Urbanisme | | 13/10/2020
Réagir Par

Joinville-le-Pont recourt à l’Epfif pour modérer les ardeurs des promoteurs

Joinville-le-Pont recourt à l’Epfif pour modérer les ardeurs des promoteurs

L’avenue Galliéni, l’ex-maternelle du centre, le bâtiment de l’horloge, le site du Rocher fleuri, une partie de l’avenue de Paris prolongée… Autant de terrains de Joinville-le-Pont qui vont faire l’objet d’une convention avec l’Etablissement public foncier d’Ile-de-France (Epfif) pour maîtriser l’appétit des promoteurs. A la clef : 20 millions d’euros. Le sujet sera mis en débat lors du Conseil municipal de ce mercredi 14 octobre. [Abonnés]

Veuillez vous connecter pour voir ce contenu. (Adhésion.)
La suite de cet article est réservée aux abonnés !

Si vous êtes abonné cliquez ici pour vous connecter.

Si vous êtes déjà abonné et connecté à votre compte, pensez à recharger la page avec Ctrl+F5 ou à vider le cache de votre navigateur pour accéder à l’intégralité de l’article (ou cliquez ici).

La plupart de nos articles sont accessibles gratuitement afin de pouvoir être lus par tous.

Cependant l’information a un coût, et nous réservons donc certains articles ou parties d’articles à nos abonnés payants. Vous pouvez souscrire un abonnement individuel en quelques clics ici.

Il vous donnera immédiatement accès à tous nos articles et contenus réservés aux abonnés, et à tous nos autres articles sans limitation.

Abonnez-vous pour pouvoir télécharger l'article au format PDF. Déjà abonné ? Cliquez ici.
Aucun commentaire pour Joinville-le-Pont recourt à l’Epfif pour modérer les ardeurs des promoteurs

    Seuls les abonnés peuvent commenter cet article.

    A lire aussi