Education | Seine-Saint-Denis | 10/09
Réagir Par

Accueil enthousiaste pour les drapeaux des JO en Seine-Saint-Denis

Accueil enthousiaste pour les drapeaux des JO en Seine-Saint-Denis © Charles Henry

“La Seine-Saint-Denis c’est de la bombe bébé”: sono à fond, c’est au son de NTM, célèbre groupe de hip hop originaire du département, que Tony Estanguet a fendu la foule des enfants réunis devant la mairie de Saint-Denis. Après Tokyo, les drapeaux des jeux olympiques sont arrivés en France en commençant par la Seine-Saint-Denis, avec Tony Estanguet, ancien champion olympique et président de Paris 2024.

“C’est important qu’on lance cette tournée nationale depuis Saint-Denis”, a lancé le président de Paris 2024 à plusieurs centaines de jeunes des accueils de loisirs, des collèges et de quelques lycées de la ville, venus assister à l’arrivée des drapeaux olympiques. Ceux-ci avaient été remis à la maire de Paris, Anne Hidalgo lors de la cérémonie de clôture des jeux paralympiques à Tokyo le 6 septembre.

“Nous, ce qu’on a préféré c’est les drapeaux et la nourriture donnée aux enfants”, explique un élève de sixième qui observe avec ses camarades deux escrimeurs s’échauffer dans une aire de jeux gonflables installée pour l’occasion face à la mairie. Pour leur enseignante, Alicia, cette “ouverture culturelle” est très importante: “avec les JO, les enfants peuvent découvrir des sports auxquels ils ne sont pas habitués”, commente-t-elle. Comme d’autres, elle attend vivement les retombées positives des jeux et “pas seulement le bruit et les travaux. Notre collège est situé entre Saint-Denis et Saint-Ouen, au cœur du futur village olympique, indique-t-elle. Il y a des chantiers partout en ce moment et certains élèves sont obligés de faire de longs détours pour venir en classe.”

Manque criant d’infrastructures”

Un peu plus loin, des adolescents s’exercent au muay thaï sous le regard attentif de Sam Berrandou, ancien champion du monde de la discipline et directeur de l’Office des sports de Saint-Denis. “Ces jeux olympiques sont l’occasion de mettre les Français au sport, considère-t-il. Mais pour y arriver, il faut aussi développer les équipements et, ici, en Seine-Saint-Denis, il y a un manque criant.”

Fierté d’accueillir les jeux

Pour sa part, Salimata, élève du collège Iqbal Masih et joueuse rugby, considère que cette cérémonie peut montrer une autre image de son département. “Je suis très fière que ça se passe ici en Seine-Saint-Denis”, s’enthousiasme-t-elle.

Une fierté qui se lit également dans le regard de Philian, un élève de 6ème du collège Alfred Sisley de l’Ile-Saint-Denis où les drapeaux ont aussi été présentés aux élèves après avoir effectué un détour par le centre de loisirs de l’Île-des-Vannes à Saint-Ouen. Mais “s’il n’y a pas de foot ou de basket, moi je ne suivrai pas les jeux”, prévient-il.

La centaine d’élèves rassemblés dans une grande salle du collège ont accueilli Thierry Rey, ancien champion du monde et champion olympique de judo, l’ancienne championne de basket Emmeline Ndongue, médaillé d’argent aux JO de Londres et le trampoliniste Allan Morrante né à Drancy et qui a participé au JO de Tokyo.

Pour le chef de l’établissement labellisé “génération 2024”, Yannick Porte, cette présentation restera un temps fort :“quand les jeux commenceront en 2024, les 6ème qui étaient là aujourd’hui seront toujours dans le collège et ils se souviendront de ce moment,” souligne-t-il.

Abonnez-vous pour pouvoir télécharger l'article au format PDF. Déjà abonné ? Cliquez ici.
Aucun commentaire pour Accueil enthousiaste pour les drapeaux des JO en Seine-Saint-Denis
    Ajouter une photo

    N'envoyez que des photos que vous avez prises vous-même, ou libres de tout droit. Les photos sont publiées sous votre responsabilité.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    A lire aussi