Grands projets | | 15/11/2021
Réagir Par

2500 agents du ministère de l’Intérieur s’installeront en Seine-Saint-Denis après les JO

2500 agents du ministère de l’Intérieur s’installeront en Seine-Saint-Denis après les JO © CH

Lors de sa visite ce lundi, consacrée au lancement des travaux du centre aquatique olympique à Saint-Denis, le premier ministre, Jean Castex, a mis l’accent sur les conditions de sécurité dans lesquelles se dérouleront les jeux olympiques de 2024 et annoncé la création d’une antenne du ministère de l’intérieur sur un emplacement du village des athlètes après les Jeux.

Au détour d’une visite à Saint-Denis consacrée à la pose de la première pierre du futur centre aquatique olympique, le premier ministre Jean-Castex s’est fait présenter le projet de création d’une antenne du ministère de l’Intérieur sur un emplacement du village des athlètes. Celle-ci ne devrait se concrétiser qu’après les jeux olympiques, en 2026-2027. “Ce n’est pas un petite implantation d’installer ces services en Seine-Saint-Denis”, a lancé le premier ministre depuis la terrasse de bâtiment du futur village des athlètes.

Cette implantation concernera la relocalisation de 2 500 agents travaillant actuellement dans un immeuble en location près de Bercy, a précisé un représentant du ministère de l’Intérieur.

Cérémonie d’ouverture populaire

L’annonce est intervenue à l’issue d’un comité interministériel consacré aux JO de 2024. Pas moins de 11 ministres y ont participé dont le ministre de l”Intérieur, Gérald Darmanin, à qui le premier ministre a demandé de lui faire des “propositions” concernant la sécurisation des sites olympiques, et notamment sur la cérémonie d’ouverture.

Cette cérémonie, que Jean Castex a qualifié de “particulièrement originale“, doit, selon le projet officialisé cet été par Emmanuel Macron, se dérouler sur la Seine: les délégations de sportifs défileront sur plusieurs dizaines d’embarcations en plein cœur de la capitale, avec du public le long des berges.

Les représentants des forces de l’ordre ont déjà fait part de leur volonté de limiter le public pour l’évènement à près de 250 000 personnes. Une demande qui “qui n’a pas été du goût de la maire de Paris, Anne Hidalgo”, selon une source proche du dossier. La mairie de Paris veut en effet une grande fête populaire, avec le plus grand nombre de personnes possible. Une ambition que partage également Tony Estanguet. Le président du comité d’organisation des jeux Paris 2024 avait défendu le 21 octobre ce projet de cérémonie “en centre-ville” devant les élus de la Seine-Saint-Denis réunis lors d’un conseil départemental. Il s’agit selon le comité Paris 2024 “de rendre le plus accessible ce grand moment des Jeux et de passer de quelques dizaines de milliers de personnes dans un stade avec des prix de billet très importants à un concept d’organisation en ville avec potentiellement 10 fois, voire plus, de personnes et une partie d’entre elles avec un accès gratuit.”

Création d’un certificat de qualification professionnel

Dans un communiqué, Matignon a également annoncé que le dispositif de sécurisation de la cérémonie d’ouverture sera présenté d’ici la fin de l’année 2021 et ceux relatifs aux différents sites d’ici la fin du premier semestre 2022.

Le gouvernement veut par ailleurs anticiper le manque de ressources humaines pour gérer la sécurité des JO. “Sur la sécurité privée, indique Matignon, afin d’éviter que les entreprises françaises ne se retrouvent confrontées à l’incapacité de mobiliser les ressources humaines attendues conduisant à affecter des ressources de sécurité publique à des missions de sécurité privée, plusieurs actions seront initiées afin de mobiliser et préparer le maximum de main d’œuvre nationale à bénéficier des opportunités d’emploi, notamment la création d’un certificat de qualification professionnel événementiel centré sur les Jeux.”

Enfin, le Conseil national des activités privées de sécurité (CNAPS) doit être modernisé et doté de moyens financiers accrus.

Abonnez-vous pour pouvoir télécharger l'article au format PDF. Déjà abonné ? Cliquez ici.
Aucun commentaire pour 2500 agents du ministère de l’Intérieur s’installeront en Seine-Saint-Denis après les JO
    Ajouter une photo

    N'envoyez que des photos que vous avez prises vous-même, ou libres de tout droit. Les photos sont publiées sous votre responsabilité.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

    A lire aussi