Finances locales | | 16/12/2020
Réagir Par

Paris vote son budget 2021 dans une ambiance agitée

Paris vote son budget 2021 dans une ambiance agitée

Le Conseil de Paris a voté mardi soir le budget de la capitale pour 2021, après avoir concédé quelques efforts sur le social ou le sport, au cours d’une séance marquée par une passe d’armes entre les élus insoumis et communistes, et le préfet Lallement, présent au moment de la discussion sur le budget dédié à la préfecture de police de Paris.

Avec un budget annuel avoisinant les 10 milliards d’euros, et une dette estimée à 7,05 milliards d’euros fin 2021 (contre 6,4 milliards d’euros fin 2020), la mairie de Paris a déploré une baisse de ses ressources, et un “désengagement” de l’État.

 “Ce budget mène Paris droit vers la faillite, le surendettement et l’augmentation des impôts et taxes”, a regretté Rachida Dati. “6,5 milliards de recettes fiscales, contre 5,1 en 2013: en 2021, jamais les Parisiens n’auront été autant taxés. (…) Aux abois, vous n’avez plus qu’une solution: la dette”, a fustigé la maire du VIIe arrondissement.

 Au cours des discussions sur le budget spécial versée à la préfecture de police, le préfet Didier Lallement, présent en conseil, a été chahuté par les élus communistes et Insoumis, qui ont réclamé sa démission. “Vous sollicitez notre approbation par un vote engageant la collectivité parisienne, à déléguer des crédits sous votre responsabilité. Nous ne pouvons aujourd’hui vous accorder cette confiance tant nous réprouvons la politique de maintien de l’ordre à Paris. Votre défiance envers les droits les plus fondamentaux étant totale, notre confiance ne peut vous être accordée”, a ainsi motivé Béatrice Patrie (PCF).

 “Toute la politique du maintien de l’ordre doit changer. Le caractère systémique, le nombre et l’impunité des violences policières, nous imposent à interroger la chaine de commandement au plus haut niveau”, a insisté le président du groupe communiste, Nicolas Bonnet-Oulaldj, poursuivant par un : “Lallement et Darmanin doivent partir”.

De son côté, la maire de Paris, Anne Hidalgo, a affirmé que sur “les questions relatives au maintien d’ordre”, “oui, depuis des années maintenant les manifestations sont souvent l’objet de violences liées à des casseurs qui empêchent le droit de manifester (…) oui, la question du maintien d’ordre est une question sur laquelle nous devons travailler et avancer”.

“J’ai entendu des mises en causes directes, personnelles du préfet de police. Il se trouve que nous sommes des élus (…) Nous avons à nous adresser aux ministres”, et pas au fonctionnaire, a néanmoins ajouté l’élue, avertie par ses alliés en amont de cette prise de parole, selon les communistes.

Les élus communistes, qui brandissaient des pancartes “Stop aux violences policières”, ont quitté la séance lorsque le préfet de police a pris à son tour la parole.

Abonnez-vous pour pouvoir télécharger l'article au format PDF. Déjà abonné ? Cliquez ici.
Aucun commentaire pour Paris vote son budget 2021 dans une ambiance agitée
    Ajouter une photo

    N'envoyez que des photos que vous avez prises vous-même, ou libres de tout droit. Les photos sont publiées sous votre responsabilité.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    A lire aussi