Municipales | Accueil Val de Marne (94) Vitry-sur-Seine | 04/07
Réagir Par

Vitry-sur-Seine : Pierre Bell-Lloch double Jean-Claude Kennedy et devient maire

Vitry-sur-Seine : Pierre Bell-Lloch double Jean-Claude Kennedy et devient maire

Troisième tour inattendu à Vitry-sur-Seine ! Jean-Claude Kennedy, maire-sortant et candidat à un nouveau mandat a été battu par l’un de ses colistiers, Pierre Bell-Lloch. Ce dernier a obtenu la majorité absolue des suffrages dès le premier tour du scrutin avec 27 voix, contre 11 pour son prédécesseur.

Tête de la liste Vitry rassemblés, élue avec 49,87% des suffrages exprimés au soir du second tour des élections municipales, Jean-Claude Kennedy semblait destiné à conserver son mandat de maire. C’était sans compter sur la candidature surprise de son colistier Pierre Bell-Lloch, vice-président du conseil départemental et secrétaire de la section communiste de Vitry-sur-Seine.

Lire aussi :
Ricochets politiques de l’élection à la hussarde de Pierre Bell-Lloch à Vitry-sur-Seine
Vitry-sur-Seine : comment s’est tramée l’élection surprise de Pierre Bell-Lloch

«Dans cette campagne nous avons entendu les demandes de renouvellement, les interrogations sur des instruments tel que la Semise (…) Celui que nous élirons maire devra incarner la volonté de faire vivre la démocratie locale, que les Vitriots puissent décider du devenir de Vitry. pour cela, [il] devra sortir du carcan financier que représente la contractualisation avec l’État (…). Pour ces raisons, j’ai l’honneur de proposer la candidature de Pierre Bell-Lloch», a déclaré Djamel Hamani. D’autres colistiers se sont ensuite succédés pour enfoncer le clou et solder leur désaccord avec le maire-sortant comme Abdallah Benbetka, représentant d’Europe Ecologie Les Verts sur la liste. «Il a voulu jusqu’à hier remettre en cause les engagements programmatiques forts de notre accord pour inscrire l’écologie politique réellement au cœur de la politique municipale. Tout cela nous amène à soutenir la candidature de Pierre Bell-Lloch».

Les colistiers restés loyaux à Jean-Claude Kennedy encaissent le coup

Plusieurs autres interventions des élus de la liste majoritaire en faveur du vice-président du conseil départemental témoignent d’une certaine préparation et les membres restés loyaux envers Jean-Claude Kennedy accusent le coup. «Étant anciennement première adjointe, pour qu’il n’y ait pas du tout d’ambiguïté, je voulais dire que je soutien bien sûr la candidature de Jean-Claude Kennedy», a simplement signalé Cécile Veyrunes-Legrain. «Aujourd’hui, nous apprenons une candidature masquée. Celle qui était connue des Vitriots, respectant les règles, c’est celle conduite par Jean-Claude Kennedy, les Vitriots se sont exprimés, la démocratie a parlé», a ajouté Hocine Tmimi. «L’accord [avec EELV] dont il est question, je l’ai reçu hier, ce que j’avais en main c’était un autre accord qui n’était pas signé, j’ai été obligé de demander à ce qu’on me le communique, une fois reçu, il a été respecté à la lettre», a souligné Jean-Claude Kennedy.

Les candidatures de Frédéric Bourdon et d’Alain Afflatet ont également été proposées. Pierre Bell-Lloch a proposé de voter à bulletin secret «de façon a ce que chacun puisse exercer son devoir démocratique sans aucune contrainte». Pierre Bell-Lloch a été élu maire en réunissant 27 voix, Jean-Claude Kennedy, 11, Frédéric Bourdon, 7 et Alain Afflatet, 6. Au total, 51 voix se sont exprimées.

Bourdon parle de trahison des électeurs, Taillebois met en garde toute la gauche

«Nous vivons à l’instant de vivre un hold-up démocratique. C’est pas une trahison d’un homme ou d’un groupe d’élu c’est la trahison de l’électorat. Nous avons à Vitry le triste record de l’abstention pour une ville de notre taille. Nous donnons collectivement une très mauvaise image de la politique. Quand nous nous sommes déplacés en campagne, les gens nous disaient je veux voter pour Bourdon, Afflatet ou Kennedy, pas leurs colistiers. Je parle sans ambages [vous êtes] un maire illégitime», a dénoncé Frédéric Bourdon.

Partenaires de liste Vitry rassemblés, les socialistes se sont retrouvés pris entre deux feux et ont appelé de leurs vœux à une transition saine et sereine. Sarah Taillebois, qui s’est exprimée en son nom propre, n’a pas dénoncé la prise de pouvoir du nouveau maire. «La politique ne doit pas être qu’une affaire d’ego, de pouvoir. Nous pouvons encore donner de l’espoir et faire en sorte que les choses se passent de manière intelligente en nous rassemblant sur des idées. Les citoyens en ont marre de ces querelles. J’ai été frappé par le fait que la gauche ait perdu de grandes villes dans le Val-de-Marne. Si des réussites ont été réalisées au niveau national, c’est grâce à l’union de la gauche. J’aime beaucoup les leçons de ceux qui ont présenté des listes, puis négocié, puis se sont représentés» a développé l’élue.

«Notre groupe s’offusque de ce qu’il s’est passé dans cette salle ce matin, un spectacle politique haut en couleur, une foire au marchandage et à la traîtrise offerte par nos adversaires tout a l’heure. Il y a un lien étroit entre le taux d’abstention abyssal et les intérêts des Vitriots sacrifiés sur l’hôtel des intérêts personnels et partisans», a au contraire déclaré Emmanuel Njoh, colistier d’Alain Afflatet.

Lire aussi :
Ricochets politiques de l’élection à la hussarde de Pierre Bell-Lloch à Vitry-sur-Seine
Vitry-sur-Seine : comment s’est tramée l’élection surprise de Pierre Bell-Lloch

Abonnez-vous pour pouvoir télécharger l'article au format PDF. Déjà abonné ? Cliquez ici.
21 commentaires pour Vitry-sur-Seine : Pierre Bell-Lloch double Jean-Claude Kennedy et devient maire
Ajouter une photo

N'envoyez que des photos que vous avez prises vous-même, ou libres de tout droit. Les photos sont publiées sous votre responsabilité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi