Santé | Accueil Val de Marne (94) Périgny-sur-Yerres | 26/06
Réagir Par

Périgny et Villecresnes interdisent le gaz hilarant aux mineurs

Périgny et Villecresnes interdisent le gaz hilarant aux mineurs

Le protoxyde d’azote, autrement appelé gaz hilarant, peut être utilisé à des fins médicales ou comme gaz de pressurisation, pour alimenter les siphons à chantilly par exemple. Inhalé, le « proto » a des vertus euphorisante prisées des jeunes mais avec malheureusement des effets secondaires.

Si l’usage médical de ce gaz pour ses propriétés anesthésiques et analgésique est contrôlé, on peut aussi l’acheter partout sous forme de cartouches, utilisé comme gaz de pressurisation pour les aérosols alimentaires pour faire monter une chantilly ou réussir une émulsion. Il suffit dès lors de vider la cartouche dans un ballon gonflable pour sniffer le gaz, ce qui provoque des fous rires pendant plusieurs minutes. Une drogue pas chère (5 euros les 10 cartouches) en vente libre partout puisqu’elle n’est pas destinée à cet usage détourné.

Son usage s’est banalisé à tel point que le ministère de la Santé a publié fin 2019 un communiqué pour alerter sur les dangers de cette pratique, faisant état de 25 signalements d’effets sanitaires sévères entre janvier et novembre 2019, dont 10 graves avec des séquelles. Et le ministère de la Santé de détailler « les risques immédiats (asphyxie par manque d’oxygène, perte de connaissance, brûlure par le froid du gaz expulsé de la cartouche, perte du réflexe de toux (risque de fausse route), désorientation, vertiges, risque de chute) et les risques en cas d’utilisation régulière ou à forte dose (atteinte de la moelle épinière, carence en vitamine B12, anémie, troubles psychiques). »

Dans le plateau briard, les nouveaux maires de Villecresnes et de Périgny-sur-Yerres, Patrick Farcy et Arnaud Védie, ont décidé de prendre les devants, après avoir constaté la floraison de cartouches vidées dans les espaces publics, et ont chacun pris un arrêté pour interdire la vente du protoxyde d’azote sous toutes ses formes à des mineurs dans le périmètre de leur commune, ainsi que l’usage de ce gaz par des mineurs. « De nombreuses petites cartouches grises contenant le gaz sont retrouvées, de façon continuelle et massive, dans plusieurs secteurs de notre commune : le long des trottoirs, dans les jardinières de fleurs, dans notre lavoir », explique Arnaud Védie qui s’estime conscient de « déplacer le problème chez ses voisins » et indique avoir interpellé le ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner, « afin de savoir si le gouvernement a pris en considération ce phénomène actuel et si des dispositions législatives seront mises rapidement en vigueur pour endiguer ce problème de santé publique et en empêcher sa vente, du moins au grand public ».

A Villecresnes
A Périgny-sur-Yerres

Voir l’arrêté pris à Périgny-sur-Yerres.
Voir l’arrêté de Villecresnes

Abonnez-vous pour pouvoir télécharger l'article au format PDF. Déjà abonné ? Cliquez ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi