Municipales | Accueil Val de Marne (94) Vitry-sur-Seine | 09/02
Réagir Par

Insultes, étranglement, plaintes… municipales tendues à Vitry-sur-Seine

Insultes, étranglement, plaintes… municipales tendues à Vitry-sur-Seine

A quelques semaines du premier tour des municipales, les altercations entre militants se multiplient sur les marchés. A Vitry-sur-Seine, la séance de tractage de ce samedi 8 février a donné lieu au dépôt de trois plaintes au commissariat pour diffamation, tentative de vol et étranglement. Ambiance.

A Vitry-sur-Seine, le marché du samedi matin est très animé naturellement car l’on y trouve un peu tout pour pas cher. Et en cette période de campagne des municipales, le lieu est incontournable pour les militants. Mais ces temps-ci à Vitry, l’ambiance est un peu électrique. Une tension exacerbée par le projet de réforme des retraites et le mouvement social qu’il a déclenché, qui s’est déjà illustrée début janvier par l’intrusion d’une vingtaine de personnes lors du lancement de campagne du candidat LREM Kamale Sobhi. Ces derniers jours, le choix de l’adjoint PRG Maurice Tzinmann de faire équipe avec le candidat LREM, après des années dans l’union de la gauche et la majorité PCF, n’a pas apaisé le climat.

Première altercation : insultes filmées

C’est dans ce contexte que deux altercations ont terminé au commissariat ce samedi. La première, à 11 heures du matin, a opposé l’animateur LREM local, Daly Ndiaye à un habitant. Dans un scène filmée par un élu PS, Shamine Attar, le marcheur lâche un « On se donne rendez-vous ce soir quelque part et je vais te niquer ta race ». Rapidement, la vidéo est diffusée sur le fil twitter du militant socialiste ayant filmé la scène. Quelques heures plus tard, la fédération PS du Val-de-Marne réagit dans un communiqué, indiquant que « plusieurs militants socialistes ont été agressés verbalement et menacés physiquement » par l’animateur LREM, dénonçant des « propos orduriers et totalement inacceptables ». Concernant cette altercation verbale, Daly Ndiaye confie « regretter ses propos » mais indique avoir été traité de « singe » à plusieurs reprises. « Nous sommes insultés régulièrement, je regrette ce que j’ai dit mais ce que la vidéo ne montre pas, c’est que l’on venait de me traiter de singe. J’ai l’impression qu’on ma tendu un piège », témoigne le militant. Observateur de la scène derrière la caméra de son téléphone, Shamine Attar réfute. « J’étais avec plusieurs adjoints PS et PCF et s’il avait été traité de singe ou de tout autre propos raciste, nous aurions immédiatement réagi. J’ai commencé à filmer car j’ai été attiré par les éclats de voix », explique l’élu PS. L’habitant interpellé par le militant LREM réfute également l’avoir traité de singe et indique être simplement venu garer son vélo.

L’adjoint PRG étranglé

A midi, toujours sur le marché, une autre altercation oppose cette fois deux militants et l’adjoint PRG Maurice Tzinmann, lequel tient contre lui un paquet de tracts pour le candidat LREM. « J’ai été agressé par deux militants qui sont fréquemment sur le marché. L’un des deux m’a attrapé par le cou avec ses bras tandis que l’autre prenait mon paquet de tracts. J’entendais des gens autour dire « lâchez-le » et ils ont rapidement lâché prise », raconte l’élu qui a été porter plainte au commissariat de Vitry-sur-Seine le jour même. L’adjoint indique également aller bien et ne pas vouloir « monter l’affaire en épingle » outre mesure.

Le communiqué LREM qui s’emmêle les pinceaux

Un peu plus tard dans l’après-midi, alors que le PS a déjà réagi par communiqué et que l’élu PS a posté sa vidéo sur twitter, c’est au tour du candidat LREM Kamale Sobhi de réagir par communiqué, également relayé sur twitter. « Nous condamnons fermement les actes de violence perpétrés sur le marché de Vitry-sur-Seine ce matin. Mais une rectification des faits doit être établie », indique le candidat. « Nos équipes ont été prises à partie par des militants socialistes (arrachage d’affiches, bousculades, jets de tracts, insultes), qui ont organisé une perturbation de notre opération, et dont le point d’orgue a été la très violente agression physique de l’un de nos militants âgé de 70 ans qui a été étranglé par les militants qui ont tentés de le jeter au sol », détaille le candidat indiquant que le militant LREM mis en cause dans cette vidéo « a juste voulu s’interposer pour mettre fin à cette agression. » Et d’indiquer que « l’équipe de Kamale Sobhi va maintenant porter plainte contre l’agression subie par son militant, et l’opération organisée de toute pièce par la mairie. »

Le PS porte plainte pour diffamation

Un mix entre les deux altercations et une mise en cause des militants PS dans l’agression de l’adjoint PRG qui déclenche immédiatement la colère du PS 94 qui a décidé de porter plainte. « Ces propos de la tête de liste LREM à Vitry sont graves. Ils sont mensongers et diffamatoires, car aucun militant socialiste ne peut être accusé de tels agissements, encore moins de l’agression physique de Maurice Tzinmann, président du PRG94, que nous connaissons bien et avec qui les élus vitriots PS ont travaillé durant la précédente mandature avec calme et bienveillance », dénonce la fédération dans un second communiqué. Ce dimanche matin, le PS 94 a donc déposé plainte pour diffamation contre Kamale Sobhi au commissariat d’Alfortville. Le militant PS qui avait filmé la première scène a pour sa part déposé plainte contre X pour tentative de vol car quelqu’un a essayé de lui prendre son portable lorsqu’il enregistrait. « Je demande aux responsables de LREM 94 de comprendre l’importance des événements survenus hier, et de désavouer leurs deux responsables locaux en les retirant le la liste municipale », demande Jonathan Kienzlen, premier fédéral du PS 94.

Du côté de la mairie, également en cause dans le premier communiqué LREM, pas question en revanche de réagir. « Nous n’allons pas commencer à réagir à ces bassesses », indique-t-on au cabinet du maire.

Erratum de LREM et condamnation des propos insultants

Ce dimanche, l’équipe de campagne de Kamale Sobhi (LREM) a publié un second communiqué « erratum ». « L’agresseur de notre militant, étranglé hier, est issu de l’Union de la gauche et non du Parti socialiste, comme soupçonné hier », rectifie le « pôle communication » du candidat, précisant que « l’agresseur, quant à lui, a été identifié grâce aux éléments de preuve apportés » et que « les responsables politiques locaux seront contactés afin que des mesures fermes soient prises ». L’équipe rappelle aussi condamner les propos tenus la veille par son militant et indique ce celui-ci sera convoqué par les instances du mouvement, tout en demandant aux responsables de l’Union de la gauche de s’expliquer sur les relations avec l’agresseur et « le caractère récurrent des méthodes militantes violentes employées ». Le référent départemental LREM, Nabil Benbouha, a également publié un communiqué invitant « tous les responsables politiques et syndicaux du département – LFI, PCF, Modem, PS, LR, CGT, SUD… – à apaiser la situation. »

Abonnez-vous pour pouvoir télécharger l'article au format PDF. Déjà abonné ? Cliquez ici.
8 commentaires pour Insultes, étranglement, plaintes… municipales tendues à Vitry-sur-Seine
Ajouter une photo

N'envoyez que des photos que vous avez prises vous-même, ou libres de tout droit. Les photos sont publiées sous votre responsabilité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi