Transports | Ile-de-France | 24/12/2021
Réagir Par

Ile-de-France: bras de fer sur l’offre de transports par temps de Covid

Ile-de-France: bras de fer sur l’offre de transports par temps de Covid
Test covid19 en Ile-de-France : Voir la page

Le groupe communiste du conseil régional d’Ile-de-France a alerté mercredi le ministre de la Santé Olivier Véran sur le maintien d’une “offre de transports publics réduite” en période de nouvelle flambée du Covid-19. L’offre est à 98% par rapport à l’avant Covid pour un taux de fréquentation de 82%, réagit l’autorité régionale des transports.

“Le conseil d’administration d’Ile-de-France Mobilités (IDFM, l’autorité régulatrice des transports), présidé par Valérie Pécresse, a décidé de maintenir une offre de transports publics réduite sur 165 lignes de bus RATP, 13 lignes de métro, 5 lignes RER et Transilien et 6 lignes de tramway”, écrit au ministre Céline Malaisé, présidente de ce petit groupe d’opposition (7 élus sur 209).

Mais avec une fréquentation qui a “considérablement augmenté au dernier trimestre 2021”, cette “offre réduite” a engendré à l’automne” d’importantes difficultés pour les usagers” et leur “mise en danger”, affirme Mme Malaisé pour qui la “surcharge des véhicules engendre une promiscuité manifeste” et augmente, malgré le port du masque, “la concentration du virus dans l’air”.

L’offre actuelle de transport sur l’ensemble du réseau “est à 98% par rapport à l’offre pré-Covid” alors que le taux de fréquentation “s’établit lui à 82%”, a répondu, contacté par l’AFP, un porte-parole d’IDFM qui “fait le maximum de transports avec les moyens qu’elle a”.

Dans un contexte budgétaire “extrêmement contraint” depuis le début de la crise sanitaire, en raison de la baisse des recettes et du versement mobilité des entreprises, IDFM “adapte son offre” ligne par ligne en augmentant celles où les données montrent une forte fréquentation, a-t-il affirmé. Comme sur le tramway T2 ou les RER A et B, “lignes les plus fréquentées d’Europe”, à 100% depuis septembre, souligne-t-il. “Depuis la rentrée de septembre, il y a un effet télétravail”, a-t-il ajouté.

En octobre, Valérie Pécresse avait obtenu de l’Etat une aide de 800 millions d’euros pour IDFM en 2021. Alors qu’elle réclamait 1,3 milliard d’euros, elle avait jugé cette aide “très insuffisante par rapport aux besoins du réseau”.

IDFM, qui prévoit que le versement mobilité ne retrouvera son niveau d’avant-crise qu’en 2024, prévoit pour 2022 un manque à gagner de 730 millions d’euros par rapport aux prévisions d’avant-crise.

Mi-décembre, lors de la présentation du budget régional, la candidate de la droite à l’élection présidentielle avait anticipé que 2022 serait “une année de combats pour qu’IDFM puisse conserver sa dynamique de transformation des transports”.

Lire tous nos articles sur le thème Coronavirus en Val-de-Marne

A lire aussi sur le thème Coronavirus en Val-de-Marne

Ile-de-France: moins d’IVG tardives ou sur mineures, montée en pratique des sages-femmes
Val-de-Marne: fin du passe vaccinal et des masques presque partout
Val-de-Marne : 8 des 19 centres de vaccination Covid vont fermer faute d’activité
Au-delà du Covid, les urgences à bout de souffle à l’hôpital Saint Camille de Bry-sur-Marne
Plus de 5 000 classes fermées pour Covid-19 en Ile-de-France
Les syndicats enseignants organisent des rassemblements ces mercredi et jeudi en Val-de-Marne
Abonnez-vous pour pouvoir télécharger l'article au format PDF. Déjà abonné ? Cliquez ici.
Test covid19 en Ile-de-France : Voir la page
4 commentaires pour Ile-de-France: bras de fer sur l’offre de transports par temps de Covid
Ajouter une photo

N'envoyez que des photos que vous avez prises vous-même, ou libres de tout droit. Les photos sont publiées sous votre responsabilité.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

A lire aussi