Société | Val-de-Marne | 05/10
Réagir Par

Mineurs étrangers: Seine-Saint-Denis et Val-de-Marne portent plainte contre Zemmour et l’Etat

Mineurs étrangers: Seine-Saint-Denis et Val-de-Marne portent plainte contre Zemmour et l’Etat

En charge de l’accueil des mineurs étrangers isolés (MIE), les conseils départementaux n’ont pas tous apprécié la saillie d’Eric Zemmour sur Cnews à propos de ces jeunes migrants, les qualifiant « tous » de « voleurs », « assassins » et « violeurs », suite à l’attentat de la semaine dernière devant les ex-locaux de Charlie Hebdo.

Après le Finistère, le Gers, la Haute-Garonne, les Landes, les Pyrénées-Orientales, la Gironde, et l’Aude, les conseils départementaux du Val-de-Marne et de la Seine-Saint-Denis annoncent ce lundi avoir porté plainte contre le polémiste, dénonçant des « propos racistes ».

Les deux départements ont aussi attaqué le décret de l’Etat conditionnant sa participation financière à un fichage

Les deux départements profitent de ce coup de projecteur sur la situation des mineurs isolés étrangers pour dénoncer un nouveau décret paru en juin, qui conditionne la participation financière de l’Etat à l’accueil de ces jeunes pour évaluation (500 euros par évaluation) à la transmission de ces jeunes en préfecture pour alimenter un fichier recueillant des informations biométriques. « Ainsi, dans l’hypothèse où le Département refuserait de passer une convention avec la préfecture en ce sens , le montant de la contribution de l’Etat serait abaissé à un montant qui sera dévoilé ultérieurement par arrêté », dénoncent les présidents de Seine-Saint-Denis et du Val-de-Marne, Stéphane Troussel (PS) et Christian Favier (PCF) qui voient dans ce décret une entrave au principe de libre administration des collectivités et une violation de la « protection de l’intérêt supérieur de l’enfant ainsi que son droit à la dignité et au respect de sa vie privée. »

« Plutôt que de considérer les jeunes comme des enfants qu’il s’agit de protéger alors qu’ils ont souvent vécu des parcours traumatisant s, le fichier biométrique les place dans une situation de potentiel.le.s suspect.e.s à reconduire le plus vite possible à la frontière », poursuivent les élus qui annoncent avoir également déposé un recours en justice contre le décret.

Pour rappel des chiffres, la Seine Saint Denis accompagne 1700 mineurs ou ancien mineurs isolés pour un budget annuel de 60 millions d’euros. Le Val de Marne accueille près de 900 jeunes : 560 mineurs et 300 jeunes ayant entre 18 et 21 ans.

Lire aussi :

Abonnez-vous pour pouvoir télécharger l'article au format PDF. Déjà abonné ? Cliquez ici.
3 commentaires pour Mineurs étrangers: Seine-Saint-Denis et Val-de-Marne portent plainte contre Zemmour et l’Etat
Ajouter une photo

N'envoyez que des photos que vous avez prises vous-même, ou libres de tout droit. Les photos sont publiées sous votre responsabilité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi