Education | Val de Marne | 28/01
Réagir Par

Grèves et blocages des lycées: le recteur de Créteil minimise la mobilisation

Grèves et blocages des lycées: le recteur de Créteil minimise la mobilisation © Fb

Les épreuves anticipées du bac perturbées dans la moitié des lycées du Val-de-Marne? Pas de quoi s’inquiéter pour le recteur de l’Académie de Créteil qui affichait ce lundi matin une belle sérénité en conférence de presse, mettant la mobilisation sur le compte des « lycées sélectifs ».

Refus de choisir les sujets et grève des surveillances à Eugène Delacroix (Maisons-Alfort), Romain Rolland (Ivry-sur-Seine), Jean Macé (Vitry-sur-Seine), Condorcet (Saint-Maur), Langevin Wallon et Louise Michel (Champigny), report des épreuves à Gutenberg (Créteil), Christophe Colomb (Sucy), blocages et reports à Mistral (Fresnes), à D’Arsonval (Saint-Maur)… Sur 19 lycées du département chargés de faire passer les épreuves communes de contrôle continu du bac, la moitié sont mobilisés contre ces E3C. Une agitation inhabituelle de « lycées sélectifs » selon le recteur. « C’’est étonnant de trouver des établissements comme le lycée Mistral de Fresnes, ou d’Arsonval à Saint-Maur-des-Fossés qui sont plutôt sélectifs, quand cette réforme du baccalauréat avec les E3C va dans le sens de davantage de justice sociale. Auparavant, seuls les lycéens visant des classes préparatoires, des BTS ou des DUT se souciaient du contrôle continu », pointe le recteur qui s’est refusé à préciser et objectiver les informations concernant les lycées faisant l’objet de blocages et de grèves de surveillance. Une liste plus exhaustive aurait pourtant permis de constater qu’il n’y a pas que les lycées « sélectifs » qui sont concernés dans le département…

Gestion du changement

Histoire-géographie, langues vivantes et mathématiques pour les voies générales et technologiques. Voilà les trois premières épreuves sur lesquelles les élèves de première doivent être évalués en ce début d’année. Au printemps puis à la fin de l’année scolaire, il seront à nouveaux testés sur ces matières et obtiendront ainsi une note qui comptera dans l’obtention finale de leur baccalauréat au titre de l’E3C, les épreuves communes en contrôles continu anticipées. Un changement qui ne passe pas auprès d’un certain nombre d’enseignants.

Lire : L’empêchement des épreuves anticipées du bac 2020 s’organise en Val-de-Marne

«Je comprends que tout changement de système puisse entraîner un certain nombre de questionnements mais regardons Parcoursup. Des améliorations et des correctifs ont été apportés et aujourd’hui, pour sa deuxième année d’existence, c’est bien installé dans le paysage», insiste Daniel Auverlot.

« Le but du jeu n’est pas de piéger les élèves »

Parmi les griefs opposés par les organisations syndicales, parents d’élèves et lycéens, la question des sujets revient régulièrement. Comme les établissements ont une fenêtre d’environ trois semaines pour programmer les E3C, il est en effet possible que des sujets d’examen fuitent. «Beaucoup de bêtises circulent sur la banque de sujets. Elle en contient plusieurs centaines. Il y a peu de chances que les établissements choisissent les mêmes. L’année prochaine, ces sujets d’examens seront en accès libre tout le temps puisque le but du jeu n’est pas de piéger les élèves mais bien de les évaluer sur des notions qui correspondent à ce qu’ils ont appris en classe», réagit le recteur. Dans les lycées où les enseignants ont refusé de choisir les sujets, le recteur indique que des inspecteurs de l’éducation nationale ont consulté les cours dispensés aux lycéens pour choisir les sujets à la place des enseignants.

Au cours des deux prochaines semaines, les 84 autres lycées de l’académie vont à leur tour organiser les épreuves. Que se passera-t-il si de nouveaux blocages interviennent ? «Il faut que tout soit terminé d’ici les vacances d’hiver (8 février) parce que les commissions académiques pour harmoniser la notation se réunissent début mars. Je pars de l’idée que le personnel d’éducation est rationnel, que les parents d’élèves sont responsables et que tout se passera comme prévu, autrement, pour le coup, il y aura une rupture d’égalité», enjoint le recteur.

Abonnez-vous pour pouvoir télécharger l'article au format PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi