Publicité
Publicité : Les Trophées du Territoire CCI 94
Orientation | Paris | 27/10/2020
Réagir Par

Orientation – Paris: le centre d’information pour les jeunes n’a plus de local

Orientation – Paris: le centre d’information pour les jeunes n’a plus de local

Le Centre d’information et de documentation jeunesse (CIDJ) devra quitter ses locaux près de la Tour Eiffel en fin d’année, victime d’un “conflit financier” entre les institutions, a regretté mardi sa présidente Marie Richard.

Les institutions se renvoient la balle et aucune alternative satisfaisante n’a pour l’heure été présentée au Centre, qui informe 100.000 jeunes tous les ans sur des questions d’orientation et d’emploi.

Des formations, forums, ateliers thématiques y sont organisés. “Le CIDJ, c’est le carnet d’adresses de ceux qui n’en ont pas (…) Quel autre lieu peut ainsi accompagner en présentiel et par Internet une jeunesse confrontée à une plus grande précarité que jamais, et aux pires difficultés d’insertion”, expliquait Mme Richard la semaine dernière au Parisien.

Plusieurs nouveaux locaux ont été proposés par la mairie, tous refusés car le Centre “ne peut pas se permettre de payer un loyer”, selon Marie Richard.

Le Centre a occupé des locaux prêtés gracieusement par l’État à la Ville. La mairie n’a pas renouvelé le dernier bail qui prend fin le 31 décembre 2020 car elle prévoit des travaux autour de la Tour Eiffel en vue des JO Paris-2024. Le CIDJ a demandé un délai supplémentaire. 

Un local a été proposé par la Ville -et refusé- de manière temporaire quai de Grenelle, se défend Hélène Bidard, adjointe à la maire de Paris en charge de la jeunesse, en attendant que de nouveaux crédits pour financer un loyer soient engagés par les autres institutions qui peinent à intervenir. 

“Il n’y a pas eu de propositions de la part de l’État ou de la Région. Pourtant, le CIDJ est une organisation nationale et la Région est chef de file sur les questions de jeunesse”, a-t-elle déclaré.

“Ce n’est pas à nous de proposer de nouvelles solutions”, a commenté de son côté le cabinet de la secrétaire d’État en charge de la jeunesse, Sarah El Haïry. Le ministère organise à ce sujet une réunion le 30 octobre, pas nécessairement pour débloquer des financements mais pour “trouver un nouvel équilibre”. 

Et pour la Région, le CIDJ “doit rester là où il est”. Patrick Karam, vice-président en charge de la jeunesse, dénonce une décision “inacceptable” et “incompréhensible” de la mairie. 

Abonnez-vous pour pouvoir télécharger l'article au format PDF. Déjà abonné ? Cliquez ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi