Grand Paris | Accueil Val de Marne (94) Ile-de-France | 06/10
Réagir Par

Jean-Philippe Gautrais élu président d’un Forum du Grand Paris décidé à survivre

Jean-Philippe Gautrais élu président d’un Forum du Grand Paris décidé à survivre © CD

Alors que l’évolution institutionnelle du Grand Paris est restée au point mort et que les tensions demeurent entre la région, la ville de Paris et la Métropole, le Forum métropolitain du Grand Paris, instance de discussion transversale entre tous les échelons de gouvernance de la zone dense parisienne, a bien failli finir ses jours ce 6 octobre.

Le suspense a duré pendant plusieurs semaines sur la volonté de la ville de Paris, à l’initiative du syndicat mixte, d’y rester ou non.

Créée en 2009 sous l’impulsion de l’ancien maire PS de Paris Bertrand Delanoë, avec pour feuille de route une discussion ouverte sur le devenir institutionnel du Grand Paris ainsi que des sujets structurants pour l’agglomération, le Forum métropolitain du Grand Paris (initialement appelé Paris Métropole) avait pourtant réaffirmé son envie de poursuivre ses travaux début 2016, après la création de la Métropole du Grand Paris (MGP), intercommunalité qui réunit Paris et les villes des départements de petite couronne, dont la préfiguration a été travaillée de manière conjointe entre les représentants de l’Etat et du Forum. Dans sa feuille de route de 2016, le Forum défendait sa raison d’être par trois éléments: l’inachèvement du travail de mise en place et de prospective de la MGP nouvellement née, l’attachement des élus à conserver une instance de pur dialogue et le fait que le Forum était le seul lieu de discussion transversale entre les échelons institutionnels (départements, région, intercommunalités, villes).

Lire : Paris Métropole défend son rôle après la création de la Métropole du Grand Paris

Depuis toutefois, un certain nombre de villes et même de départements ont quitté le Forum, fragilisant l’institution. « Du côté de la ville de Paris comme de la Métropole du Grand Paris, il n’y a pas d’intérêt aujourd’hui à remuer l’organisation institutionnelle », ajoute un observateur de la gouvernance grand-parisienne. A cela s’est ajouté cet été l’épisode de la candidature à la MGP de Vincent Jeanbrun (Libres), maire de L’Haÿ-les-Roses et vice-président de la région, proche de Valérie Pécresse, alors à la tête du Forum dans le cadre de sa présidence tournante. A noter toutefois que l’élu était en fin de mandat au Forum, la présidence devant revenir cet automne à un élu communiste ou apparenté.

Lire : Patrick Ollier conserve la Métropole du Grand Paris au terme d’une élection vaudevillesque

C’est dans ce contexte que Paris, après avoir été plusieurs fois absente de réunions du Comité syndical, a laissé planer le doute sur son maintien dans le syndicat durant plusieurs semaines. Au point que le président sortant, Vincent Jeanbrun, prévoyait de mettre la dissolution du syndicat à l’ordre du jour. Finalement, la maire de Paris, Anne Hidalgo,a réaffirmé son soutien au syndicat dans un courrier commun avec le président de la Métropole du Grand Paris, Patrick Ollier, et d’autres élus, réclamant des contreparties comme par exemple un poids plus important de la MGP.

C’est dans cette ambiance de drama institutionnel que Jean-Philippe Gautrais, maire FG de Fontenay-sous-Bois, a été élu ce mardi 6 octobre à l’unanimité des élus. L’élu est un convaincu de la coopération par projet et non dans le cadre d’une structure intercommunale fixe et ne s’est jamais privé de s’exprimer sur le sujet.

Lire : Jean-Philippe Gautrais: « Le territoire ne sert à rien »

« Je n’ai jamais contesté le fait métropolitain et le Forum est un lieu où l’on débat », défend en revanche le maire de Fontenay. Alors que la question de l’évolution institutionnelle du Grand Paris est dans l’impasse en attendant d’avoir un calendrier décisionnel crédible de la part du gouvernement, ce qui semble difficile à quelques mois des élections locales et à 18 mois de la présidentielle, le nouveau président entend faire avancer les sujets « concrets pour le quotidien des gens ». Transports, mobilités, logements, transition écologique, rééquilibrage économique Est-Ouest, voilà les thématiques sur lesquelles l’élu aimerait plancher et confronter les visions, même si tout le monde n’est pas d’accord. « La première urgence était de sauver le Forum. Désormais, nous allons nous atteler à la feuille de route », indique le président qui souhaite également augmenter les acteurs autour de la table, évoquant notamment l’Amif (Association des maires d’Ile-de-France).

Reste aussi à faire réadhérer les villes ou les structures intercommunales, pour pérenniser le fonctionnement financier de la structure.

Abonnez-vous pour pouvoir télécharger l'article au format PDF. Déjà abonné ? Cliquez ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi