Environnement | Paris | 02/09
Réagir Par

Pollution de la Seine par le cimentier Lafarge à Paris: investigations en cours

Pollution de la Seine par le cimentier Lafarge à Paris:  investigations en cours

Depuis quand, dans quelles proportions et avec quel impact sur l’environnement le cimentier Lafarge rejette-t-il les eaux usées de son usine de Bercy dans la Seine? Et la fuite est-elle volontaire ou involontaire ?

Telles sont les questions aux quelles le Parquet de Paris devra répondre dans le cadre de son enquête judiciaire. Dans cette affaire, révélée ce mardi par la radio Europe 1, c’est la plainte déposée par l’Office français de la biodiversité (OFB) qui a constaté fin août une « suspicion de pollution de la Seine par une entreprise de travaux publics » qui a lancé l’alerte après que des membres de la Fédération interdépartementale pour la pêche et la protection du milieu aquatique ait découvert un trou dans la cuve de rétention des eaux usées du cimentier. Une eau qui contient des particules de ciment, de liquides de traitement et des microfibres de plastique. Une pollution qui pourrait remonter à plusieurs années en raison du dépôt observé sur les quais.

Lire l’article d’Europe 1

Lafarge porte plainte à son tour et dénonce un acte malveillant

Dans un communiqué publié ce mardi, le cimentier se dit victime d’un acte de malveillance, consistant en « une détérioration délibérée d’une plaque d’étanchéité, positionnée sur le dernier bassin de décantation des eaux, qui a entraîné un léger écoulement temporaire d’eau recyclée dans la Seine. » Lafarge Holcim annonce que cet écoulement a été stoppé « aussitôt détecté » et indique avoir lui-même porté plainte le 1er septembre contre un acte malveillant.

Préfecture et ARS indiquent qu’il n’y aucun impact sur l’eau potable

De leur côté, la préfecture de police, la préfecture de Paris Ile-de-France et l’ARS (Agence régionale de santé), ont annoncé ce mercredi avoir procédé ce mardi à une visite de l’inspection des installations classées pour la protection de l’environnement pour déterminer l’origine de la pollution et ses conséquences sur l’environnement, et pris des mesures complémentaires. « Aucun impact de la pollution signalée n’a été signalé sur l’eau de consommation humaine », insistent les représentants de l’Etat qui indiquent qu’aucune prise d’eau ni périmètre de protection de captage ni site de baignade n’est localisé dans Paris à proximité du site du déversement. « La première installation en aval de ce site est la prise d’eau de Suresnes (Hauts-de-Seine), alimentant l’usine de traitement du Mont Valérien. L’exploitant de ces installations a été informé de la situation et reste en alerte pour prévenir toute dégradation de la qualité de l’eau produite », rassurent les institutions. Ces rappellent par ailleurs que « la consommation et la commercialisation de tout poisson pêché dans la Seine est interdite. »

Abonnez-vous pour pouvoir télécharger l'article au format PDF. Déjà abonné ? Cliquez ici.
Cet article est publié dans avec comme tags environnement, pollution

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi