Emploi | Accueil Val de Marne (94) Ile-de-France | 27/04
Réagir Par

Ile-de-France: le vrai chômage bondit en mars

Ile-de-France: le vrai chômage bondit en mars

Le coup d’arrêt de pans entiers de l’économie le 18 mars, même s’il a été amorti par des mesures de chômage technique (dit chômage partiel), a malgré tout fait repartir à la hausse le « vrai » chômage, celui qui passe par la case Pôle Emploi.

Au niveau national, le nombre de demandeurs d’emploi inscrits à Pôle emploi en catégorie A (sans aucune activité même partielle) a ainsi enregistré sa plus forte hausse , + 7,1%, d’un mois sur l’autre, depuis le début de la comptabilisation dans sa forme actuelle, en 1996. Le nombre de demandeurs d’emploi en activité réduite longue (catégorie C) diminue en revanche. L’ensemble des chômeurs tenus de rechercher un emploi (Catégories A,B,C) augmente pour sa part de 3,1 %, la seconde plus forte hausse après avril 2009, détaille la Dares (direction des études et statistiques du ministère de Travail).

Au niveau trimestriel, les chiffres sont plus lissés. Ainsi en Ile-de-France, le nombre total d’inscrits tenus de rechercher un emploi (catégories A,B,C qui incluent ceux qui n’ont aucune activité (A), ceux qui ont une activité courte réduite (B) et ceux qui ont une activité longue réduite) a augmenté de 0,5% entre le dernier trimestre 2019 et le premier trimestre 2020, passant de 974 630 à 979 290 personnes. Le nombre de chômeurs (A,B,C) reste néanmoins inférieur de 1,6% par rapport au premier trimestre 2019 (995 380). Comme au niveau national, le différentiel entre l’augmentation des inscriptions à Pôle Emploi (+3%) et la diminution des sorties (-8,3%) explique l’augmentation du nombre de chômeurs.

Détails par département d’Ile-de-France

Détails de l’évolution par département d’Ile-de-France

Dans tous les départements d’Ile-de-France, le chômage baisse d’une année sur l’autre. Il augmente au premier trimestre 2020 dans tous les départements sauf les Hauts-de-Seine.

Source : Direccte Ile-de-France – Infographie 94 Citoyens

Plus d’entrées, moins de sorties

Cette hausse s’explique à la fois par une augmentation des personnes qui se sont inscrites à Pôle Emploi suite à un licenciement ou un contrat non renouvelé (+5,5%) mais aussi par une très forte baisse des sorties du chômage (-29%), la majorité des recrutements prévus ayant été suspendus.

Evolution du nombre d’entrées et de sorties de Pôle emploi, par département en Ile-de-France

Abonnez-vous pour pouvoir télécharger l'article au format PDF. Déjà abonné ? Cliquez ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi