Politique | Val-de-Marne | 27/01
Réagir Par

Guillaume Gouffier-Cha, super rapporteur général de la réforme des retraites

Guillaume Gouffier-Cha, super rapporteur général de la réforme des retraites

Le système de retraite universel, le député LREM du Val-de-Marne, Guillaume Gouffier-Cha le défendait déjà lorsqu’il était au PS. L’élu de 33 ans a été désigné rapporteur général de la réforme. Un super rapporteur qui travaillera avec six autres. Explications et interview.

Elu en 2017 dans la sixième circonscription du Val-de-Mare (Saint-Mandé, Vincennes, Fontenay-sous Bois), Guillaume Gouffier-Cha n’est pas arrivé comme un bleu à l’Assemblée nationale. L’ancien secrétaire de la section PS de Vincennes connaissait déjà l’hémicycle en tant que collaborateur parlementaire du député Jean-Jacques Bridey (également ex-PS) avant de rejoindre le cabinet de Jean-Yves Le Drian. Désigné trésorier du groupe LREM à sa constitution, il a enchaîné depuis les rôles de coordination, de “whip” comme LREM les a déclinés en France. Ces responsables sont chargés d’assurer la coordination et le consensus sur un projet de loi au sein de leur groupe, pour veiller à ce que tout le monde suive. L’élu vincennois jouera ce rôle pour la délégation au droit des femmes puis pour la loi fonction publique et encore lors du Grenelle des violences conjugales.

Sur la question des retraites, il rejoint d’abord les Ambassadeurs de la retraite, un groupe de députés Modem et LREM qui planchent sur la question en amont de la préparation de la réforme, en charge plus particulièrement de l’égalité femmes-hommes. A l’époque, le rapporteur général pressenti est Laurent Pietraszewski, député nordiste de 56 ans qui a été notamment rapporteur du projet de loi de ratification des ordonnances sur la réforme du code du travail. Mais en décembre, ce dernier doit reprendre au pied levé le poste de secrétaire d’Etat pour porter le projet au sein du gouvernement, suite au départ précipité de Jean-Paul Delevoye après les révélations concernant son omission de déclaration de mandats.

A l’installation de la commission ce mardi soir, c’est donc Guillaume Gouffier-Cha qui endossera le rôle du rapporteur général. “Je vois cela comme une reconnaissance de mon travail à la fois sur les retraites et de mes différents rôles de coordination”, réagit le parlementaire trentenaire.

Sept rapporteurs

Dans cette mission, l’élu ne sera pas tout seul. D’abord parce que la loi comprendra deux volets, une loi organique (qui complète la constitution) et une loi ordinaire. Loi loi organique aura donc son propre rapporteur, Olivier Véran, également ex-PS. La loi ordinaire, elle, sera également portée par cinq co-rapporteurs, Jacques Maire, Corinne Vignon, Carole Grandjean côté LREM, Paul Christophe (Agir) et Nicolas Turquois (Modem), chacun dédié à une thématique en particulier. “Mon rôle sera de coordonner les travaux entre les rapporteurs et d’assurer la relation avec tous les groupes politiques et avec le gouvernement”, explique Guillaume Gouffier-Cha.

Une mission sous tension… “Je vais essayer de faire en sorte que les débats soient les plus sereins possibles pour pouvoir échanger sur le fond”, se projette le parlementaire qui a fermé sa permanence locale pour se consacrer plein temps au projet.

LFI dénonce une trahison des idéaux socialistes

D’ores et déjà, La France Insoumise de Fontenay-sous-Bois a réagi à la nomination du député. “Comment un ancien membre du Parti socialiste peut-il à ce point fouler aux pieds ce qui fut l’un des combats de Jaurès ? Comment peut-il assumer de détruire ce qui est un des conquis les plus essentiels de la gauche française ? Comment peut-il assumer de légiférer contre l’une des plus grandes – si ce n’est la plus grande – grève de l’histoire de la Ve République ? Comment peut-il passer en force contre une opinion publique qui confirme, semaine après semaine, son opposition majoritaire à ce projet ? Comment celui qui s’est ridiculisé en plateau télé, tout début janvier, par sa méconnaissance du dossier peut-il être nommé à cette fonction ?”, tacle LFI dans un communiqué.

Une réforme de “centre gauche” pour le député

“Depuis 2008, je défends un système de retraite universel. C’est une idée qui vient du centre gauche. Aujourd’hui, le système est illisible et les citoyens n’ont pas les mêmes droits par rapport à la retraite. 24% ne perçoivent pas l’intégralité de ce qu’ils devraient car le système est trop complexe et il y a 42% d’écart entre les retraites des hommes et celles des femmes”, défend le parlementaire qui reconnaît s’être“emmêlé les pinceaux” sur un plateau de LCI fin décembre, à propos de 25 meilleures années actuellement prises en compte. Sur la mobilisation massive des enseignants qui s’inquiètent d’une diminution drastique de leur pension, le député insiste sur la garantie de maintenir les niveaux minimum de 2600 – 2700 euros par mois et sur le projet à venir de revalorisation des salaires. Concernant la rébellion des avocats, le député indique que la hausse des cotisations de 14 à 28% sera compensée par une baisse équivalente de la CSG et que la caisse de solidarité interne à la profession sera maintenue. “42 régimes de retraite, cela reflète une société corporatiste”, renvoie le député. Au-delà de LFI et des autres partis d’opposition, c’est d’abord au Conseil d’Etat que le rapporteur va devoir coordonner la réponse, alors que l’institution a étrillé la version de la réforme présentée en Conseil des ministres vendredi.

Débat en février, premier vote début mars

C’est ce mardi 28 janvier que sera installée la commission à l’Assemblée nationale. Les travaux en commission commenceront eux début février avant une lecture dans l’hémicycle à partir du 17 février. Le vote, lui, est attendu la semaine du 3 mars. La loi devra ensuite être étudiée par le Sénat.

Abonnez-vous pour pouvoir télécharger l'article au format PDF. Déjà abonné ? Cliquez ici.
Un commentaire pour Guillaume Gouffier-Cha, super rapporteur général de la réforme des retraites
Ajouter une photo

N'envoyez que des photos que vous avez prises vous-même, ou libres de tout droit. Les photos sont publiées sous votre responsabilité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi