Politique | Val-de-Marne | 04/05
Réagir Par

Le Sénat rejette le plan de déconfinement : vote des élus du Val-de-Marne

Le Sénat rejette le plan de déconfinement : vote des élus du Val-de-Marne
COVID19 en Val-de-Marne : Voir la page

Une semaine après avoir présenté son plan de déconfinement à l’Assemblée nationale et obtenu sa validation par une majorité de députés, Édouard Philippe a renouvelé l’exercice devant le Sénat avec moins de réussite. La chambre haute du Parlement a rejeté le projet par 89 voix contre, 81 pour et 174 abstentions. En Val-de-Marne, aucun des 6 sénateurs n’a donné son feu vert. Explications.

A droite, Catherine Procaccia, Christian Cambon et Laurent Lafon ont choisi de s’abstenir. A gauche, Laurence Cohen, Sophie Taillé-Polian et Pascal Savoldelli ont voté contre.

Catherine Procaccia s’inquiète de la responsabilité pénale des maires

Groupe majoritaire au palais du Luxembourg, LR a opté pour l’abstention et les sénateurs Catherine Procaccia et Christian Cambon se sont rangés derrière la consigne de vote de leur parti. «Certains éléments restent flous comme le prix de référence des masques achetés par les collectivités et sensés être financés à 50% par l’État. Par ailleurs, aucun élément n’a été donné sur l’aide de l’État pour la reprise des écoles le 11 mai. Le premier ministre a fait allusion à la responsabilité pénale des élus en disant qu’il faudrait aborder ce point dans le texte sur l’urgence sanitaire, mais les maires auraient sûrement préféré avoir dès maintenant plus d’indication sur ce que l’État compte faire pour aider les communes à adapter leur dispositif d’accueil», indique Catherine Procaccia.

Christian Cambon dénonce une bureaucratie qui nuit à l’efficacité logistique

«Ce n’est pas un vote hostile parce que dans le contexte actuel, les Français attendent de la concorde et de l’union nationale. Nous souhaitions en revanche envoyer un message au gouvernement pour qu’il améliore son plan de déconfinement au moins sur deux points. D’abord les dispositions concernant la réouverture des écoles parce que le protocole de 60 pages impose des contraintes (responsabilité juridique et financement) aux maires en méconnaissance totale de la réalité scolaire. Ensuite, nous souhaitons davantage d’assurance sur la nécessité d’équiper tout le monde en masques et en tests. C’est notamment la faute de la bureaucratie si nous avons pris un tel retard par rapport à d’autres pays capables de produire davantage d’équipement», ajoute Christian Cambon.

Laurent Lafon estime que le déconfinement est trop centralisé

A l’UDI, le sénateur Laurent Lafon s’est aussi abstenu. «Il y a des points positifs dans la stratégie du gouvernement notamment sur le fait qu’il faut désormais sortir du confinement. Mais j’ai deux réserves. La façon dont l’Etat a abordé la question des masques et des tests n’est pas satisfaisante depuis le départ. Elle ne l’est pas non plus dans le plan de déconfinement. Les mesures sont de portée générale alors qu’il faudrait davantage cibler les populations à risque (personnes âgées avec co-morbidité) et les zones où la maladie est davantage présente. Le traitement très centralisé de la crise est encore très marqué dans le plan de déconfinement malgré la mise en place des départements vert et rouge».

Lire aussi : Plan déconfinement: comment ont réagi et voté les 11 députés du Val-de-Marne

Laurence Cohen dénonce la pénurie de masques et les fermetures de lits

Présente dans l’hémicycle ce lundi après-midi pour interpeller directement le premier ministre, la sénatrice communiste Laurence Cohen a motivé, au nom de son groupe, son refus d’accorder sa confiance au gouvernement et à son plan de déconfinement. «Comment ne pas dénoncer que notre pays soit passé d’1 milliard de masques chirurgicaux et 700 millions de masques FFP2 en 2009 à 145 millions de masques chirurgicaux en 2020 ? Cette situation de notre système de santé est le fruit de choix politiques assumés : 4,2 milliards d’euros de moins pour le budget 2020 de la sécurité sociale dont 1 milliard pour l’hôpital public. Le tout dans un climat de réduction de personnels et de fermeture de lits. En 20 ans, 100 000 lits ont été fermés dont 17 500 depuis 6 ans. L’impression dominante est que vous adaptez votre stratégie non pas à la sécurité sanitaire de chacun et chacune mais aux pénuries de matériel de protection ! Il en va de même pour la reprise de l’école qui paraît plus dictée par la nécessité de reprise économique que par la volonté de faire reculer les inégalités scolaires. Aussi, vous ne pouvez continuer à donner des chèques en blancs aux grands groupes, à ceux qui polluent notre planète. Monsieur le Premier Ministre, vous nous demandez un vote de confiance! Ce n’est pas notre conception de la démocratie. Vous avez largement entamé votre capital confiance auprès de nos concitoyens! Et avec votre gestion calamiteuse du nombre de masques, comment vous faire confiance pour repérer, tester et isoler en 10 jours ? Il est temps de déconfiner la démocratie alors que vous transformez le Parlement en chambre d’enregistrement qui doit vous laisser les pleins pouvoirs pour deux mois supplémentaires».

Plan de déconfinement

🔴 Retrouvez mon intervention sur le plan de déconfinement, pour le groupe @Sénateurs Communistes Républicains Citoyens et Écologistes:✊ Comment ne pas dénoncer que notre pays soit passé d’1 milliard de masques chirurgicaux et 700 millions de masques FFP2 en 2009 à 145 millions de masques chirurgicaux en 2020 ? Cette situation de notre système de santé est le fruit de choix politiques assumés : 4,2 milliards d’euros de moins pour le budget 2020 de la sécurité sociale dont 1 milliard pour l’hôpital public. Le tout dans un climat de réductions de personnels, de fermetures de lits : en 20 ans, 100 000 lits ont été fermés dont 17 500 depuis 6 ans.➡️ L'impression dominante est que vous adaptez votre stratégie non pas à la sécurité sanitaire de chacun et chacune mais aux pénuries de matériel de protection !➡️ Il en va de même pour la reprise de l’école qui paraît plus dictée par la nécessité de reprise économique que par la volonté de faire reculer les inégalités scolaires.➡️ Aussi, vous ne pouvez continuer à donner des chèques en blancs aux grands groupes, à ceux qui polluent notre planète.😡 Monsieur le Premier Ministre, vous nous demandez un vote de confiance! Ce n'est pas notre conception de la démocratie. Vous avez largement entamé votre capital confiance auprès de nos concitoyen·nes! Et avec votre gestion calamiteuse du nombre de masques, comment vous faire confiance pour repérer, tester et isoler en 10 jours ? ✊ Il est temps de déconfiner la démocratie alors que vous transformez le Parlement en chambre d’enregistrement qui doit vous laisser les pleins pouvoirs pour deux mois supplémentaires.

Publiée par Laurence Cohen sur Lundi 4 mai 2020

Pascal Savoldelli réclame le temps du débat

«Je viens d’écouter le débat, l’expression du premier ministre, rien n’a changé ! A situation exceptionnelle, à défi inédit, est-ce qu’il fallait pas consacrer du temps a débattre et ne décider qu’après ? Il fallait prendre 10 à 12 jours pour réussir le déconfinement avec tout ce qui fait société : les élus locaux, les patrons de TPE-PME, les salariés, les enfants. Nous pouvons prendre le temps de construire le plus démocratiquement ce plan de déconfinement et laisser le gouvernement le mettre en oeuvre. On nous demande juste de voter la confiance, c’est impossible !», a réagi le sénateur Pascal Savoldelli.

Sophie Taillé-Polian dénonce une cacophonie au sommet de l’Etat

Sénatrice Génération.S (ex PS), Sophie Taillé-Polian s’est aussi positionnée contre. «Oui au déconfinement, non à la gestion de crise par le gouvernement! Les mesures annoncées sont les mêmes que celles de la semaine dernière, avec la mise en place d’une aide pour les moins de 25 ans les plus précaires. C’est une mesure à saluer mais qui reste largement insuffisante. J’ai voté contre la stratégie du gouvernement en matière de déconfinement. Pour être exacte, je suis pour le déconfinement si les conditions sanitaires et sociales sont réunies. Mais sur ce point, le manque de clarté du gouvernement dans les orientations données est à déplorer. Sur la question scolaire, c’est le flou total… les conditions sanitaires ne sont pas garanties, les inquiétudes des parents légitimes. Il est maintenant clair qu’une vraie rentrée scolaire comme annoncée précédemment n’aura pas lieu. En bref, pour le gouvernement, « les écoles ouvriront là où elles le peuvent ». Cette position incertaine entretient l’angoisse des parents. Sur la question des masques aujourd’hui vendus en masse au sein des grandes surfaces, ou encore sur la possibilité de réaliser 700 000 tests par semaine, le gouvernement n’a encore une fois pas apporté de réponses. Par ailleurs, comment expliquer que pendant la prise de parole du Premier Ministre devant le Sénat, Emmanuel Macron s’est exprimé sur BFM ? Et cela alors même que de nouvelles mesures doivent être annoncées ce jeudi ! Cette cacophonie et cette mésentente au sommet de l’Etat sont non seulement insupportables car la situation appelle des réponses claires, mais elles démontrent une fois de plus le peu de considération portée au Parlement!».

Mais le vote des sénateurs, tout comme celui des députés la semaine dernière n’est pas contraignant pour le gouvernement qui a seulement fait usage de l’article 50-1 de la constitution lui permettant de faire une déclaration devant les parlementaires sans engager sa responsabilité.

Lire tous nos articles sur le thème Coronavirus en Val-de-Marne

A lire aussi sur le thème Coronavirus en Val-de-Marne

Covid-19 : nouvel arrêté préfectoral dans les Hauts-de-Seine

Covid-19: le préfet du Val-de-Marne prend un nouvel arrêté

Val-de-Marne: les festivités annulées en cascade

AP-HP – Ile-de-France : la démission du chef des urgences Bicêtre éclaire le scandale des « patients brancard »

Classes fermées pour Covid-19 en Ile-de-France: fin du tabou et nouveau protocole

Covid-19: alerte en Ile-de-France

Abonnez-vous pour pouvoir télécharger l'article au format PDF. Déjà abonné ? Cliquez ici.
COVID19 en Val-de-Marne : Voir la page

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi