Education | Val-de-Marne | 10/09
Réagir Par

Rentrée en Val-de-Marne: désarroi et colère des profs et des parents

Rentrée en Val-de-Marne: désarroi et colère des profs et des parents © Fb

«Du jamais vu», «un désastre», «une situation indigne», c’est ainsi que de nombreux enseignants, parents d’élèves et élus qualifient cette rentrée des classes en Val-de-Marne. Ils étaient une centaine à se rassembler ce mercredi après-midi devant l’inspection académique de Créteil pour faire entendre leur colère et tenter d’obtenir des mesures immédiates afin d’accompagner des enfants dont la scolarité a été perturbée par le confinement.

«Dans nos métiers, il faut faire preuve d’inventivité et de débrouille tous les jours, mais cette année, le retour des élèves après une coupure de 6 mois, la grande hétérogénéité des niveaux et la gestion du risque sanitaire complique la donne. Pourquoi rajouter à cela des fermetures de classes et des postes d’enseignants non pourvus ?», s’interroge une directrice d’école.

Déjà avant les grandes vacances, les organisations syndicales d’enseignants, les associations de parents d’élèves et les élus locaux avaient alerté l’inspection académique sur une carte scolaire 2020 (fermeture et ouvertures de classes) jugée inadaptée à la situation critique.

Lire. Pas de rentrée en Val-de-Marne sans plan d’urgence préviennent enseignants et parents

La tension est à nouveau montée d’un cran dès les premiers jours de la rentrée de septembre avec une multiplication de points de crispation dans le département. «Nous avons vu débarquer des gens de l’inspection académique venus pour compter les effectifs créant un climat de suspicion. Ils nous ont finalement annoncé qu’ils nous fermaient une classe forçant les équipes pédagogiques à revoir toute leur organisation», explique une représentante de parents d’élèves FCPE de l’école élémentaire Paul Doumer à Cachan. «A la rentrée, certains de nos enfants ont du rentrer chez eux parce que les postes de leurs enseignants n’avait été pourvus. Ailleurs, certains élèves ont déjà eu deux voire trois enseignants remplaçants en une semaine de classe. Face à cette situation, des parents décident de scolariser leurs enfants dans le privé. C’est grave. Nous devons avoir une école publique digne de ce nom», ajoute une représentante d’association de parents d’élèves indépendante de Chevilly-Larue.

Le Val-de-Marne, pas assez attractif pour les jeunes enseignants

Même en obtenant le maintien des classes, le défi reste de trouver des enseignants. «La direction académique vient d’être autorisée à recruter sur la liste complémentaire du concours mais parmi ses 240 jeunes qui n’avaient plus de nouvelles depuis des mois, beaucoup ont déjà trouvé autre chose», prévient Luc Bénizeau (Snudi-FO 94). «80 jeunes collègues admis au concours n’ont pas pris leur poste parce qu’ils ne veulent pas exercer en Val-de-Marne. Cela témoigne de la difficulté de la situation et appelle ce plan d’urgence que nous réclamons pour notre département» ajoute Emmanuelle Jollet du SNUipp-FSU. Un constat partagé par Evelyne Rabardel, vice-présidente du conseil départemental venue avec plusieurs élus de sa majorité en soutien aux manifestants. «Notre département a trop longtemps été délaissé mais cette année, si nous n’obtenons pas ces moyens supplémentaires nous connaîtrons alors de vrais soucis. Comment nos enfants, après l’accroissement des inégalités par le Covid, vont-il pouvoir s’éduquer, s’émanciper ?»

Manifestation le 17 septembre avant l’ultime comité technique

La direction académique devrait organiser son CTSD (Comité Technique Spécial Départemental) de rentrée le 17 septembre. Il s’agit de la dernière réunion possible pour amender la carte scolaire de cette année. Ce rendez-vous est donc particulièrement attendu par les enseignants, parents d’élèves et élus qui espèrent jusqu’au dernier moment un annulation des fermetures de classes et des postes supplémentaires. Alors, pour mettre la pression sur les représentants locaux de l’éducation nationale, un appel à manifester à été lancé par les organisation syndicales. «Il est temps de nous mettre tous en grève pour exiger ce plan d’urgence dont notre département à tant besoin», invite Ana Macedo (CGT Educ’action).

Lire tous nos articles sur la rentrée des classes 2020 en Val-de-Marne

A lire aussi sur la rentrée des classes 2020 en Val-de-Marne

Fontenay-sous-Bois obtient son ouverture de classe à Elisa Lesourd

Privés de rentrée en Val-de-Marne, ils vont réclamer une place au ministère

SOS rentrée : manifestation à Créteil puis à Paris pour 370 élèves sans affectation

Lettre de parlementaires, manifestation et pétition pour les écoles du Val-de-Marne

Rentrée scolaire: 10 équivalents temps plein non pourvus dans les écoles d’Orly

Rentrée 2020: moins d’élèves que prévus en Val-de-Marne

Lire tous nos articles sur la rentrée des classes 2020 en Val-de-Marne
Abonnez-vous pour pouvoir télécharger l'article au format PDF. Déjà abonné ? Cliquez ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi