Finances locales | Val-de-Marne | 07/07
Réagir Par

Le Val-de-Marne a adopté son compte administratif 2019

Le Val-de-Marne a adopté son compte administratif 2019

Le Conseil départemental du Val-de-Marne a adopté ce lundi son compte administratif 2019 parmi une trentaine de délibérations. Un tableau des dépenses et recettes effectives (contrairement au budget) qui rend à la fois compte de la hausse des allocataires de prestations sociales mais aussi du dynamisme économique et foncier.

«Chaque euro dépensé est une dépense utile !», a défendu le président du Conseil départemental Christian Favier lors de la présentation de l’ultime compte administratif de la mandature ce lundi. Sur l’année 2019, la collectivité a réalisé la quasi totalité de ses dépenses de fonctionnement soit 1,3 milliards d’euros dont 63,2% en matière d’interventions sociales. Cette part prépondérante s’explique par la hausse des allocataires du RSA ou des bénéficiaires de la protection de l’enfance. En matière de dépenses du personnel, le département a observé une diminution (349 millions d’euros) due à des difficultés à pourvoir les postes dans des métiers en tension.

Les recettes de fonctionnement (1,5 milliard €) ont été dopées par la taxe foncière, la cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises ainsi que les droits de mutation sur les transactions immobilière. De quoi compenser la baisse ou la stabilisation de ses autres sources de financement. L’épargne brute s’élève ainsi à 161 millions d’euros (+21,2%) par rapport à l’année précédente.

En matière d’investissement, la collectivité a engagé 304,6 millions d’euros répartis entre la voirie et transports (23,7%), l’enseignement (21,4%), l’habitat, aménagement urbain et environnement (9,5%) et l’action sociale et prévention médico-sociale (8,2%). Le Conseil départemental qui avait inscrit 133 millions d’euros d’emprunt n’en a finalement réalisé que 85 millions d’euros.

Au 31 décembre 2019, l’encours de la dette du budget général s’élevait à 971,4 millions d’euros. La capacité de désendettement s’élevait à la même date à 6 ans, contre 7 ans en 2018. Le remboursement du capital de la dette s’élève quant à lui à 58,9 millions d’euros en hausse de 3,5%.

Traditionnelle joute opposition-majorité

Dans la salle, les commentaires par rapport à ce compte administratif ont donné lieu à un classique échange d’amabilités entre l’opposition et la majorité. «Année après année, vous faites preuve de constance dans vos choix. Vous persistez à ignorer les indicateurs rouges qui apparaissent dans ce compte administratif comme dans les précédents. Nous entendons que vous êtes pénalisés par des dépenses dont vous n’avez pas la maîtrise mais vous n’avez pas plus le contrôle de vos recettes qui sont essentiellement liées au dynamisme de la fiscalité et au fond interdépartemental de solidarité et d’investissement (FI2S)», a taclé Dominique Le Bideau pour le groupe Centristes et Indépendants. «Certes, nous partageons votre analyse sur la responsabilité de l’État dans cette situation financière dégradée de nos finances (…). Vos erreurs d’hier hypothèquent aujourd’hui l’avenir de notre département, particulièrement dans un contexte qui s’annonce extrêmement sombre pour les Val-de-Marnais qui vont malheureusement subir les effets de la crise économique et sociale qui se profile. La vérité, et chacun le sait autour de cette table, c’est que le département vit à crédit depuis trop d’années, sur le dos des générations futures ! Ce n’est évidemment pas la meilleure façon d’affronter le tsunami économique que le gouvernement lui-même prédit pour la rentrée prochaine», a renchéri Olivier Capitanio pour le groupe LR Val-de-Marne Autrement.

«Vous criez au loup et à la catastrophe comme si le département allait s’effondrer. Regardez comment l’État creuse son déficit ! La non-compensation des allocations individuelles de solidarité s’aggrave et se solde à plus de 1,5 milliard d’euros sur les dix dernières années!» a réagi Christian Favier.

Abonnez-vous pour pouvoir télécharger l'article au format PDF. Déjà abonné ? Cliquez ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi