Coronavirus | Val de Marne | 13/03
Réagir Par

Municipales 2020 en Val-de-Marne: attentes des citoyens

Municipales 2020 en Val-de-Marne: attentes des citoyens
COVID19 en Val-de-Marne : Voir la page

De Limeil-Brévannes à Vincennes en passant par La Queue-En-Brie, Sucy, Bonneuil, Le Plessis ou Gentilly, 94 Citoyens a interviewé une centaine de citoyens, habitant dans les quartiers pavillonnaires comme les cités, pour recueillir leurs attentes par rapport aux municipales. D’une ville à l’autre, des préoccupations reviennent. Les gens veulent des petits commerces, des places de stationnement, des arbres, de la propreté, pas trop de béton mais pas des loyers trop chers non plus, des activités pour les jeunes… Quant à aller voter, l’enthousiasme est mitigé. Paroles de citoyens en Val-de-Marne.

Du vrai commerce, pas des agents immobiliers

D’une ville à l’autre, l’une des demandes qui revient sans doute le plus fréquemment, avec la demande de propreté, est la présence des petits commerces, même si les habitants confient souvent aller au centre commercial. « Le centre-ville est mort, avec trop d’agences immobilières. Personnellement je ne vais faire mes courses exclusivement à Auchan et au centre commercial Créteil Soleil. Et en plus, dans les banques du centre, il n’y a systématiquement pas assez de liquidités pour retirer », témoigne ainsi Muriel, 49 ans, croisée dans le quartier du vieux Brévannes. « On a beaucoup trop construit. La ville a déjà stoppé la bétonisation en créant de nouveaux parcs mais il n’y a pas assez de commerces et beaucoup trop d’agences immobilières. Le marché, par exemple, est insuffisant : il y a seulement un primeur et un poissonnier. On a aussi une seule boucherie dans le centre-ville. Elle est Halal et certains habitants n’y vont pas », déplore aussi Sophie, 25 ans, enceinte.

« Une chose à améliorer dans la ville, c’est l’installation d’un meilleur marché. Pour l’instant, il n’y a qu’un petit stand de fruits et légumes donc on ne peut pas appeler cela un vrai marché », regrette aussi Emel, 23 ans, à Bonneuil-sur-Marne. A La Queue-en-Brie encore, Nadine, 72 ans, aimerait bien retrouver un marché «  car il n’y a pas beaucoup de commerces et cela apporterait de la convivialité », estime la retraitée.

D’un bout à l’autre du département, la quête du petite commerce meyt tout le monde d’accord. « Ce qui devrait y avoir davantage à Boissy-Saint-Léger, ce-sont des commerces de bouche. Ici quand on a pas de voiture, ça devient un peu compliqué », regrette encore Martine. « Il y a des quartiers qui se meurent, c’est dommage. On est un peu excentré ici, il n’y a plus rien dans le centre commercial, le tabac a également fermé « , se désole Marie, dans la Cité verte à Sucy-en-Brie.

Même dans les centre-villes pas si mal dotés, on réclame plus de vrais commerces par rapport aux services. « Il y a bien trop d’agences immobilières et de commerces de restauration rapide, qui ferment très tôt », regrette ainsi une retraitée à Nogent-sur-Marne. Jamais contents les habitants ? «ll y a trop de magasins bio» , déplore cette fois Sarah, avocate, 40 ans, dans le centre-ville de Vincennes qui concentre les commerces en tout genre. Une position qui n’est pas partagée cette fois par les autres habitants croisés, lesquels regrettent en revanche les prix de l’immobilier qui grimpent.

Halte au béton mais des logements pas trop chers

Des loyers trop chers, beaucoup d’habitants s’en plaignent, mais sans vouloir non plus que l’on construise trop de logements. « On bétonne beaucoup trop : je ne veux pas d’un nouveau Levallois-Perret ! Devant chez moi, le pavillon a été vendu pour construire un immeuble d’habitation, me coupant la vue sur le coucher de soleil! On veut garder le charme des jolis pavillons de Nogent », reproche Sophie, 39 ans, en plein centre-ville avec sa poussette. « Je trouve la ville assez calme, cela dit il y a trop de nouvelles constructions à mon goût, qui détruisent le paysage et l’environnement », estime aussi Zina, caissière, depuis la cité de la Joie, au Plessis-Trévise. « Dans le temps, Joinville, c’était un village. Aujourd’hui, le centre ville est gris et bétonné. Il faudrait plus de parcs et de verdure », réclame Chantal.

Pour ceux qui n’ont pas encore trouvé le logement adéquat, cette quête reste en revanche la priorité. « J’aimerais qu’il y ait plus de logements. J’ai cinq enfants et cela fait depuis 2011 que j’attends de pouvoir changer d’appartement.J’ai une jambe qui me fait mal et j’habite au 4ème étage », témoigne ainsi une quadra, cité du Chaperon vert à Gentilly.

Stationnement automobile

Côté urbanisme, on réclame aussi plus de stationnement, moins de bouchons, et, dans beaucoup de villes, plus de propreté. « Le parking pose problème : en tant que commerçants, nous avons un disque nous autorisant à nous garer, mais nous devons le changer toutes les 1h30, et non plus 2h comme c’était le cas auparavant. Les commerçants se voient souvent infliger des amendes en cas d’oubli », regrette Nadia, 35 ans, commerçante à Limeil-Brévannes. « Je lave les vitrines des commerçants de Nogent depuis 20 ans mais le parking est trop cher et je dépasse toujours le temps. Je me prend sans cesse des amendes de parking mais je suis bien obligé de me garer pour travailler. Il faudrait que la première heure soit gratuite au moins », suggère Arnaud, 40 ans, laveur de carreaux. « J’aime beaucoup Le Perreux, mais se garer est un enfer. Je peux tourner pendant 30 à 40 minutes avant de trouver une place », peste encore Yvon.

Des activités pour la jeunesse

Au-delà des commerces, une autre demande récurrente concerne les activités pour la jeunesse, pour les petits comme pour les jeunes qui vont devoir s’insérer dans la vie professionnelle. « J’aimerai un meilleur avenir pour les jeunes, et pour les plus petits un parc avec de vraies aires de jeux. Un petit terrain de foot aussi car je vois les gosses de ma cité jouer à l’étroit dans notre parc. Des balançoires aussi, et, globalement, plus de moyens pour occuper ceux qui ne peuvent pas partir en vacances », énumère Eina dans la cité de la Joie, au Plessis.

Tranquillité

La tranquillité revient aussi souvent, dans les quartiers. « Au niveau de la sûreté on est bon, sauf pour les jeunes. Ils passent avec leur scooter à 2h-3h du matin, et bien que j’habite au 7ème étage je les entends. Ils font énormément de bruit », s’agace Emel à Bonneuil. « J’aimerais voir plus d’agents et de médiateurs », suggère sur ce point Emilie, 30 ans, croisée rue du général Leclerc. «  Il ne faut pas forcément plus de policiers mais plutôt insister sur l’éducation des jeunes« , propose Meite, 43 ans, Cité Fabien.

Voter ou pas ? Bof

Alors que les entretiens se sont déroulés avant que ne se déclenche vraiment la crise du Coronavirus, peu d’habitants se déclarent vraiment enthousiastes pour aller voter. « Les municipales, c’est toujours pareil. Les candidats viennent sur les marchés, et puis plus rien! », entend-on ici. « J’ai pas envie de voter, j’en ai ras le bol de la politique ! Il faut que les hommes politiques arrêtent de se montrer que pendant les élections. En période électorale, le maire se balade dans le marché et tout le reste de l’année on ne le voit pas« , reproche-t-on là. « Je ne sais pas si j’irai voter car je suis déçue. Ils ne tiennent jamais leurs promesses alors pourquoi devrions-nous répondre à nos devoirs ? » questionne une habitante. Non je ne vais pas voter car je suis religieux », rompt encore un autre. Ceux qui sont les plus motivés invoquent le combat de leurs ancêtres pour aller voter. « Je vais aller voter car c’est un droit qu’on a acquis, même si c’est pour aller voter blanc », a ainsi décidé Nadine. Et puis, il y a aussi ceux qui aimeraient bien mais qui ne peuvent pas. « Si je pouvais voter j’irai, mais il faudrait autoriser le droit de vote aux étrangers », suggère une habitante.

Propos recueillis par Virginie Idéal, Dahlia Girgis, Océane Louvel, Lucie Lequier, Louisianne Taillard.

Lire tous nos articles sur le thème Coronavirus en Val-de-Marne

A lire aussi sur le thème Coronavirus en Val-de-Marne

3000 tests positifs au Covid-19 en Ile-de-France entre le 13 et 30 mai

Succès pour le dépistage du coronavirus sans rendez-vous à Bonneuil-sur-Marne

Solidarité – Créteil : le réseau associatif s’active pour coudre et distribuer des masques

Créteil Soleil, Belle Epine, Quais d’Ivry, La Vache noire et Val-de-Fontenay rallument la lumière avec précaution

Val-de-Marne: la réouverture des crèches départementales et PMI se poursuit

Val-de-Marne: réouverture de presque tous les collèges

Abonnez-vous pour pouvoir télécharger l'article au format PDF
COVID19 en Val-de-Marne : Voir la page
2 commentaires pour Municipales 2020 en Val-de-Marne: attentes des citoyens
Ajouter une photo

N'envoyez que des photos que vous avez prises vous-même, ou libres de tout droit. Les photos sont publiées sous votre responsabilité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi