Municipales | Accueil Val de Marne (94) Val de Marne | 23/01
Réagir Par

Municipales en Val-de-Marne: 7 villes privées de nuance politique

Municipales en Val-de-Marne: 7 villes privées de nuance politique

D’une élection locale à l’autre, le casse-tête revient pour les préfectures : attribuer une nuance politique (Gauche, extrême gauche, centre, droite…) à chaque candidat, même sans étiquette. A compter des municipales de 2020, ce nuançage ne concernera plus les communes de moins de 9 000 habitants sauf les chefs-lieux d’arrondissement, soit 96% des villes et la moitié des électeurs du pays.

Pour comprendre le changement, il convient de faire un petit retour en arrière. Depuis 2014, les préfectures devaient attribuer une nuance à toutes les communes de plus de 1000 habitants (contre 3500 auparavant). La classification des candidats en nuances, imposé par les représentants de l’Etat et pas obligatoirement corrélé avec les étiquettes présentées par les candidats, suscitait la désapprobation d’un certain nombre de maires de communes rurales qui souhaitaient apparaître comme non inscrits. En 2014 notamment, un certain nombre s’étaient insurgés de se retrouver catalogués en divers droites alors qu’ils accueillaient toutes les tendances politiques sur leur liste.

Circulaire polémique

C’est dans ce contexte qu’une circulaire du ministre de l’Intérieur publiée en décembre dernier (à lire ci-dessous) a demandé aux préfets de ne plus attribuer de nuances dans les villes de moins de 9000 habitants. Un retour de balancier considéré cette fois comme excessif dans l’autre sens. Si l’Association des maires ruraux de France s’st félicitée de ce changement, arguant que la vie politique dans les communes rurales « relève d’une pratique bien différente et peu comparable aux enjeux partisans des villes » et que ces attributions de nuances imposées par les préfets pouvaient « affaiblir la tête de liste face à des colistiers qui peuvent se sentir trahis par la diffusion d’une information qui n’émane pas de la liste, ou encore induire en erreur l’électeur », la réjouissance n’a pas été unanime.

Dans un communiqué publié cette semaine, l’association des Maires de France (AMF) reconnaît bieni avoir demandé que le nuançage contienne une catégorie « non-inscrit et sans étiquette » mais rappelle que cette option était sa seule demande et regrette qu’il n’y ait pas été donné suite. « L’AMF demande donc au gouvernement de réviser sa circulaire en créant une catégorie de nuance « non-inscrit ou sans étiquette », en renonçant au seuil de 9 000 habitants, sans modifier le dispositif de 2014 », réclame l’association d’élus.

 

 

Ce vendredi 24 janvier, c’est le Conseil d’Etat qui se penchera sur la question, suite à l’attaque de la circulaire Castaner par deux élus LR de deux communes de l’Ain de moins de 9000 âmes, Elisabeth Laroche et Alexandre Nanchi, soutenus par le député Damien Abad.

Sept communes en Val-de-Marne

Dans le Val-de-Marne, département de la proche couronne parisienne, seulement 7 villes sur 47 sont concernées, essentiellement situées dans le plateau briard, soit 32 000 habitants sur plus de 1,3 million.

Une mesure qui arrange globalement les élus locaux

Dans ces communes, la circulaire Castaner fait plutôt ni chaud ni froid. En dehors d’Eric Grillon, maire LR d’Ablon-sur-Seine, qui s’en agace sur le principe tout en indiquant faire campagne sans revendiquer de couleur politique, les élus se contrefichent de la nuance. « La circulaire, ça m’arrange. Il n’y a que six encartés sur la liste et nous avons de toutes les tendances politiques, des Républicains aux communistes, s’en amuse Arnaud Védie (LR), candidat à la succession de Georges Urlacher, qui entend défendre les « irréductibles Pérignons » dans le Grand Paris, dans une liste d’intérêt communal. Même position pour Sylvie Gérinte, maire sortante LR de Marolles-en-Brie, Nathalie Guesdon, candidate non inscrite à Mandres-les-Roses. « Je n’ai jamais vraiment eu de couleur politique, témoigne également Raymond Charresson, maire sortant de Rungis qui ne se représente pas. Et puis, en ce moment, les partis ne sont pas vraiment en odeur de sainteté. Dans la campagne de 2020, aucun des candidats en lice ne se revendique d’une étiquette », remarque l’édile.

Maquillage pour rendre la carte plus centriste?

Alors que la majorité des communes de moins de 5000 habitants du département sont dirigées par des maires LR, le président des Républicains du Val-de-Marne, Olivier Capitanio, concède également que les campagnes locales ne se jouent pas sur les étiquettes politiques mais déplore ce changement de règle dans la lecture de la carte électorale, à quelques semaines du scrutin. « Difficile de pas y voir une volonté gouvernementale de camoufler des résultats qui s’avéreraient décevants. Au niveau départemental, personne ne sera dupe, mais à l’échelle nationale, cela va perturber la lecture », estime le maire de Maisons-Alfort.

2014-2020 : changement de nuances

Au-delà de l’absence d’attribution de nuances aux listes des communes de moins de 9000 habitants, l’autre élément qui a suscité la colère des élus LR qui ont attaqué la circulaire Castaner est l’évolution de l’éventail des nuances politiques proposées pour répartir les milliers de candidats dans quelques familles politiques afin de faire des comparaisons d’un territoire à l’autre. En 2014, 17 nuances se répartissaient entre 5 familles (extrême gauche, extrême droite, gauche, droite et divers). En 2020, ce-sont 22 nuances qui sont proposées, permettant d’accueillir les Gilets jaunes, les Régionalistes, les écologistes hors EELV mais aussi plus de partis du centre. Ces 22 nuances se répartissent entre 6 familles, la sixième étant justement le centre. Des partis du centre et centre-droit comme le Modem et l’UDI, classés à droite en 2014, rejoignent cette catégorie, ainsi bien-sûr que LREM. DLR, qui était classé à droite (devenu depuis DLF) est désormais classé à l’extrême-droite, depuis l’alliance avec le FN (devenu RN) en 2017.

Dans cette évolution du nuancier, une petite phrase a fait tiquer les élus, qui indique que le label divers centre sera non seulement attribué aux listes ayant obtenu l’investiture du Modem ou de LREM, mais aussi à celles qui, « sans être officiellement investies par LREM, ni par le Modem, ni par l’UDI, seront soutenues par ces mouvements ». Une préconisation qui n’est pas formulée de manière équivalente pour les autres partis. Pour les requérants contre la circulaire, cela revient pour les partis en question à décider eux-mêmes des nuances des listes en les soutenant.

Pour comprendre les différences de nuances et de familles politiques entre 2014 et 2020, voir les deux tableaux ci-dessous.

Les 17 nuances de listes en 2014 et leurs 5 familles politiques

Code nuance Partis composant la nuanceFamille politique de rattachement
LEXG(LO, NPA, Alternatifs, POI… divers extrême gauche)Extrême gauche
LFGPG et PCFGauche
LPGPG et PCFGauche
LCOMPCFGauche
LSOCPSGauche
LUGUnion de partis de gaucheGauche
LDVGDivers gauche (PRH, MRC, MUP, dissidents de partis de gauche…)Gauche
LVECEELVGauche
LDIVDivers (CPNT, Parti blanc, Parti Pirate, Contribuables, Parti d’en rire, Mouvements religieux…)Divers
LMDMModemDroite
LUCCentre  Droite
LUDIUDI (PLD, Alliance centriste, Nouveau Centre, Gauche moderne, Force européenne démocrate, Parti radical, Nouvelle écologie démocrate, Territoires en mouvement…)Droite
LUMPUMPDroite
LUDUnion des partis de droiteDroite
LDVDDivers droite (Alliance royale, Parti chrétien démocrate, DLR, République solidaire, CNIP…)Droite
LFNFNExtrême droite
LEXDExtrême droite (MNR, Nissa Rebela, Bloc identitaire, Ligue du Sud, Alsace d’abord, Force française, Parti de France…)Extrême droite

Les 22 nuances politiques de listes en 2020 et leurs 6 familles de rattachement

Code nuance Partis composant la nuanceFamille politique de rattachement
LEXG(LO, NPA, POI… divers extrême gauche)Extrême gauche
LCOMPCFGauche
LFILFIGauche
LSOCPSGauche
LRDGPRGGauche
LDVGDivers gauche (Génération.S, Place Publique, Nouvelle Donne, MRC, MDP…)Gauche
LUGUnion de partis de gaucheGauche
LVECEELVGauche
LECOPartis écologistes hors EELV (UDE, AEI, RC-Cap21, Conf pour l’Homme, l’animal, la planète…) Divers
LDIVDivers et inclassables (UPR, Parti animaliste, Vote blanc, Parti pirate, Contribuables, Solidarité et Progrès…)Divers
LREGRégionalistesDivers
LGJGiles jaunesDivers
LREMLREMCentre
LMDMModemCentre
LUDIUDICentre
LDVCDivers centreCentre
LLRLRDroite
LUDUnion des partis de droiteDroite
LDVDDivers Droite (Les Centristes, MPF, PCD, CNIP, Aliance royale, CPNT, La France qui ose, PLD…)Droite
LDLFDLFExtrême droite
LRNRNExtrême droite
LEXDExtrême droite (Patriotes, Comités Jeanne, MNR, Identitaires, Ligue du Sud, Parti de la France, SIEL, Front des partiotes républicains, Civitas…)Extrême droite

La circulaire Castaner

Cette circulaire n’a pas fait l’objet d’une diffusion publique à l’origine mais a été rendue publique par le site Public Sénat. Voir ci-dessous :

[DOCUMENT PUBLICSENAT.FR] C… by Public Sénat on Scribd

Abonnez-vous pour pouvoir télécharger l'article au format PDF
2 commentaires pour Municipales en Val-de-Marne: 7 villes privées de nuance politique
Ajouter une photo

N'envoyez que des photos que vous avez prises vous-même, ou libres de tout droit. Les photos sont publiées sous votre responsabilité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi