Municipales | Accueil Val de Marne (94) Villeneuve-Saint-Georges | 29/06
Réagir Par

Municipales 2020: Philippe Gaudin prend sa revanche à Villeneuve-Saint-Georges

Municipales 2020: Philippe Gaudin prend sa revanche à Villeneuve-Saint-Georges © Fb

Après un échec à quelques voix près en 2014, Philippe Gaudin a remporté les élections municipales 2020 à Villeneuve-Saint-Georges avec 61,67% des suffrages exprimés. En ravissant le fauteuil occupé par la communiste Sylvie Altman (27,61%) depuis 2008, l’ancien instituteur fait basculer la cité cheminote à droite, une première depuis vingt ans.

Acclamé devant sa permanence de la rue de la Marne, tout près de l’hôtel de ville, le nouveau maire de Villeneuve-Saint-Georges savoure sa victoire. Le retraité de l’éducation nationale est entouré de ses colistiers, ses soutiens, des curieux attirés par les vivats ainsi que des maires de Villeneuve-le-Roi et Ablon-sur-Seine. «Nous avons réussi à rassembler des gens de clivages politiques différents autour d’un projet fédérateur. Après douze ans de mandat, Sylvie Altman laisse la ville dans un état déplorable et le résultat de ce soir témoigne du rejet de son bilan», réagit le nouvel édile. «Je vais mettre un coup d’arrêt au projet de transformation du square Berthelot en parking qui allait entraîner la destruction d’une vingtaine de marronniers plantés il y a 70 ans ! Je me mets au travail dès lundi à 8h30», annonce l’élu.

Pendant ce temps, à l’espace Jean-Cocteau, où se situe le bureau centralisateur, le personnel municipal termine l’enregistrement des résultats. Sylvie Altman a quitté la salle vers 22h30 après avoir proclamé les résultats, tentant de donner le change mais visiblement éprouvée par la claque électorale. Sur les 5239 votants, soit 38,44% du corps électoral, le candidat à la tête de la liste Mieux vivre à Villeneuve a recueilli 3123 voix (61,67%), loin devant la maire-sortant qui a seulement rassemblé 1398 voix (27,61%). Le centriste Eric Colson s’est classé en troisième position avec 543 voix (10,72%).

Des militants sortent aussi, les yeux rougis. «Ce n’est pas ce soir que l’on dressera un bilan», glisse un élu. «Je ne m’attendais pas à ce qu’il soit aussi haut. Je suis dégoûté. Soixante pour cent !», souffle un jeune homme qu’une femme tente de consoler en le prenant dans ses bras. Une employée de la mairie se demande si elle va chercher du travail ailleurs.

Un dépouillement sans beaucoup de suspense

Dès les premiers bulletins dépouillés, les piles bleues sur les tables des scrutateurs ont nettement pris le dessus. Kristell Niasme, seconde sur la liste de Philippe Gaudin, supervise le dépouillement pour son camp. Elle vient de temps en temps vers l’emplacement réservé au public pour prendre les conseils de Didier Gonzales, le maire de Villeneuve-le-Roi. L’équipe, qui considère s’être fait voler l’élection de 2014, compte consigner tout motif de réclamation. A l’époque, l’élu qui avait fait alliance avec le Rassemblement national au second tour, avait perdu de quelques voix, une partie de son équipe, dont l’actuel candidat UDI Eric Colson, s’était désolidarisée de ce choix. Le candidat avait aussi perdu les logos LR, UDI et Modem.

Au fur et à mesure que les petites mains des scrutateurs ouvrent les enveloppes, la domination du candidat de droite ne fait cette année plus de doute. L’élection ne se jouera pas dans un mouchoir de poche. Sylvie Altman s’assoit, la tête baissée, elle fait face au public essentiellement composé de partisans de Philippe Gaudin.

Le regret d’avoir assisté à la revanche de 2014

Dans le public pourtant, un homme a du mal à garder son calme. Il s’agit d’un ex-colistier de Birol Biyik. Entre les deux tours, l’écologiste s’est rallié à l’équipe de la maire-sortante. «C’est un truc de fou. C’est lamentable ce qu’il s’est passé sur ces élections avec cette alliance de merde. C’est du jamais vu un tel camouflet. Pendant six ans il n’a pas arrêté de les attaquer, il avait des dossiers et puis finalement ils ont décidé de se mettre ensemble». Pour beaucoup de partisans, cette fusion avec la liste menée par le conseiller municipal d’opposition EELV était une mauvaise idée, «le baiser de la mort», lâche un observateur. Si, a posteriori, ce rapprochement est fustigé, le score faible de Sylvie Altman, créditée de seulement 19,29% des suffrages exprimés au premier tour, et la perspective d’une quadrangulaire, justifiaient cette fusion.

Côté UDI, Eric Colson, présent dans le public du bureau de vote n°1 accepte le résultat mais nourrit aussi des regrets. «Nous aurions pu proposer autre chose aux Villeneuvois que ce duel mais nous avons été trop bêtse de ne pas nous unir au premier tour. Quand vous voyez les résultats du RN cumulé à DLF aux européennes, ça cristallise les voix pour un second tour et puis je reconnais que l’équipe Gaudin a mené une belle campagne. A présent, nous allons nous engager dans une opposition constructive et voterons en faveur des projets qui sont bons pour Villeneuve».

Abonnez-vous pour pouvoir télécharger l'article au format PDF. Déjà abonné ? Cliquez ici.
6 commentaires pour Municipales 2020: Philippe Gaudin prend sa revanche à Villeneuve-Saint-Georges
Ajouter une photo

N'envoyez que des photos que vous avez prises vous-même, ou libres de tout droit. Les photos sont publiées sous votre responsabilité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi