Associations | | 27/05
Réagir Par

Com’au quartier à Pantin: la banlieue racontée par des services civiques

Com’au quartier à Pantin:  la banlieue racontée par des services civiques © © Métropop'!

Collages, peintures, photos, portraits chinois, nouveau média vidéo… voilà comment huit volontaires en service civique ont raconté la banlieue depuis le quartier des Quatre Chemins de Pantin, en Seine-Saint-Denis, dans le cadre du projet Com’au quartier de l’association Métropop! Retour sur cette initiative qui prépare déjà la saison 2.

Parler autrement de la banlieue, des quartiers, telle est l’ambition du projet Com’au quartier mis en place par l’association Métropop! en septembre dernier. Une proposition qui s’est concrétisée par l’embauche de 8 jeunes en service civique de septembre 2020 à avril 2021 et a donné lieu à différentes formes d’expression, des photos, peintures et collages qui feront l’objet de plusieurs expositions dès la fin du mois (voir encadré ci-dessous), à une véritable chaîne Youtube avec reportages et émission hebdomadaire.

Expositions
A partir du samedi 29 mai, le café Pas si loin aux Quatre chemins, à Pantin, accueillera les photos et les peintures réalisées par les huit volontaires du service civique.
Elles seront ensuite exposées du 11 au 13 juin au 6B à Saint-Denis, puis le 23 juin au Phares à l’Ile Saint-Denis.

« L’exposition devait se faire avant la fin de leur mission, en avril, mais les restrictions sanitaires nous en ont empêchés. Normalement, toute l’équipe devrait être là pour le vernissage. J’ai hâte de voir ce que ça va réveiller chez eux », s’enthousiasme Virginie Lions, responsable du pôle « imaginaires de la banlieue, communication et participation » au sein de Métropop’!

Grégoire, 23 ans, a par exemple conçu une série sous la forme de collage de photographies en noir et blanc imprimées au format A3 de jeunes de la cité Diderot, pour obtenir un rendu en taille réelle. « Je suis ensuite allé accrocher au gaffer mes collages dans les quartiers bourgeois de Paris, comme place Vendôme (1er arr.). C’était une façon pour moi d’apporter une réponse aux bouleversements qu’apportent le Grand Paris et les jeux olympiques dans nos quartiers. Parce que personne n’est dupe : on sait bien qu’une fois les chantiers finis on ne bénéficiera pas ou à la marge de ces infrastructures », estime le jeune homme.

Réappropriation

Une autre série photographique, baptisée « Banlieue sous clichés » s’attache elle à replacer dans leur décor des marqueurs culturels propres à la banlieue, comme des vêtements, des accessoires ou de la nourriture. En utilisant des techniques de peinture, de collage et d’écriture. Un projet réalisé sur toiles cherche, quant à lui, à raconter autrement les quartiers populaires à travers des portraits chinois. « Avant de laisser libre cours à l’expression artistique, on s’est efforcé de remettre à plat les représentations positives et négatives des quartiers », décrit Virginie Lions. « Nous sommes conscients qu’il est difficile de faire disparaître les clichés sur la banlieue. Mais à travers ce travail de réappropriation de leur territoire, c’est aussi leur image que les jeunes se réapproprient. C’est une démarche qui valorise l’estime de soi et c’est important de le souligner. »

Un nouveau média vidéo

Tout au long des sept mois de leur engagement, les services civiques ont aussi travaillé sur la création d’un média vidéo. Un projet d’ampleur encadré par Corentin Avry, 26 ans. « Au départ, l’idée était de créer une agence de communication en tant que telle à destination des jeunes des quartiers populaires, raconte-t-il. L’idée était d’identifier les opportunités en termes d’emploi et d’insertion que pourraient leur offrir les jeux olympiques et le Grand Paris. » Fondé sur le constat que cette information ne circulait pas bien, ce projet faisait partie des propositions formulées à l’issue d’une enquête menée en 2018 par une précédente équipe de volontaires en service civique. « Mais très vite, on s’est rendu compte qu’on devait se créer une audience pour pouvoir communiquer avec efficacité et gagner en crédibilité. C’est comme ça qu’on s’est mis à faire des reportages qui se rapprochent davantage du journalisme. »

Au programme : une émission hebdomadaire, La Semaine en Despi, qui a tenu le rythme sur 13 semaines ainsi que des reportages sur des initiatives locales. Voir par exemple ci-dessous :

La mission de service civique a ainsi permis d’initier une formation à l’utilisation des outils de prise de son et d’image grâce à la coopération engagée avec le médialab Efficience 59, basé à Maubeuge. « Je n’avais pas moi-même de connaissances dans ce domaine. Nous nous sommes formés tous en même temps, chacun à notre rythme. Et ça s’est révélé une force parce que le principe de l’éducation populaire c’est de proposer un accompagnement horizontal », insiste Corentin Avry.

Voir également ci-dessous la présentation de toute l’équipe :

Pour mettre en œuvre son initiative de Com’au quartier, Métropop! a bénéficié du soutien financier et institutionnel des établissements publics terrioriaux de Plaine Commune (l’association ayant ses locaux à l’Ile Saint-Denis) et d’Est-Ensemble, du conseil départemental de Seine-Saint-Denis et de l’agence nationale pour la rénovation urbaine (ANRU). Désormais, l’association se prépare à la suite. « Une saison 2 de Com’au quartier aura bien lieu, annonce Corentin Avry. Les recrutements se tiendront en juillet pour pouvoir débuter en septembre. Et cette fois, nous pourrons accueillir un nouveau public puisque nous avons reçu l’agrément pour pouvoir accueillir de jeunes tgistes (ndlr, des mineurs effectuant une peine de travail d’intérêt général). »

Abonnez-vous pour pouvoir télécharger l'article au format PDF. Déjà abonné ? Cliquez ici.
Aucun commentaire pour Com’au quartier à Pantin: la banlieue racontée par des services civiques
    Ajouter une photo

    N'envoyez que des photos que vous avez prises vous-même, ou libres de tout droit. Les photos sont publiées sous votre responsabilité.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    A lire aussi