Politique | Accueil Val de Marne (94) Ile-de-France | 14/09
Réagir Par

Sipperec: Jacques J-P Martin n’a pas dit son dernier mot

Sipperec: Jacques J-P Martin n’a pas dit son dernier mot

Président sortant du Sipperec, syndicat intercommunal des énergies et réseaux de communication qui regroupe 115 communes de banlieue, Jacques J-P Martin (LR), réélu maire de Nogent-sur-Marne en juin dernier, n’a pas l’intention de s’effacer lors de l’élection officielle du nouvel exécutif du syndicat le 23 septembre.

A 78 ans, l’élu n’entend pas être poussé dehors et fait savoir que la réunion du bureau élargi de la fédération LR du Val-de-Marne qui a désigné à l’unanimité le maire de Thiais, Richard Dell’Agnola (LR), comme candidat à la présidence n’est pas totalement régulière à ses yeux. « On m’a envoyée la convocation par e-mail sans prendre la peine de m’appeler pour s’assurer que je serai présent. Comme l’invitation est arrivée dans mes spams, je n’ai pas pu assister à la réunion », s’agace le maire de Nogent. « En tant que président sortant, il est naturel que je puisse être candidat à ma succession », estime l’édile, évoquant les projets qu’il souhaite développer lors de son nouveau mandat, en matière d’énergie renouvelable notamment, de la géothermie à l’hydrogène.Et de citer le projet de production d’hydrogène mené avec Suez à l’usine d’incinération de Créteil, le déploiement de bornes de recharge pour les voitures électriques ou encore l’accompagnement des villes dans la rénovation énergétique de leurs bâtiments.

« Nous avons tous été convoqués de la même manière et nous étions bien 28 élus présents en visio. Ma candidature a été acceptée à l’unanimité », rappelle de son côté Richard Dell’Agnola. « Je n’ai rien contre Jacques J-P Martin. J’ai travaillé avec lui dans les années 1980 et n’ai absolument aucune animosité à son égard, mais la gouvernance du Sipperec a besoin de renouvellement », poursuit le maire de Thiais.

Elu à la tête du Sipperec après les municipales de 2014, Jacques J-P Martin avait succédé à Catherine Peyge, ancienne maire PCF de Bobigny battue aux élections de mars 2014, laquelle était présidente du syndicat depuis 2008.

Selon certains élus, la volonté de renouveler l’équipe s’inscrit dans un contexte un peu tendu dans le management du syndicat. En juillet dernier, la majorité de l’exécutif a ainsi réclamé la tête du directeur général de l’établissement, Julien Taris, en raison d’un management controversé. Le syndicat s’appuie sur une équipe de 80 personnes.

Pour le maire de Nogent, les jeux ne sont pas faits et l’élu doit rencontrer Richard Dell’Agnola ce mercredi après-midi, « pour trouver un accord ». Pour le maire de Thiais, la remise en question de sa candidature ne se pose pas. « J’ai été désigné à l’unanimité et ai aussi le soutien des élus LR des autres départements. »

Pour rappel, le Sipperec, qui réunit des communes des différents bords politiques de 115 communes de Hauts-de-Seine, Seine-Saint-Denis, Val-de-Marne, Val-d’Oise, Essonne et Yvelines, est présidé par un élu du parti majoritaire et la présidence revient traditionnellement au Val-de-Marne. C’est dans ce contexte que c’est le bureau LR du Val-de-Marne élargi aux maires LR du département qui a désigné le candidat LR à la succession.

Le Conseil d’installation du nouvel exécutif du Sipperec se tiendra le 23 septembre.

A lire aussi :

Où faire un test Covid de dépistage du coronavirus en Ile-de-France ?

Abonnez-vous pour pouvoir télécharger l'article au format PDF. Déjà abonné ? Cliquez ici.
Un commentaire pour Sipperec: Jacques J-P Martin n’a pas dit son dernier mot
Ajouter une photo

N'envoyez que des photos que vous avez prises vous-même, ou libres de tout droit. Les photos sont publiées sous votre responsabilité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi