Politique | Accueil Val de Marne (94) Ile-de-France | 18/08
Réagir Par

Ile-de-France: les maires de gauche dégainent leur plan face à la crise sanitaire

Ile-de-France: les maires de gauche dégainent leur plan face à la crise sanitaire
Test covid19 en Ile-de-France : Voir la page

Dans un « livre blanc » d’une trentaine de pages publié sous l’égide de la Fondation Jean Jaurès, une trentaine de maires ou anciens maires de gauche en Ile-de-France, à l’initiative d’une Coordination «bouclier anti-Covid» des maires franciliens (COMIF) conduite par l’édile socialiste alfortvillais Luc Carvounas, détaillent la manière dont leurs communes ont fait face à la crise sanitaire, et prônent une « résilience territoriale » dans un manifeste de 15 propositions.

Parmi les bonnes pratiques, les élus citent notamment les cellules de veille téléphonique et même des permanences de soutien psychologique, l’approvisionnement et la distribution de masques parfois avec l’aide des habitants, l’aide financière et la distribution de colis alimentaires ou fruits et légumes aux plus démunis, la suspension du stationnement résident payant, les appels et visites aux seniors et personnes isolées, la promotion des commerces locaux et la facilitation logistique pour qu’ils puissent continuer à vendre durant le confinement, le développement de l’offre culturelle en ligne, la sécurisation sanitaire des espaces publics comme les marchés et rues principales (signalétique, police municipale, consignes précises…), l’encouragement de l’entraide entre habitants, la réactivité dans la mise à disposition des informations pratiques, l’adaptation des centres municipaux de santé…

S’ils se félicitent de leurs actions, les élus dénoncent parallèlement des dysfonctionnements du côté de l’Etat, jugé trop « rigide ». Les élus dénoncent 10 défaillances allant d’un nombre insuffisant de réunions de pilotage avec les préfets à la pénurie de masques en passant par la gestion des protocoles sanitaires pour rouvrir les écoles.

Silicon Valley de l’écologie, bureaux du temps, revenu universel

Dans un manifeste de 15 propositions, les 27 élus signataires* s’engagent à à ce que 10% de leurs agents puissent télé-travailler un jour par semaine, à équiper les agents en vélo électrique, à créer des stocks sanitaires mutualisés, à développer les circuits alimentaires courts, à créer des réserves citoyennes locales…

Ils demandent en contrepartie à l’Etat un « Cadre national dérogatoire activable en cas de crise grave, élaboré entre l’État, ses opérateurs et les collectivités locales », une compensation des pertes de recettes fiscales des villes et territoires subies en 2020 et 2021, un plan de relance qui passe par le local, une aide postale pour les libraires indépendants, un accompagnement numérique des collégiens.

Au niveau francilien, les élus réclament un « campus mondial de la transition écologique » pour créer une « Silicon Valley de l’écologie ». A plus long terme, ce Comif demande une réflexion plus globale sur l’aménagement des espaces partagés (coworking, salles associatives..) ainsi qu’une réflexion sur « l’organisation du temps de vie » sur le modèle des « bureaux du temps » déjà testés dans certaines communes. La dernière proposition est celle d’un revenu minimum universel pour les 18-25 ans.

*Les élus signataires : Luc Carvounas (maire d’Alfortville) ; Christian Métairie (maire d’Arcueil) ; Régis Charbonnier (maire de Boissy-Saint-Léger) ; Sylvine Thomassin (ancienne maire de Bondy) ; Patrick Douet (maire de Bonneuil-sur-Marne) ; Hélène de Comarmond (maire de Cachan) ; Jean-Paul Jeandon (maire de Cergy-Pontoise) ; Maud Tallet (maire de Champs-sur-Marne) ; Rafika Rezgui (maire de Chilly-Mazarin) ; Olivier Klein (maire de Clichy-sous-Bois) ; Laurent Cathala (maire de Créteil) ; Jean-Philippe Gautrais (maire de Fontenay-Sous-Bois) ; Marie Chavanon (maire de Fresnes) ; Jean-Pierre Blazy (maire de Gonesse) ; Lionel Benharous (maire des Lilas) ; Laurent Baron (maire du Pré-Saint-Gervais) ; André Yuste (maire de Lognes) ; Michel Lebouc (maire de Magnanville) ; Olivier Thomas (maire de Marcoussis) ; Patrick Jarry (maire de Nanterre) ; David Ros (maire d’Orsay) ; Paul Miguel (ancien président du Territoire « Paris Vallée de la Marne ») ; Gilles Bord (maire de Pontault-Combault) ; Stéphane Raffali (maire de Ris-Orangis) ; Patrick Haddad (maire de Sarcelles) ; Stéphane Blanchet (maire de Sevran) ; Jean-Claude Kennedy (ancien maire de Vitry-sur-Seine)

Télécharger la note

Lire tous nos articles sur le thème Coronavirus en Val-de-Marne

A lire aussi sur le thème Coronavirus en Val-de-Marne

Test Covid-19 à Montreuil: le Centre municipal de santé victime de son succès

Affluence maîtrisée au centre de dépistage Covid-19 de La Défense

Tests Covid-19: à Bagnolet, le laboratoire ne compte plus ses heures

Covid-19 et handball: polémique sur le remplissage des tribunes à Créteil

Le Conseil départemental du Val-de-Marne vote une rallonge budgétaire de crise

Baromètre du coronavirus en Ile-de-France: point au 19 octobre

Abonnez-vous pour pouvoir télécharger l'article au format PDF. Déjà abonné ? Cliquez ici.
Test covid19 en Ile-de-France : Voir la page

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi