Politique | Accueil Val de Marne (94) Ivry-sur-Seine | 02/06
Réagir Par

Fusion Bouyssou-Sebaihi à Ivry-sur-Seine: l’effet boomerang qui suscite la colère

Fusion Bouyssou-Sebaihi à Ivry-sur-Seine: l’effet boomerang qui suscite la colère

La liste du maire sortant Philippe Bouyssou (PCF) accueillera Sabrina Sebaihi (EELV) et quelques colistiers écologistes au second tour des municipales, au grand dam des autres colistiers. Constituée pour battre la municipalité communiste, l’alliance EELV, LFI, PS, Génération Ecologie et MRC-GRS encaisse un violent effet boomerang.

Refuser la reconstruction de l’incinérateur, freiner les constructions, changer de gouvernance, tels étaient les principaux arguments de cette liste de gauche plurielle pour faire campagne contre le maire sortant, scellant la rupture entre les communistes et leurs partenaires insoumis et écologistes, après le départ des socialistes en 2014.

Lire : Municipales à Ivry-sur-Seine: PS, LFI et EELV s’unissent pour dégommer le PCF

Privé de ses partenaires traditionnels, le maire sortant (PCF soutenu par Génération.S, Ensemble et la formation locale CCI) prend acte et compose une liste d’ouverture à la société civile, fléchant un tiers des places éligibles à des citoyens non encartés, désignés lors d’un vote public. (Voir précisions à ce sujet dans l’actu à chaud 69). Une démarche d’intégration de la société civile prévue dès le départ – et qui aurait de toutes façons réduit le nombre des élus des partis partenaires dans la majorité.

Un score de 1er tour décevant pour la coalition autour de Sabrina Sebaihi

La stratégie d’union autour de la candidate EELV s’avère toutefois un échec, avec un score à peine plus important que celui du seul mouvement écologiste aux Européennes de 2019. De son côté, Philippe Bouyssou se voit quasi réélu dès le premier tour avec près de 49% des voix. Voir ci-dessous le rappel des résultats.

Liste conduite parVoix% inscrits% exprimés
M. Philippe BOUYSSOU (LCOM)557019,2848,65
Mme Sabrina SEBAIHI (LVEC)25318,7622,10
M. Sébastien BOUILLAUD (LDVD)15695,4313,70
Mme Rachida KAAOUT (LREM)14004,8412,22
Mme Brenda LABAT (LEXG)2210,761,93
Mme Gisèle PERNIN (LEXG)1570,541,37

Fusionner pour rassembler ?

Avec un score pareil, le maire n’a pas besoin de fusionner. En regardant les choses à plus long terme toutefois, laisser prospérer une telle coalition d’opposition pourrait avoir des effets négatifs lors des scrutins suivants, des départementales 2021 aux prochaines municipales. Et puis, ce score permet d’aborder la négociation sans risque. L’édile, lui, défend sa démarche sur la base du rassemblement. « Les écologistes comme les insoumis étaient pleinement parties prenantes de notre majorité et il était de ma responsabilité morale de faire une offre de rassemblement », insiste le maire communiste. Pas question en revanche de faire place au PS, qui a rejoint les rangs de l’opposition depuis 2014. Ni de laisser revenir Mourad Tagzout, ancien conseiller délégué LFI et suppléant de la députée Mathilde Panot. La sortie de ce dernier dans un article du Monde, concernant une « indulgence vis-à-vis de l’indigénisme » dont serait coupable le maire sortant, na toujours pas été digérée. Philippe Bouyssou frappe donc à la porte de Sabrina Sebaihi pour lui proposer une alliance respectant ces conditions. Une proposition qui ne peut que susciter l’ire d’une partie des colistiers mais qui arrive à son terme avec la tête de liste.

Résultat de la négociation : 5 places dont 3 en position éligible et 2 en position charnière, et un poste d’adjointe. Un deal loin de faire l’unanimité au sein de l’équipe Sebaihi, très majoritairement hostile à cette fusion et qui n’exclut pas un recours juridique pour s’y opposer.

Incompréhension des colistiers

« Attaché·es au pluralisme républicain et aux valeurs démocratiques que nous avons défendues ensemble à travers le programme solidaire, écologique et citoyen porté par Ivry Demain, un tel accord est inacceptable et nous n’envisageons pas de renoncer à notre combat politique. Nous ne pouvons pas accepter que le débat au conseil municipal soit réduit à un face à face entre l’alliance de la section locale du PCF et CCI menée par Philippe Bouyssou, et les forces de droite représentées par LR et LREM. Nous refusons que l’alternative républicaine, sociale et écologiste soit réduite au silence. Cet état de fait est porteur de lourds dangers pour l’avenir de notre ville. Notre projet politique et la confiance que les électrices et les électeurs nous ont manifestée lors du premier tour des élections municipales nous obligent à nous battre pour le maintien de notre liste. Après le résultat du premier tour dont la portée politique interroge au regard de l’abstention record, ces tractations en catimini, indécentes dans un moment où les citoyen·nes sont traumatisé·es par la crise sanitaire et sociale, nous obligent à prendre nos responsabilités. Si Sabrina Sebaihi, tête de liste Ivry Demain, accepte la proposition de fusion avec la liste de Philippe Bouyssou, au seul nom d’EELV, nous utiliserons tous les moyens à notre disposition, politiques et juridiques, pour dénoncer un tel accord et empêcher cette fusion qui va à l’encontre de la position de trois organisations politiques sur les quatre représentées sur cette liste, ainsi que de la majorité des candidat·es. », préviennent les colistiers* dans un communiqué commun.

*Sylvie Abours, Jubaid Ahamed, Ali Riza Algul, Catherine Basset-Dron, Francis Bernard, Loïc Metayer, Alexandra Mortet, Marianne Quelen, Yoann Saccoccio, Colette Spire, Mourad Tagzout, Simon Veissière pour La France insoumise.
Sandrine Bernard, Sigrid Baillon, Marc Correia, François Crestaux, Christine Fessenmeyer, Hélène Masse-Dessen, Thérèse Pourriot pour le Parti socialiste.
Michel Lesens pour la Gauche Républicaine et Socialiste et le Mouvement Républicain et Citoyen.
Evelyne Lesens pour Europe Écologie Les Verts.
Saveria Colosimo, Shafira Dhamoune-Le Jeannic, Farah Dremont, Florian Koeltz, Laurent Monfret,Françoise Pierrard, Lionel Soufflet, Bertrand Thin pour les citoyen·nes non-encarté·es.

Pour l’heure, Sabrina Sebaihi n’a pas donné suite à nos demandes d’interview. Sa position complétera cet article dès qu’elle se sera exprimée.

Pas de fusion au centre et à droite

A droite, Sébastien Bouillaud (LR) a re-déposé sa liste à l’identique, soutenue par LR et le Modem. « Nous avons privilégié la clarté en conservant notre liste et notre programme, sachant que nos scores ne nous permettaient pas d’envisager une victoire au second tour. Cela permet de préserver la pluralité politique », défend la tête de liste qui considère la fusion Bouyssou-Sebaihi comme une trahison des électeurs et une réduction du débat démocratique.

De son côté, Rachida Kaaout, candidate LREM soutenue par l’UDI, dénonce également une trahison. « Ce sont les habitants d’Ivry-sur-Seine qui paient les pots cassés pour préserver le confort de quelques élus disqualifiés par un tel comportement indigne », analyse la tête de liste qui repartira le 28 juin avec la même équipe.

Abonnez-vous pour pouvoir télécharger l'article au format PDF. Déjà abonné ? Cliquez ici.
18 commentaires pour Fusion Bouyssou-Sebaihi à Ivry-sur-Seine: l’effet boomerang qui suscite la colère
Ajouter une photo

N'envoyez que des photos que vous avez prises vous-même, ou libres de tout droit. Les photos sont publiées sous votre responsabilité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi