Publicité
Publicité : Welcome94 - l'énergie d'entreprendre
Emploi | | 02/11
Réagir Par

500 € par mois sous conditions: les ministres détaillent leur contrat jeune depuis Vitry-sur-Seine

500 € par mois sous conditions: les ministres détaillent leur contrat jeune depuis Vitry-sur-Seine © twitter Brigitte Klinkert

Cinq ministres se sont déplacés ce mardi matin dans la mission locale de Vitry-sur-Seine pour détailler le “contrat d’engagement jeune”, qui doit permettre aux moins de 26 ans éloignés de l’emploi et de la formation de retrouver une perspective professionnelle, tout en percevant une allocation pouvant aller jusqu’à 500 euros par mois.

Concrètement, ce contrat proposera aux moins de 26 ans sans formation ni emploi depuis plusieurs mois une allocation allant jusqu’à 500 euros par mois en échange de 15 à 20 heures par semaine de formation ou d’accompagnement, pour une durée de 6 à 12 mois.

Cette allocation sera versée “sous condition de revenus, d’assiduité et d’acceptation des offres d’activité faites”, a prévenu le président, Emmanuel Macron, il y a quelques jours.

Ce mardi matin, depuis la mission locale de Vitry-sur-Seine, Jean Castex a précisé que le gouvernement se fixait pour objectif d’accompagner “au moins 400 000 jeunes en 2022 grâce au Contrat d’engagement jeune”. Le Premier ministre est venu détailler la mesure accompagné d’Elisabeth Borne, ministre du Travail, mais aussi d’Emmanuelle Wargon, ministre déléguée au Logement, de Brigitte Klinkert, ministre déléguée à l’Insertion et Sarah El Hairy, secrétaire d’État chargée de la Jeunesse.

L’exécutif identifie “500 000 jeunes en situation d’éloignement durable de l’emploi” parmi le million de jeunes NEET (ni en emploi ni en formation ni en études).

La mesure refond et “harmonise” des dispositifs existants, notamment la Garantie jeunes, opérée par les missions locales et qui peut durer de neuf à 18 mois, et l’Accompagnement intensif des jeunes (AIJ) piloté par Pôle emploi, qui s’étend sur six mois maximum.

Elle promet un accompagnement “plus intensif” et plus individualisé, qui pourra désormais être dispensé par les 900 agences de Pôle emploi et les 1 400 missions locales, ainsi que par d’autres organismes publics ou privés.

Le financement du dispositif “s’appuiera d’abord sur les crédits du plan 1 jeune, 1 solution, dont il mobilisera une part estimée à 2 milliards d’euros”, a précisé Jean Castex.

“Mais cette somme ne suffira pas”, a-t-il ajouté en annonçant un supplément de crédits de 550 millions d’euros inscrit par amendement au projet de budget 2022.

Pas de RSA jeunes

Pour éviter toute confusion avec un RSA jeunes dont il ne veut pas, l’exécutif a choisi le terme de “contrat d’engagement” plutôt que celui de “revenu d’engagement” utilisé le 12 juillet par le président.

“Installer les jeunes de 18/25 ans dans une allocation permanente, ce n’est pas notre approche. Notre approche c’est de ramener les jeunes à l’emploi”, a fait valoir Jean Castex devant le groupe LREM à l’Assemblée, en se défendant de toute “approche électoraliste”.

Trop ou pas assez, pour l’opposition

Ce qui n’empêche pas l’opposition de droite de voir rouge à l’approche de la présidentielle.

“On a un président qui ne se soucie pas du long terme, il fait campagne avec le chéquier de la France tous les jours et ça, c’est insupportable”, a déploré sur France 2 Xavier Bertrand, qui espère représenter la droite à la présidentielle.

Pour les partis de gauche, les associations et les syndicats, en revanche, le compte n’y est pas.

“La macronie est un paradis artificiel tout en com”, a fustigé sur Twitter le candidat LFI Jean-Luc Mélenchon, fustigeant une allocation à “5 euros de l’heure”.

Pour le porte-parole des députés socialistes Boris Vallaud, “une fois de plus, le président semble faire mais fait semblant” et “beaucoup de jeunes resteront sans solution et dans la difficulté”.

“On est très loin des annonces du 12 juillet (…) et de l’ambition de garantie universelle”, a regretté Antoine Dulin, le président de la commission de l’insertion des jeunes au Conseil d’orientation des politiques de jeunesse. Il avait été envisagé cet été que la mesure concerne un million de jeunes voire plus, certains souhaitant l’inclusion des travailleurs précaires et de la totalité des jeunes sans emploi ni formation.

“Dès le départ, les ambitions étaient bien trop basses. Concernant les étudiants, rien n’est fait, rien n’est annoncé”, a critiqué la présidente de l’Unef (Union nationale des étudiants de France), Mélanie Luce, sur RTL.

par Paul AUBRIAT / Stéphanie LEROUGE

Abonnez-vous pour pouvoir télécharger l'article au format PDF. Déjà abonné ? Cliquez ici.
Aucun commentaire pour 500 € par mois sous conditions: les ministres détaillent leur contrat jeune depuis Vitry-sur-Seine
    Ajouter une photo

    N'envoyez que des photos que vous avez prises vous-même, ou libres de tout droit. Les photos sont publiées sous votre responsabilité.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    A lire aussi