Justice | Accueil Val de Marne (94) Noiseau | 05/10
Réagir Par

Prison ou pas à Noiseau: le maire et la députée reçus au ministère

Prison ou pas à Noiseau: le maire et la députée reçus au ministère © Facebook Yvan Femel

Alors que Limeil-Brévannes a reçu l’assurance écrite de la part d’Eric Dupond-Moretti que la structure pénitentiaire de fin de peine, qui doit accueillir entre 150 et 200 détenus, ne viendrait pas s’installer dans la ville, Noiseau n’est toujours pas fixée sur son sort concernant le projet de maison d’arrêt de 700 places.

C’est dans ce contexte que la maire de la ville, Yvan Femel (LR), la députée de la circonscription Maud Petit (Modem) et une responsable du territoire Grand Paris Sud Est Avenir ont été reçus ce lundi 5 octobre au cabinet du ministère de la Justice pour s’enquérir de la situation.

« A ce stade, le projet du Gouvernement est dans une phase «très en amont», c’est-à-dire que les études préalables n’ont pas encore été lancées. Aucune décision n’est donc en mesure d’être prise sur l’implantation d’une telle structure à Noiseau. Nous avons, avec Maud Petit et le Territoire, réaffirmé notre totale opposition à ce projet et avons argumenté sur tous les points factuels et objectifs qui justifient cette position tranchée : taille de la commune au regard d’un tel établissement, éloignement du Tribunal de Créteil et du commissariat de Police, pas de centre hospitalier à proximité, pas de transport en commun en nombre suffisant, accès par une rue unique saturée matin et soir, consommation d’espaces agricoles et naturels, protection de la biodiversité, proximité du couloir aérien d’Orly…
En outre, l’implantation de cet établissement pénitencier mettrait en péril notre projet d’agro-quartier »,
explique le maire dans un communiqué.

« Contrairement au fonctionnement de l’ancienne Garde des Sceaux et de son Cabinet, les personnes que nous avons rencontrées nous ont assuré que le dossier serait traité dans la concertation avec les élus locaux, qu’elles nous tiendraient régulièrement informés de son état d’avancement, qu’il y ait du nouveau ou pas, que la suite soit favorable ou non pour Noiseau et ses habitants. Sans être totalement rassurés par la position du Ministère, les informations qui nous ont été transmises nous permettent de conclure aujourd’hui que rien n’a véritablement avancé depuis les échanges que nous avons eus avec Madame Belloubet fin juin 2019. La décision d’implanter ou non une prison à Noiseau n’a pas encore été prise. A ce stade, nous restons donc méfiants et totalement mobilisés contre ce projet absolument démesuré et surréaliste pour une ville comme la nôtre », poursuit l’élu.

Lire aussi :

Abonnez-vous pour pouvoir télécharger l'article au format PDF. Déjà abonné ? Cliquez ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi