Environnement | Accueil Val de Marne (94) Créteil | 10/06
Réagir Par

L’incinérateur de Créteil au temps du coronavirus: « c’était très intense! »

L’incinérateur de Créteil au temps du coronavirus: « c’était très intense! »
COVID19 en Val-de-Marne : Voir la page

Comme les hôpitaux, les centres de traitement des déchets médicaux infectieux ont été débordés durant la crise du coronavirus, à commencer par l’incinérateur intercommunal de Créteil, l’un des deux seuls sites d’Ile-de-France à les prendre en charge avec celui de Saint-Ouen l’Aumône (Val d’Oise).

Ce dernier s’est retrouvé au bout de ses capacités maximales d’accueil de 70 tonnes par jour au plus fort de la crise et il a fallu gérer les embouteillages, ici aussi. Une situation exceptionnelle qui a conduit le gouvernement a assouplir momentanément les normes relatives au temps de stockage avant incinération de ces déchets d’activité de soin à risque infectieux (Dasri) (Voir l’arrêté du 18 avril). Du jamais vu selon tous les professionnels du site.

« C’était très intense, avec de nouvelles méthodes de travail comme les gestes barrières à intégrer et le respect des temps de désinfection des chariots tout en devant réagir assez vite. On peut dire qu’on a vécu cette crise de plein fouet et qu’on s’est énormément investi, notamment sur la gestion des Dasri », témoigne Joey, responsable production, qui travaille au centre de valorisation des déchets de Créteil depuis 2004. C’est l’un des trois employés du site à être tombé malade du Covid-19, et le seul a en avoir ressenti les symptômes.

L’incinérateur de 19 villes* du Val-de-Marne
Propriété du Smitduvm, syndicat intercommunal qui regroupe 19 villes du département, le centre d’incinération de Créteil est opéré par Valo’Marne, une filiale commune de Suez, l’opérateur historique du site, et d’EDF (via sa filiale Tiru). L’incinérateur produit en effet de l’électricité en plus d’alimenter le réseau urbain de chaleur. Le site fait actuellement l’objet d’un projet d’extension à l’horizon 2023, avec création d’un 3ème four d’incinération pour passer d’une capacité de traitement de 244 500 tonnes à 365 000 tonnes par an. Un projet qui a fait l’objet d’une concertation animée au printemps 2019.

L’usine, qui transforme en énergie les déchets ménagers, d’activité économique et de soins, fonctionne en trois huit, 24 heures sur 24, prend en charge le traitement de deux-tiers des déchets liés aux soins en Ile-de-France. En temps normal pourtant, la ligne dédiée aux Dasri n’est pas submergée et elle doit du reste être transformée en une ligne mixte qui traitera également des ordures ménagères (OM) et des déchets d’activité économique (DAE) dans le cadre du projet d’extension de l’incinérateur.

Un opérateur « grappin » en référence à l’outil qu’il manie, charge deux fours de déchets ménagers

Mais pendant le Covid, les volumes de Dasri ont explosé, affluant de bien au-delà de la région parisienne. « Nous recevions les déchets des autres départements de la région, mais aussi de l’Est du pays car nous sommes le plus grand centre d’incinération de France sinon d’Europe », pointe Grégory Richet, directeur de la valorisation énergétique en Ile-de-France pour le groupe Suez. « Alors que 19 opérateurs s’occupent habituellement de la partie Dasri ; nous en avons recruté 4 de plus« , indique la directrice du centre, Marie-Christine Viratelle, notant en revanche que le volume de déchets ménagers, lui, a diminué de 5% durant le confinement. « La situation revenue à la normale depuis quinze jours », indique Grégory Richet.

Un technicien en charge de contrôler les activités du centre

Ce mardi, Axel Urgin, président du Smitduvm et adjoint au maire, est venu avec le maire-président du territoire, Laurent Cathala (PS) saluer les techniciens qui ont tenu la cadence durant cette séquence intense, félicitant ces « premiers de tranchée ».

*Les villes du Smitduvm:
Paris Est Marne et Bois : Bry-sur-Marne, Champigny-sur-Marne, Fontenay-sous-Bois, Le Perreux-sur-Marne, Nogent-sur-Marne, Saint-Maur-des-Fossés, Villiers-sur-Marne
Grand Paris Sud Est Avenir : Alfortville, Boissy-Saint-Léger, Bonneuil-sur-Marne, Chennevières-sur-Marne, Créteil, La-Queue-en-Brie, Limeil-Brévannes, Le Plessis-Trévise, Noiseau, Ormesson-sur-Marne, Sucy-en-Brie
Grand Orly Seine Bièvre : Villeneuve-Saint-Georges

Lire aussi :

Lire tous nos articles sur le thème Coronavirus en Val-de-Marne

Lire tous nos articles sur le thème Coronavirus en Val-de-Marne

A lire aussi sur le thème Coronavirus en Val-de-Marne

Le métro Grand Paris Express retardé suite au coronavirus

La Seine-Saint-Denis lance un fonds d’aide au paiement des loyers

Ile-de-France: plus d’1 million d’habitants invités à se faire tester dans 32 villes

Nouveau décès du Covid-19 chez les gendarmes de Maisons-Alfort

Le Forum métropolitain du Grand Paris veut auditer la gestion de la crise du Covid 19 en Ile-de-France

Christian Favier réclame une place pour les centres de santé dans le Ségur national

Abonnez-vous pour pouvoir télécharger l'article au format PDF. Déjà abonné ? Cliquez ici.
COVID19 en Val-de-Marne : Voir la page

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi