Reportage | Accueil Val de Marne (94) Créteil | 15/01
Réagir Par

La Croix rouge sensibilise les cadets de la République au réchauffement climatique

La Croix rouge sensibilise les cadets de la République au réchauffement climatique

« 43 degrés lors de la dernière canicule en France ! Je ne le savais pas, je suis choquée », réagit Emmanuella, une collégienne de Janus-Korczak à Limeil-Brévannes. Ce mardi toute la journée, la Croix rouge du Val-de-Marne a sensibilisé la nouvelle promotion des cadets de la sécurité civile au réchauffement climatique, à la Maison des Arts de Créteil.

« Ce qui m’a surprise moi, c’est le nombre de mort pendant la canicule…il y en a eu plus de 1000! » s’étonne Sherin. Les deux adolescentes font parties des 200 cadets de la sécurité civile de la promo 2019-2020, des élèves de huit collèges* du département qui participent durant une année scolaire à des actions de sensibilisation à la sécurité civile avec des associations et institutions partenaires comme les pompiers ou la Croix rouge. Cette année, il a été décidé de mettre l’accent sur les enjeux écologiques pour répondre à une attente des élèves.

Lire : Val-de-Marne: les cadets de la sécurité civile reprennent du service

Au programme : ateliers, conférences, jeux. D’autres responsables d’institutions ont participé à cette journée. A l’instar du Conseil départemental qui anime l’atelier QCM. « Combien le département du Val-de-Marne compte construire d’ici 2030, de pistes cyclables en plus : 250 km, 400 km ou 500 km ? », interroge une organisatrice. Le petit groupe d’élèves a quelques secondes pour noter sur leurs ardoises la réponse. Sur 5 ardoises levées, 3 ont deviné la promesse du département : 500 km.

Durant la matinée, ce-sont plusieurs experts sur la climatologie et le réchauffement climatique qu se relaient pour expliquer les enjeux. Pas facile de faire passer cette partie un peu pointue de l’agenda. Heureusement qu’il y a les anecdotes comme ces papillons qui sont devenus noirs à cause d’une usine de charbon, retient une élève. Un histoire qui fait référence au phalène du bouleau qui a muté suite à l’industrialisation en Grande Bretagne.

Créer un jeu de société avec et pour les élèves

Au programme également : le lancement de la conception d’un grand jeu. « L’année dernière, les cadets nous ont demandé de travailler sur la problématique du réchauffement climatique. Ils voyaient la mobilisation de Greta Thunberg tous les vendredis pour le climat et voulaient travailler là-dessus alors on a pensé à un jeu », explique Philippe Garcia-Marotta, président de la délégation territoriale du Val-de-Marne. L’idée, empruntée à la Croix rouge de la Réunion, est de créer un jeu de l’oie, occasion de traverser un tas de situations de catastrophes naturelles sur lesquelles les élèves devront apporter des solutions. « Les élèves auront l’occasion de réfléchir sur les questions qui composeront ce jeu de parcours lorsque nous viendront les voir le mercredi après-midi », détaille Philippe Garcia-Marotta.

« Les élèves ont une angoisse face aux grandes catastrophes, ils regardent les feux qui se passent en Australie et me demandent si ça peut arriver chez nous, et ce qu’il faut faire », témoigne Zheira Kasdi, professeure d’histoire-géographie au collège Jean Moulin de Chevilly-Larue. « Il y a une prise de conscience chez eux, même s’ils pensent qu’à leurs niveaux ils ne peuvent pas faire grand chose. On aborde ce thème dans le programme, on aimerait travailler plus avec eux, mais en une heure c’est difficile d’approfondir les sujets », abonde sa collègue de physique-chimie, Aurélie Cot.

* Elsa-Triolet et Willy-Ronis à Champigny-sur-Marne, Pierre-Brossolette à Villeneuve-Saint-Georges, Janus-Korczak à Limeil-Brévannes, Jules-Valles à Vitry-sur-Seine, Jean-Moulin à Chevilly-Larue, Henri-Wallon à Ivry-sur-Seine et Françoise-Giroud à Vincennes.

Abonnez-vous pour pouvoir télécharger l'article au format PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi