Transports | Accueil | 09/06
Réagir Par

Pistes cyclables provisoires: 30% de vélos sur la RD7 aux heures de pointe entre Paris et Villejuif

Pistes cyclables provisoires: 30% de vélos sur la RD7 aux heures de pointe entre Paris et Villejuif

Une dizaine de citoyens du Kremlin-Bicêtre, de Gentilly et de Villejuif ont procédé à une série de comptages de la part modale du vélo sur les pistes cyclables temporaires de la RD7 de la porte d’Italie (Paris) au centre-ville de Villejuif en passant par Le Kremlin-Bicêtre. Occasion de constater la montée en puissance des modes doux dans leur diversité, du Véligo au Vélib électrique en passant par les trottinettes.

Les comptages ont été réalisés par des équipes de quatre personnes les 27, 28 et 29 mai et ont donné lieu à une analyse détaillée.

“Le premier enseignement, c’est ce nombre de vélos considérable. En tant que piétons, usagers du bus ou cyclistes, nous ne remarquons sans doute pas ces passages, faute d’attention mais surtout faute d’angle d’observation. Par rapport à nos premières tentatives de mesure, les nombres ont donc explosé et sont le plus souvent entre 150 et 330 non motorisés par sens et par heure. Un second enseignement, c’est que les deux-roues motorisés, motos et scooters, sont toujours nettement moins nombreux que les vélo”, constate le rapport d’analyse des compteurs bénévoles qui ont relevé jusqu’à un tiers de part modale en vélo aux heures de pointe. Voir schéma ci-dessous.

Source : rapport d’analyse réalisé par Antoine Bonduelle, en lien avec l’association Mieux se déplacer à bicyclette (MDB)

Encore beaucoup d’auto-solistes

Au-delà du comptage des vélos, les bénévoles ont aussi quantifié les types de véhicules circulant sur la RD7. “A certaines heures, les utilitaires sont plus nombreux mais restent toujours minoritaires vis-à-vis des autos. Pourtant, leur présence est souvent utilisée pour justifier la « nécessité » du déplacement motorisé, y compris vers le centre de la métropole. En réalité ils sont très minoritaires vis-à-vis des autos particulières, et notamment des auto-solistes (conducteurs seuls dans leur véhicule), pointe le rapport qui chiffre leur présence à plus de la moitié. Voir le schéma.

Source : rapport d’analyse réalisé par Antoine Bonduelle, en lien avec l’association Mieux se déplacer à bicyclette (MDB)

La trottinette devient un mode de transport “sérieux”

Au sein des modes de transport doux, les bénévoles ont distingué Véligo, trottinettes, Vélib électrique, Vélib mécanique, et autres vélo, constant une part non marginale de trottinettes, majoritairement électriques, lesquelles représentent environ 13% des modes doux observés. “D’autres modes « rares » sont observés, comme les roues gyroscopiques, les vélos cargo, diverses remorques, ou encore la planche ou les patins à roulettes observés sur la traversée du périphérique vers la Porte d’Italie”, pointe le rapport.

Le gros du trafic en mode doux reste toutefois dévolu aux vélos (non Véligo ni Vélib). “En très forte majorité, c’est le « vélotaffeur » qui parcourt à bonne vitesse l’avenue vers son travail ou pour ses affaires. C’est l’usager des jours ouvrables, bien équipé, moins sensible à la température ou à la pluie que le vélo de fin de semaine”, décrit le rapport d’observations qui pointe toute de même l’apparition des Véligo, ces vélos de location longue durée proposés par la région, à hauteur de 1 à 2%, et des Vélibs en proportion plus importante, notamment les Vélibs électriques.

Source : rapport d’analyse réalisé par Antoine Bonduelle, en lien avec l’association Mieux se déplacer à bicyclette (MDB)

Des pistes temporaires globalement bien respectées mais fragiles

Si globalement les observateurs ont constaté le respect de nouvelles pistes, ils ont aussi remarqué leur fragilité. “Plots abimés ou déplacés, autos en double file, chantiers dé-confinés ou nouvelles constructions, qui dégradent encore trottoirs ou pistes”, signale l’équipe qui préconise de marquer au sol l’entrée de la nouvelle piste via un revêtement homogène et arasé à niveau et de renforcer la signalétique pour favoriser l’usage de ces nouvelles pistes.

Séparer les vélos et trottinettes des piétons

Les cyclistes insistent aussi sur la nécessité de séparer ces flux vélos et autres modes doux des flux piétons en évitant les larges trottoirs fourre-tout, dangereux pour les piétons.

Télécharger le rapport complet

Rapport réalisé par Antoine Bonduelle, en lien avec l’association Mieux se déplacer à bicyclette (MDB), à partir des comptages effectués par Marisa, Martine, Alain, Pierre, Thierry, André, Thomas, Frédéric…

A lire aussi :

Abonnez-vous pour pouvoir télécharger l'article au format PDF. Déjà abonné ? Cliquez ici.
5 commentaires pour Pistes cyclables provisoires: 30% de vélos sur la RD7 aux heures de pointe entre Paris et Villejuif
Ajouter une photo

N'envoyez que des photos que vous avez prises vous-même, ou libres de tout droit. Les photos sont publiées sous votre responsabilité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi