Coronavirus | Accueil Val de Marne (94) Joinville-le-Pont | 05/04
Réagir Par

Joinville-le-Pont: décès du coronavirus du 1er adjoint Jean-Jacques Gressier

Joinville-le-Pont: décès du coronavirus du 1er adjoint Jean-Jacques Gressier
COVID19 en Val-de-Marne : Voir la page

Premier adjoint à Joinville-le-Pont, Jean-Jacques Gressier est décédé ce samedi 4 avril très tôt dans la matinée des suites du coronavirus, à l’âge de 73 ans.

« Un homme de grande valeur: simple, affectueux, fidèle, travailleur et dévoué. Amoureux de Joinville, il était mon adjoint depuis 2008. Il était notre aîné, il nous accompagnait et nous conseillait tous. Je lui dois tellement… C’est une immense perte pour moi, pour la ville », a immédiatement réagi Olivier Dosne, maire LR de la ville, en annonçant la nouvelle et en présentant « au nom de toute la municipalité, (ses) sincères condoléances à son épouse Josette, à sa famille et à ses proches ». Hospitalisé, l’élu allait un peu mieux il y a quelques jours, avant que son état ne s’empire à nouveau.

Investi de longue date au Conseil municipal de Joinville-le-Pont, Jean-jacques Gressier avait d’abord cheminé avec l’ancien maire Pierre Aubry, en tant que premier adjoint. Lors de la guerre de succession du maire en 2008, il avait en revanche tranché en faveur d’Olivier Dosne, alors candidat dissident, contre le fils de l’ancien maire, Olivier Aubry, et s’était aussi présenté comme candidat dissident de l’UMP aux cantonales de la même année. Depuis, l’élu était resté fidèle au maire actuel, en tant que premier adjoint en charge de l’urbanisme, du cadre de vie et du développement durable. Il figurait en cinquième position sur sa liste de 2020.

« Il a porté tout l’urbanisme après avoir été chargé des écoles. Avec lui, il n’y avait pas de petits dossiers. Depuis hier, je reçois des témoignages bouleversants, aussi bien de présidents de grandes entreprises que des agents qui travaillaient avec lui, confie Olivier Dosne. Il a sans doute attrapé le virus au moment des élections malheureusement. Ce drame doit faire prendre conscience qu’il ne faut absolument pas sortir! »

La disparition de l’élu investi dans la ville depuis la fin des années 1980 a suscité de très nombreuses réactions des habitants, agents et d’élus de tous bords.

« Choquée et très triste par cette nouvelle. Monsieur Gressier vous allez beaucoup nous manquer. Très présent et très proche du personnel communal, il aimait discuter et plaisanter avec chacun d’entre nous », se souvient Estelle. « Je le revois il y a quelques jours encore, sourire aux lèvres, bienveillance, chaleur, franchise et bons mots habituels… Il était un véritable élu de terrain, présent en mairie chaque jour aux côtés des services. Je savais pouvoir le trouver dans son bureau pour une signature urgente », note France.

 » Jean-Jacques était reconnu pour sa compétence et apprécié pour sa proximité et sa simplicité », témoigne Igor Semo, maire LR de Saint-Maurice. « Jean-Jacques était un homme bien, tout simplement, et un élu solide, compétent qui s’est dévoué sans compter pour sa commune et les Joinvillais », exprime de son côté Olivier Capitanio, maire LR de Maisons-Alfort et président des Républicains du Val-de-Marne.

« Attachant, loyal, fidèle, impliqué totalement dans ses délégations, aux qualités humaines reconnues de tous. J’ai eu la chance de le connaître au plan professionnel. C’était l’ami que nous pouvons rêver d’avoir », confie encore Jacques J-P Martin, maire LR de Nogent-sur-Marne, avec qui l’élu avait travaillé chez Kodak.

« Je suis abasourdi par la disparition brutale de notre collègue et ami Jean-Jacques Gressier. Je garde le souvenir d’un homme chaleureux, engagé envers les Joinvillais et qui a beaucoup agi pour Joinville-le-Pont », adresse le député Michel Herbillon, qui a lui même été touché par le Covid 19 au début de l’épidémie.

« Jean-Jacques c’était un bonhomme magnifique loyal fidèle et totalement dévoué à sa ville. Il rejoint la longue liste des élus qui ont donné leur vie au service de leurs concitoyens. Immense tristesse« , se désole le sénateur LR Christian Cambon.

Même de l’autre côté de l’échiquier politique, les témoignages sont unanimes. « Nous siégeons ensemble au sein du Syndicat Marne Vive et à l’EPT Paris Est Marne et Bois. Nous n’étions pas du même bord politique mais je me souviens d’un élu avec beaucoup d’humour et une grande connaissance des dossiers », réagit ainsi Caroline Adomo, adjointe PS à Champigny-sur-Marne.

Idem dans l’opposition joinvillaise. « Son dévouement pour Joinville depuis plus de 30 ans, sa gentillesse, sa grande ouverture d’esprit et son sens du dialogue ont fait de Jean-Jacques une figure familière et très appréciée des Joinvillais », reconnaît Rémi Decout-Paolini, ancien élu de la majorité et candidat aux municipales de 2020. « Jean-Jacques Gressier, par sa présence et sa disponibilité, a été une des figures marquantes de notre vie locale. Avec émotion, nous nous souviendrons de l’homme qui a su par sa gentillesse et ses compétences donner des voies de progrès à notre ville », renchérit Tony Renucci, également candidat. « Jean-Jacques Gressier était à la fois un conciliateur, un manager et un décideur », résume Jean-François Clair, candidat PS en 2014 et élu d’opposition.

Lire tous nos articles sur le thème Coronavirus en Val-de-Marne

A lire aussi sur le thème Coronavirus en Val-de-Marne

3000 tests positifs au Covid-19 en Ile-de-France entre le 13 et 30 mai

Succès pour le dépistage du coronavirus sans rendez-vous à Bonneuil-sur-Marne

Solidarité – Créteil : le réseau associatif s’active pour coudre et distribuer des masques

Créteil Soleil, Belle Epine, Quais d’Ivry, La Vache noire et Val-de-Fontenay rallument la lumière avec précaution

Val-de-Marne: la réouverture des crèches départementales et PMI se poursuit

Val-de-Marne: réouverture de presque tous les collèges

Abonnez-vous pour pouvoir télécharger l'article au format PDF
COVID19 en Val-de-Marne : Voir la page

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi