Emploi | | 07/04
Réagir Par

De femme de ménage à aide-soignante: reconversion mode d’emploi à Créteil

De femme de ménage à aide-soignante: reconversion mode d’emploi à Créteil © Twitter E Borne

Elles étaient femmes de ménage chez Derichebourg, elles seront bientôt aides-soignantes dans les maisons de retraite du groupe Korian, un métier qui ne connaît pas le chômage. 24 femmes ont inauguré ce mercredi à Créteil un nouveau dispositif de formation-reconversion en présence des ministres du Travail et de l’Autonomie.

Baptisé “transitions collectives”, le dispositif a été finalisé en début d’année par le gouvernement et les partenaires sociaux. Il s’adresse à des salariés dont les emplois sont fragilisés et qui se positionnent sur une formation vers des entreprises peinant à recruter dans le même bassin d’emploi. L’idée est d’appréhender les restructurations sans passer par des licenciements.

Concrètement, les salariés conservent leur rémunération et leur contrat de travail pendant toute la formation. Son coût et la rémunération des salariés sont pris en charge par l’Etat en fonction de la taille de l’entreprise: de 40% pour celles de plus de 1 000 salariés, jusqu’à 100% pour les TPE et PME, l’entreprise de départ finançant la part restante.

Réunies dans une grande salle de leur entreprise à Créteil, les 24 pionnières, salariées de Derichebourg, doivent ainsi intégrer à l’issue d’une formation de 14 mois et l’obtention de leur diplôme d’aide-soignante le groupe Korian (maisons de retraite) en CDI. Un premier sas d’orientation est au programme dès ce mois-ci, avant l’accueil en formation chez Korian.

“On a besoin de vos compétences et de votre motivation”, “c’est une belle aventure qu’on commence ensemble”, leur lance Sophie Boissard, directrice générale de Korian, tandis que Boris Derichebourg, président de Derichebourg multiservices, salue une “véritable passerelle” entre métiers et groupes différents, alors que le télétravail risque notamment de réduire les besoins en nettoyage.

A leurs côtés, la ministre du Travail, accompagnée de Brigitte Bourguignon, ministre déléguée à l’Autonomie, se félicite de voir que “ce n’est pas qu’un dispositif sur papier” mais qu’il est en train de “devenir une réalité”, rappelant qu’il a été “bâti avec les partenaires sociaux”.

Patrick Martin, président délégué du Medef, salue d’ailleurs avec cette première concrétisation un “signal fort” envoyé aux entreprises et un outil qui “correspond à un besoin impérieux pour l’emploi”, tandis qu’Yvan Ricordeau, secrétaire national de la CFDT, note que penser aux passerelles entre métiers est “un enjeu autour duquel on tourne depuis presque 25 ans”. 

Très attentives et motivées, certaines des aspirantes aides-soignantes filment l’intégralité des interventions avec leur smartphone. Esther, chez Derichebourg depuis 5 ans, raconte avoir échoué plusieurs fois au concours d’aide-soignant, métier auquel elle “tient beaucoup”, alors que Séraphine se réjouit de pouvoir “apprendre”. Une de leurs collègues salue avec cette formation “un cadeau tombé du ciel”, tandis qu’une autre souligne que si elle avait fait la formation, elle aurait pu “venir en aide” pendant la crise du Covid-19 plutôt que d’être en chômage partiel.

Pour certaines, il s’agit aussi de passer d’un temps partiel à un temps plein et d’y gagner en rémunération comme en qualification. Chez Korian, le salaire de base à l’embauche d’une aide-soignante est de 1 906 euros, alors que certaines postulantes rapportent ne toucher que 1 200 euros par mois.

“Je ne vois pas d’abord l’aspect financier. Avec un seul geste on peut réconforter quelqu’un, c’est pour ça que ce métier me plaît”, assure Mankoura Kone, venue de Côte d’Ivoire, avant de lancer bravache: “les diplômes, on les aura!”.

Le ministère du Travail ne s’est pas fixé d’objectifs sur le nombre de salariés qui pourraient bénéficier de ce dispositif. Mais Mme Borne a rappelé que le gouvernement avait décidé d’y consacrer “500 millions d’euros sur 2021 et 2022” dans le cadre de France relance, espérant “consommer très vite” cette enveloppe pour abonder à nouveau l’outil “inventé dans la crise” et amené à “perdurer au delà”.

par Charlotte HILL

Abonnez-vous pour pouvoir télécharger l'article au format PDF. Déjà abonné ? Cliquez ici.
3 commentaires pour De femme de ménage à aide-soignante: reconversion mode d’emploi à Créteil
Ajouter une photo

N'envoyez que des photos que vous avez prises vous-même, ou libres de tout droit. Les photos sont publiées sous votre responsabilité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi