Politique | Accueil Val de Marne (94) Bry-sur-Marne | 26/02
Réagir Par

Municipales 2020 à Bry-sur-Marne: candidats, contexte, attentes des citoyens

Municipales 2020 à Bry-sur-Marne: candidats, contexte, attentes des citoyens

A Bry-sur-Marne, les élections municipales de 2020 seront celles de la succession de Jean-Pierre Spilbauer. Sauf rebondissement de dernière minute, trois candidats s’affronteront pour cette succession, de droite et du centre. Pour la première fois, la gauche sera absente du scrutin.

Le contexte politique

Elu en 2000 à la suite de Jacques Lasne, Jean-Pierre Spilbauer (DVD, ex-UMP) a décidé de rendre les clefs de la ville tout en restant actif sur le dossier de pôle image. Il part en revanche sans poulain, ouvrant le jeu d’une guerre de succession à trancher dans les urnes. Parmi les trois candidats en lice, deux sont d’anciens colistiers. Le premier, Charles Aslangul, a été dans sa majorité en 2008 avant d’en claquer la porte fin 2011 et de se présenter contre lui en 2014, siégeant depuis dans l’opposition. Le deuxième, Emmanuel Gilles de la Londe, fait également partie de l’équipe depuis 2008, et est resté dans la majorité, mais il a été exclu de l’exécutif fin 2018 après avoir fustigé le coût du projet Daguerre (parti prenante du pôle image) et critiqué la gouvernance du maire en plein Conseil municipal. L’élu peut en revanche compter sur le soutien de son parti LR, Libres, Génération Ecologie, Nouveau centre, Alliance centriste, Parti animaliste. Le conseiller départemental a par ailleurs rallié dans son équipe un ancien candidat de 2014, Thierry Brayard. En dehors des deux anciens colistiers du maire sortant, le troisième homme est Serge Godard, investi par LREM et le Modem. Expert-comptable depuis une trentaine d’années après avoir été un temps forgeron, il a créé le comité local bryard En Marche dès 2016. A gauche : aucune liste n’a émergé à ce jour et sauf, rebondissement, elle sera pour la première fois totalement absente du scrutin ce 15 mars 2020.

Au-delà des programmes qui défendent tous un urbanisme maîtrisé ou le développement économique autour notamment du pole image, et ne sont pas fondamentalement opposés malgré quelques variantes, la distinction se fera davantage sur les personnalités qui les incarneront. Les trois ont fait une campagne active et de terrain. Deux pourront s’appuyer sur leurs investitures, le troisième sur l’assise électorale de sa campagne de 2014 où il avait réalisé 32%.

Détail des programmes (à venir)

Paroles et attentes de citoyens

© Google Street View

Avenue Georges Clémenceau
Hélène, 31 ans, mère au foyer, travaille dans le milieu hospitalier : “J’habite ici depuis que je suis toute petite, et la ville a totalement changé. Avant c’était un village, mais la bétonisation est effrénée. Au niveau activités, par contre, il y en a beaucoup à faire avec mes deux enfants.”
Guy, la soixantaine, retraité : “Je suis satisfait de la gestion actuelle. La ville est en bonne voie, elle est en train de reverdir. Je trouve que la bétonisation ralentit.”  

© Google Street View

Centre ville, grande rue Charles de Gaulle
Un commerçant de 55 ans : “J’habite à Bry depuis six ans. Je pense qu’il faudrait modifier le plan d’urbanisme et établir des droits de préemption pour préserver le paysage. Il faut encadrer la densification. Je ne blâme pas les propriétaires d’habitation qui acceptent de vendre leurs biens aux promoteurs pour de belles sommes. Mais la mairie peut s’en mêler, tout en respectant le plus possible leur liberté. Une idée serait aussi de végétaliser davantage. Pour les personnes à mobilité réduite et les poussettes, des aménagements sont aussi nécessaires. Il faudrait aussi trouver un moyen d’homogénéiser le haut et le bas de Bry, qui sont considérés l’un populaire, et l’autre plus aisé. Pourquoi pas des navettes urbaines pour améliorer les transports entre les deux côtés ? Dans la mesure du possible, plus de mixité sociale serait bien dans les écoles notamment, qui sont encore très différentes selon les secteurs. Mais la population ici est assez âgée et n’est pas spécialement ouverte au sujet de la mixité.”
Catherine, 55 ans, boulangère : “Il faudrait plus de commerces, pourquoi pas des activités organisées par la mairie dans le centre-ville. Sinon tout va bien.”
Une commerçante de 55 ans : “J’apprécie la ville, même si je n’y vis pas. On trouve des familles installées, avec des couples entre 35 et 40 ans, et des personnes âgées. Les gens me disent qu’ils y a trop d’agences immobilières. Une vieille dame m’a dit qu’elle regrettait qu’il n’y ait pas de salon de thé.”
Véronique et Jean Marie, 56 et 68 ans, fleuristes : “Nous travaillons tous les jours à Bry, 7 jours sur 7, mais on habite à la campagne pour avoir plus d’espace et de nature. A Bry, il y a plusieurs espaces verts, comme les bords de Marne, Les Coudrais (qu’on dit mal fréquentés), le parc devant la mairie… On ne trouve pas que la population est si âgée, il y a de nouveaux couples qui emménagent dans des immeubles modernes, qui sont très laids soit-dit en passant. Il faudrait rendre les parkings payants pour éviter que les résidents y stationnent tout le temps. Mais le commerce est bon malgré ça.”
Nathalie, 51 ans, courtière en financement : “La ville est vraiment calme et agréable. Par contre c’est très compliqué de se garer pour nos clients. Personnellement je me gare loin des boutiques, mais certains commerçants monopolisent les places en face de leurs boutiques. Il faudrait peut-être finir par rendre le parking payant au bout d’une heure ou deux.”

© Google Street View

Quartier des hauts de Bry
Safia, la quarantaine, un caddy rempli: “Je suis maman de deux enfants et il n’y a pas assez de commerces et de parcs pour les enfants dans le haut de Bry. Celui en face de chez moi a été transformé en résidence. Les transports sont opérationnels mais pour faire mes courses je suis obligée de prendre le bus, ce n’est pas pratique comme vous voyez.”
Aïcha, 37 ans, mère au foyer : “J’ai une poussette et les transports sont compliqués à emprunter pour aller vers le haut de Bry. Seul le bus 120 va dans le haut de la ville, et le 520 ne circule pas le weekend parce qu’il fonctionne seulement les jours ouvrés pour amener les gens au travail.”

Tout les candidats en présence

Charles Aslangul
Son actu
Sa liste (à venir)
Son programme (à Venir)

Emmanuel Gilles-de-la-Londe
Son actu
Sa liste
Son programme (à Venir)

Serge Godard
Son actu
Sa liste (à venir)
Son programme (à Venir)

Abonnez-vous pour pouvoir télécharger l'article au format PDF. Déjà abonné ? Cliquez ici.
20 commentaires pour Municipales 2020 à Bry-sur-Marne: candidats, contexte, attentes des citoyens
Ajouter une photo

N'envoyez que des photos que vous avez prises vous-même, ou libres de tout droit. Les photos sont publiées sous votre responsabilité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi