Emploi | Accueil Val de Marne (94) Ile-de-France | 25/06
Réagir Par

Ile-de-France: une trentaine de magasins La Halle sans repreneur

Ile-de-France: une trentaine de magasins La Halle sans repreneur © Make

Alors qu’au moins 230 magasins de La Halle, dont une trentaine en Ile-de-France, ne devraient pas de trouver de repreneur dans le cadre de la reprise de l’enseigne actuellement en redressement judiciaire, l’intersyndicale menace de faire grève ce samedi pour réclamer une prime d’accompagnement au départ des salariés qui seront licenciés.

« Bien que l’enseigne disposerait d’une trésorerie de 120 millions d’euros seuls 35 millions seront consacrés au PSE qui doit permettre la survie d’au moins 3 000 salariés et de leurs familles », dénonce l’intersyndicale CFE-CGC – CFTC – CGT- FO-SUD qui exige « que les familles des 3 000 salariés, à 70% des femmes à temps partiel, pour beaucoup avec des dizaines d’années d’anciennetés au sein de La Halle, aient le droit de continuer à vivre dans la dignité grâce à la négociation d’un PSE digne et juste. »

Le 20 juin déjà, une grève a été suivie dans 400 des 830 magasins de la chaîne. La discussion autour du PSE (Plan de sauvegarde de l’emploi) dot se poursuivre ce vendredi.

Beaucoup d’offres mais qui ne couvrent pas tout le réseau

Pour l’heure, 25 offres ont été déposées au Tribunal de Commerce de Paris pour sauver jusqu’à 607 des 830 magasin. « Le problème est que certaines offres se chevauchent car les repreneurs sont parfois intéressés par les mêmes magasins », indique un porte-parole de l’intersyndicale. Le principal repreneur est le groupe breton Beaumanoir (Cache-Cache, Bonobo, Bréal, Morgan, Vib’s) qui propose de reprendre 362 magasins dont 326 resteront exploités sous l’enseigne La Halle et 36 sous l’enseigne Vib’s, le concept multi-marques du groupe qui propose à la fois du Cache-Cache, du Bonobo et parfois du Bréal. Les conditions de reprise par le groupe malouin inquiètent à ce stade les syndicats, à la fois sur des aspects financiers mais aussi en raison de sa demande de faire lever l’interdiction de revente des magasins avant 2 ans. D’autres groupes ont déposé des offres comme Chaussea qui propose de reprendre 158 unités, Besson Chaussures qui s’est montré intéressé par 60 magasins et encore Gemo prêt à racheter 20 points de vente. Viennent ensuite des enseignes à l’activité différente, qui ne seraient intéressées que par les murs, à l’instar du grossiste en linge de maison Côte d’Amour ou des supermarchés Lidl. Le dépôt des offres est ouvert jusqu’au lundi 29 juin.

Une trentaine de magasins sur le carreau en Ile-de-France et 80 % des salariés du siège

En Ile-de-France, ce-sont une trentaine de magasins qui n’ont actuellement pas de repreneur en vue, répartis dans chacun des départements. Quant au siège parisien, il perdrait 400 de ses 500 employés, selon l’intersyndicale. En termes d’emplois concernés, les magasins de chaussure (en carré sur la carte) représentent en moyenne 3 salariés tandis que les mixtes chaussure et vêtement (en rond sur la carte) représentent entre 5 et 6 salariés, détaille-t-on à l’intersyndicale.

Voir ci-dessous la carte des magasins avec ou sans reprise en Ile-de-France et dans Paris

Lire aussi :

Abonnez-vous pour pouvoir télécharger l'article au format PDF. Déjà abonné ? Cliquez ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi