Environnement | | 10/03
Réagir Par

Dépollution de la Marne: NGE engage le contre la montre avant les JO de 2024

Dépollution de la Marne: NGE engage le contre la montre avant les JO de 2024 © Andrey_Arkusha
Centres de vaccination à Champigny-sur-Marne : Voir la page

Le groupe de travaux publics NGE a obtenu le marché de la construction de la station de dépollution des eaux de pluie de Champigny-sur-Marne qui doit concourir à assainir suffisamment la rivière pour envisager de se baigner dans la Seine et la Marne dans le Val-de-Marne et à Paris si possible d’ici aux Jeux Olympiques de 2024.

A chaque épisode de pluie dévalent des hauteurs de Champigny-sur-Marne des trombes d’eau venant déverser dans la rivière les saletés répandues sur les voiries. En l’absence d’épisode pluvieux, la qualité des eaux de la Marne, et de la Seine est, de l’avis des experts, conforme aux exigences sanitaires pour la baignade. A l’approche des Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris, à l’été 2024, dont les épreuves de nage libre et de triathlon doivent se dérouler dans la Seine, le conseil départemental du Val-de-Marne, avec le concours du Siaap (Syndicat interdépartemental pour l’assainissement de l’agglomération parisienne) et de l’Agence de l’eau Seine-Normandie ont donc décidé de faire construire une station de dépollution des eaux pluviales (SDEP). Cette infrastructure doit également permettre de limiter les dégâts causés par les crues de la Marne.

Lauréat de l’appel d’offres, le groupe de bâtiment et travaux publics NGE réalisera cet équipement qui va nécessiter des techniques avec lesquelles les riverains des chantiers du Grand Paris Express sont déjà familiers : parois moulées, micro-tunneliers, génie civil,…

«La station, va être composée d’un bassin enterré en forme de bi-lobe (2 cylindres entremêlés de 20m de profondeur) ce qui permettra le stockage de 8000m3 d’eau, ainsi que l’accueil des équipements de pompage et de traitement des eaux. Une prise d’eau sur la place du marché pour récupérer les eaux pluviales qui seront acheminées par un collecteur en diamètre 1800 jusqu’à la station de dépollution. Pour cette étape, un premier tir de micro-tunnelier sera nécessaire. Une seconde prise d’eau enterrée rue de la Plage, dont la construction nécessitera d’importants travaux préparatoires de dévoiement de réseaux. Pour cette opération, sont prévus trois tirs de tunneliers vers la station et un tir vers la Marne. En surface, seuls des locaux techniques de 800 m² seront apparents», détaille l’entreprise.

42 millions d’euros d’investissement

Montant de l’investissement : 42,3 millions d’euros financé à 50,6% par le conseil départemental, à 47,3% par le Siaap, et à 2,1% par l’Agence de l’eau Seine-Normandie.

35 000 m3 de terre à excaver

Le chantier nécessitera l’excavation de 35 000 m3 de terres, le coulage de 15 000 m3 de béton et l’utilisation de 1600 tonnes d’acier. D’après la programmation initiale, la durée des travaux doit s’étaler sur 3 ans et 5 mois. Un véritable contre-la-montre va donc être engagé puisque c’est à peu près le temps restant d’ici l’ouverture de la quinzaine olympique à Paris prévue fin juillet 2024.

Abonnez-vous pour pouvoir télécharger l'article au format PDF. Déjà abonné ? Cliquez ici.
Un commentaire pour Dépollution de la Marne: NGE engage le contre la montre avant les JO de 2024
Ajouter une photo

N'envoyez que des photos que vous avez prises vous-même, ou libres de tout droit. Les photos sont publiées sous votre responsabilité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi