Nature | | 10/09
Réagir Par

Du safran “maison” cultivé sur le toit de Créteil Soleil

Du safran “maison” cultivé sur le toit de Créteil Soleil © Fb
Centres de vaccination à Créteil : Voir la page

Près de 20 000 bulbes de crocus sativus ont été plantés depuis le 1er septembre par des volontaires dans une parcelle installée sur le toit-terrasse du centre commercial Créteil Soleil. Ce projet, mené par la maison d’agriculture urbaine BienÉlevées, doit permettre de récolter du safran dès octobre.

Alors que le hall de l’extension du centre commercial Créteil Soleil fourmille déjà de clients et d’usagers du métro, en milieu de matinée, ce mercredi, une dizaine de privilégiés se trouvent sur le toit-terrasse pour une session de jardinage, au calme.

Il vous faut répartir cent bulbes sur votre carré de terre puis les enterrer sans laisser la tête dépasser”, explique Amela du Bessey, dirigeante de la société Bienélevées spécialisée dans l’agriculture urbaine.

A l’abri du soleil, les jardiniers amateurs se lancent. Je suis déjà venu il y a quelques jours et ça m’a tellement plu que j’ai demandé si je pouvais revenir. Depuis que je me suis installée à Paris, je suis à la recherche d’initiatives de ce genre en agriculture urbaine. Pour moi l’écologie, c’est à ras-de-terre que ça se passe”, explique une dame qui se fait appeler Printemps. “Il faut que tu mettes le bulbe la tête en haut et que l’on ne puisse plus voir de cheveux qui dépasse”, explique une mère à son fils.

Elsa et Laurence, une mère et sa fille, vivent dans le quartier voisin de l’Ormetteau et ont sauté sur l’occasion lorsqu’elles ont appris l’existence de cette initiative. “Nous avons la chance d’avoir un beau lac mais rien pour jardiner, mettre les mains dans la terre. Ce serait bien de pouvoir proposer cela ailleurs dans Créteil”.

Après la plantation, place à la récolte

La plantation participative s’achève cette semaine. Elle a permis de semer 20 000 bulbes sur une surface de 350 mètres carrés. La fleur pousse du jour au lendemain quelques semaines seulement après. Les producteurs ont alors moins de 48 heures pour récolter les trois pistils rouges au cœur du crocus et les mettre au sec pour trois semaines. Il faut environ 150 fleurs pour obtenir 1 gramme de l’épice.

Le producteur BienElevées propose déjà sur son site des créneaux pour participer à la récolte, entre le 19 et le 30 octobre. Un stand de démonstration avec possibilité de déguster du safran ainsi que d’autres ateliers thématiques seront organisés par la suite puisque la safranière a vocation a s’inscrire dans le temps. Une fois la récolte passée, les crocus poursuivent leur croissance et une prairie se développe, préparant le terrain pour l’année suivante.

Du safran “made in Creteil” pour booster la production française

Près d’un et demi après l’inauguration de l’extension du centre commercial, la direction de Créteil Soleil s’est associée à la société BienÉlevées, qui exploite une dizaine de safranières en région parisienne et lyonnaise.

“En France sont produits chaque année environ 250 kilos de safran, c’est très peu rapporté aux 9 tonnes que le pays exporte chaque année. Nous avons opté pour la culture de cette épice parce que vu la faible production française, nous ne risquions pas de faire concurrence à des producteurs locaux. De même, le mode de culture est relativement simple avec une récolte par an, pas d’irrigation, pas d’électricité, pas d’engrais, ni de nutriments artificiels, pas de production de déchets et pas de perturbation de la vie quotidienne des citadins”, détaille Amela du Bessey.

S’inscrire aux ateliers

Abonnez-vous pour pouvoir télécharger l'article au format PDF. Déjà abonné ? Cliquez ici.
Cet article est publié dans avec comme tags Agriculture, Agriculture urbaine, , , environnement, nature
Un commentaire pour Du safran “maison” cultivé sur le toit de Créteil Soleil
Ajouter une photo

N'envoyez que des photos que vous avez prises vous-même, ou libres de tout droit. Les photos sont publiées sous votre responsabilité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi