Conseil départemental du Val-de-Marne, le 19 octobre dernier, le groupe LR a déposé un vœu pour dénoncer l’attentat et la “barbarie islamiste”. Les élus de la majorité n’ont pas pris part à ce vote, s’estimant pris au dépourvu. En a suivi une polémique fontenaysienne qui risque de finir au tribunal avec deux plaintes en diffamation.

«L’obscurantisme n’aura jamais raison de la liberté et de l’école républicaine», déclarait Christian Favier (PCF), président du Conseil départemental du Val-de-Marne, en préambule de Commission permanente des élus le lundi suivant l’assassinat du professeur de Conflans-Sainte-Honorine, Samuel Paty, avant de faire observer une minute de silence à sa mémoire. En fin de séance plénière du Conseil départemental, le vœu présenté par Déborah Münzer et Paul Bazin au nom du groupe d’opposition Val-de-Marne Autrement n’a toutefois pas fait l’unanimité, la majorité refusant de le voter.

Voir le voeu

Le vœu visait à témoigner du soutien du Conseil départemental aux proches de la victime ainsi qu’au corps enseignant, et dénonçait également «les discours de personnalités publiques et d’associations remettant en cause les principes fondamentaux de notre droit», appelant le gouvernement «à agir contre les thèses, discours et actes de l’islam radical» et proposant plusieurs mesures comme la fermeture de lieux de culte salafiste ou l’expulsion d’étrangers en situation irrégulière fichés pour radicalisation.

Surpris par ce vœu qui avait été rajouté peu de temps avant la séance, le groupe majoritaire a demandé une suspension de séance pour se concerter. Une dizaine de minutes plus tard, les élus PCF, LFI, FG et socialistes sont revenus pour indiquer qu’ils ne prendraient pas part au vote, ne pouvant se prononcer sans s’y être préparé à un vœu sur un sujet d’une telle gravité. En ne prenant pas part au vote, les conseillers départementaux n’ont toutefois pas fait obstacle à l’adoption du texte à l’unanimité.

“Le groupe LR regrette que les élus de la majorité socialo-communiste aient refusé de prendre part au vote sur une question aussi importante”, a commenté le groupe d’opposition le lendemain tandis que le groupe communiste publiait sa propre déclaration pour condamner “l’extrémisme religieux”.

Déballage sur Facebook

L’affaire en restée là si elle n’avait dégénéré sur Facebook. Suite à cette séance, Brigitte Chambre-Martin (LR), conseillère municipale d’opposition à Fontenay-sous-Bois, en a fait écho sur sa page, interpellant Sokona Niakhaté et Gilles Saint-Gal, les deux élus FG-PCF du canton.

Au Conseil Départemental, le jour même où #fontenaysousbois rendait hommage à #SamuelPaty. ‼️Les élus de la majorité…

Publiée par Brigitte Chambre Martin sur Mardi 20 octobre 2020

De quoi déclencher plusieurs commentaires critiquant le positionnement des conseillers départementaux de Fontenay-sous-Bois et dénonçant une complaisance. Sokona Niakhaté est elle-même intervenue pour condamner «une polémique politicienne de la haine» et expliquer «[qu’]un vœu sur ce sujet se construit collectivement ». En quelques commentaires, le point Godwin (le moment où l’on se traite de facho) est rapidement atteint, avant même quelques dérapages, en partie supprimés depuis.

Deux plaintes en diffamation

Résultat des courses : deux plaintes en diffamation, déposées par les deux élues fontenaysiennes, Sokona Niakhaté puis Brigitte Chambre-martin.

«Je suis avocate et je veux maintenant laisser la justice faire son travail dans le calme. J’ai simplement posé une question à un moment grave de notre histoire et désormais me voilà profondément heurtée dans la vie publique, mon honneur et ma vie privée. A Fontenay-sous-Bois, personne ne nous demande notre avis lorsque la majorité dépose des vœux sur table au dernier moment. Pour moi, c’est une grosse récupération politique pour les départementales», dénonce en retour l’élue d’opposition.

«Sur ma page Facebook, je supprime les attaques même contre des adversaires politiques. Je n’accepte pas d’être accusée de complicité de cet acte de barbarie perpétré contre Samuel Paty. En agissant ainsi, Mme Chambre-Martin me livre aux loups. Je suis en train de faire des démarches pour obtenir une protection fonctionnelle et j’ai porté plainte en diffamation contre cette élue ainsi que deux auteurs de commentaires», témoigne la maire-adjointe.

Abonnez-vous pour pouvoir télécharger l'article au format PDF. Déjà abonné ? Cliquez ici.
8 commentaires pour Fontenay-sous-Bois: pugilat Facebook et plaintes d’élues à propos d’un hommage à Samuel Paty
Ajouter une photo

N'envoyez que des photos que vous avez prises vous-même, ou libres de tout droit. Les photos sont publiées sous votre responsabilité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi