Sport | | 10/06
Réagir Par

Champigny-sur-Marne: 5ème titre mondial pour Clarisse Agbegnenou

Champigny-sur-Marne: 5ème titre mondial pour Clarisse Agbegnenou

Clarisse Agbegnenou, licenciée du Red Star Champigny-sur-Marne, a été sacrée championne du monde de judo pour la cinquième fois dans la catégorie des moins de 63 kg ce mercredi à Budapest. Prochain objectif : Tokyo, où la sportive du Val-de-Marne vise une médaille d’or olympique au bout d’un cycle marqué par un éprouvant report des JO. Retour sur cette victoire éclatante.

Imperturbable et indéracinable sur les tapis de Budapest, la judokate a conclu son parcours par un nouvel ippon en finale, par immobilisation sur la Slovène Andreja Leski, impuissante, comme les autres.

Cinq combats, cinq ippons et cinq doigts montrés à la caméra, avec cinq étoiles sur les cinq ongles, comme ces cinq titres mondiaux qui, ajoutés à ses cinq sacres continentaux, la font entrer encore un peu plus dans la légende de son sport.

“J’ai été assez sereine, calme. Je n’ai pas fait de golden-score, j’ai fait pas mal de sol. Je l’avais beaucoup travaillé et je suis contente que ça fonctionne, ça me montre que je suis sur le bon chemin. Je me sens bien, je n’ai mal nulle part, aucun strap”, souriait-elle après sa finale, comme si elle sortait d’une bonne séance d’entraînement.

Il y avait d’ailleurs dans sa présence à Budapest l’idée d’une répétition générale avant Tokyo (23 juillet-8 août), à blanc, car ses deux principales rivales, la Japonaise Miku Tashiro et la Slovène Tina Trstenjak, qui l’avait battue en finale des JO-2016 à Rio, n’étaient pas là.

Comme elles, beaucoup ont choisi de faire l’impasse sur ces Mondiaux curieusement placés sur la route des Jeux. Mais Agbegnenou a décidé de venir en Hongrie pour conserver le dossard rouge, ce privilège des champions du monde en titre qui est pour elle comme une deuxième peau depuis une éternité.

“Je voulais avoir tout, les Monde et les Jeux, ou rien”

“Je n’avais pas peur. Quand je viens en compétition, c’est que je suis à 100%. Je voulais avoir tout, les Monde et les Jeux, ou rien”, lâche-t-elle.

Car les Mondiaux sont sa maison, avec désormais cinq titres, dont les quatre derniers, et deux médailles d’argent en 2013 et 2015, qui sont aussi ses plus mauvais résultats dans l’épreuve.

Cette médaille d’or N.5, après celles de 2014, 2017, 2018 et 2019, la place désormais tout près des trois judokates les plus titrées de l’histoire des championnats du monde: la Japonaise Ryoko Tani, la Chinoise Wen Tong (sept titres chacune) et la Belge Ingrid Berghmans (six).

Au plan français, elle dépasse aussi au palmarès David Douillet et ses quatre titres mondiaux, mais reste derrière Teddy Riner et ses incroyables 10 médailles d’or.

“Je suis fière de ce que je fais et de cette année qui est dure pour moi”, témoigne-t-elle, parlant du report des JO, son obsession, comme d’un “coup de massue”, qui lui a un temps fait penser à “tout arrêter”.

Car aux Jeux olympiques, l’histoire est différente et c’est cette histoire qu’Agbegnenou veut désormais réécrire à sa façon cet été. Battue en 2016 à Rio par Trstenjak, la licenciée de Champigny-sur-Marne n’a en effet jamais digéré.

“Son gros capital confiance, on l’a conforté. Ca sera un petit plus avant les Jeux. Ce qui est pris n’est plus à prendre. Mais l’essentiel c’est le seul titre qui lui manque, l’or olympique”, a confirmé Larbi Benboudaoud, directeur de la haute performance et patron des Bleus.

Les championnats du monde sont déjà derrière, “et si elle veut commencer la deuxième main (pour un sixième titre, NDLR), il faudra qu’elle revienne”, a aussi souri Benboudaoud. Agbegnenou, elle, est déjà lancée vers le Japon et son rêve olympique. “Maintenant, il reste l’étoile manquante.”

Trois questions à Clarisse Agbegnenou

Est-ce que ces Mondiaux étaient comme un bac blanc avant le vrai examen, à Tokyo ?

Non, c’est quand même un championnat du monde. Je suis contente d’être allée chercher cette 5e étoile, ce 5e titre. Dans la préparation, je vois qu’il y a des choses qui vont. Il faut continuer sur cette lancée. Debout, j’ai été un peu plus laxiste. Je ne voulais pas faire trop d’erreurs et donner aux filles la possibilité de me contrer. Et puis je ne me sentais pas trop en danger si elles attrapaient avant moi. J’ai pas mal travaillé au sol. C’est mon mindset (état d’esprit, NDLR) du moment et je sais que ça, ça va. Je vais travailler encore un peu plus le debout pour être prête aux Jeux. 

On sait que vous avez très mal vécu le report des JO. Comment avez-vous réussi à remonter la pente ?

Ca a été très difficile, très, très dur. Je n’aurais jamais pensé être aussi bas, dans ma vie, dans ma carrière. Je voulais presque tout arrêter, j’en étais là. Ca m’a fait du bien d’être aidée par des personnes, par ma famille, d’avoir repris mes études à HEC, pour être coach de vie. Ca m’a beaucoup aidé. Mais c’est une année qui reste très longue et j’ai hâte d’en finir.

Ca a aussi impliqué de prendre un peu de recul par rapport au quotidien de l’Insep…

Il fallait que je me retrouve moi, toute seule. J’étais tombée bas et j’avais besoin de me recentrer sur moi. Ca a peut-être été dur à comprendre, mais il fallait aussi écouter la personne. C’était pour me retrouver, penser aussi à moi. Je voulais avoir cette médaille (olympique) et je ferai tout pour l’avoir. Il y a encore du chemin mais je suis prête. Ca sera très particulier, il n’y aura pas ma famille, on sera enfermé… Ca sera compliqué, je m’y prépare. Je ne sais pas ce que ça va donner mais je me prépare à ce manque et à ce stress.

Lire aussi :

Abonnez-vous pour pouvoir télécharger l'article au format PDF. Déjà abonné ? Cliquez ici.
Aucun commentaire pour Champigny-sur-Marne: 5ème titre mondial pour Clarisse Agbegnenou
    Ajouter une photo

    N'envoyez que des photos que vous avez prises vous-même, ou libres de tout droit. Les photos sont publiées sous votre responsabilité.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    A lire aussi