Reportage | | 05/07
Réagir Par

Au cœur du Lavoir numérique à Gentilly

Au cœur du Lavoir numérique à Gentilly © Yanis Mokhtari
Centres de vaccination à Gentilly : Voir la page

Aux portes de Paris, l’ancien lavoir et bains-douches municipal de Gentilly, abandonné depuis 1950, s’est mué en lieu de création audio-visuelle. Petit tour au Lavoir numérique.

D’abord ouvert en 1924 en tant que bains-douches publics, l’établissement avait fermé ses portes à la fin des années 1950. Un demi-siècle plus tard, le site a été entièrement repensé par l’agence d’architecture Arteo pour devenir un lieu de création avec salle polyvalente, fablab, studios d’enregistrement, de vidéo, espaces d’exposition, cafétéria… Le nouvel espace culturel, opéré et majoritairement financé par le territoire Grand Orly Seine Bièvre, est dirigé par la même équipe que le musée de photographie Maison Robert Doisneau situé tout près.

© Yanis Mokhtari

Dans la salle de projection située au sous-sol, le court-métrage « Robert Doisneau, sans les photos », réalisé par Bernard Bloch en 1990, donne justement à voir le photographe gentilléen dans les bains-douches abandonnés, lui qui s’y rendait autrefois avec son frère chaque semaine.

Dans les studios son, cinéma et photographie, trois médiateurs accueillent les usagers. 50% du bâtiment est pensé pour transmission et la pédagogie. La majorité des ateliers que propose le lieu sont gratuits, à l’attention des écoles, ou sur inscription. Le Lavoir Numérique envisage également de proposer des masters class et des formations pointues payantes.

Dans le studio son, on parle d’arts sonores plutôt que de musique. Equipé d’une chambre anéchoïque ou « chambre sourde » (qui ne produit aucun écho) et de l’intégralité du matériel nécessaire à la production musicale, le lieu est en partenariat avec le conservatoire de Gentilly pour mettre en place une filière de production musicale et il est à la recherche d’élèves.

Pédagogique, le nouveau lieu s’est donné pour objectif de montrer à un jeune public comment créer, avec un ordinateur ou un smartphone. « Nous avons un rôle éducatif extrêmement important pour expliquer le rôle et l’impact des réseaux sociaux. Le web permet aux créateurs de diffuser ses créations, nous voulons expliquer aux participants comment fonctionne cette diffusion » explique Michaël Houlette, directeur du Lavoir numérique et de la Maison Robert Doisneau.

© Yanis Mokhtari

Programmation définie jusqu’en 2024

Chaque trimestre, le bâtiment propose sous forme de « séquences » une problématique en lien avec l’audiovisuel. Ce sont elles qui scandent le programme et questionnent différents aspects d’une thématique : esthétique, technique, économique, éthique… en s’appuyant sur une exposition, une programmation cinéma, des émissions-débats et autres événements.

La première séquence a été consacrée au web? « Qu’est-ce que le Web, Comment a-t-il transformé notre audiovisuel ? Comment nous a-t-il transformés ? » Réponse avec le collectif d’artistes Diaph 8 qui a inauguré la salle d’exposition avec : « Écrans partagé : La photographie après 31 ans de Web ». Prochaine thématique, à l’automne prochain : la vidéosurveillance.

Voir le site Internet du Lavoir numérique

Lire aussi :

Abonnez-vous pour pouvoir télécharger l'article au format PDF. Déjà abonné ? Cliquez ici.
Aucun commentaire pour Au cœur du Lavoir numérique à Gentilly
    Ajouter une photo

    N'envoyez que des photos que vous avez prises vous-même, ou libres de tout droit. Les photos sont publiées sous votre responsabilité.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    A lire aussi