Associations | | 25/10
Réagir Par

Ivry-sur-Seine: l’association d’aide aux sans abris De la rue à la Scène pétitionne contre son expulsion

Ivry-sur-Seine: l’association d’aide aux sans abris De la rue à la Scène pétitionne contre son expulsion © De la rue à la Scène

Expulsée du local qui lui avait été mis à disposition durant la crise sanitaire, l’association d’aide festive aux sans abris De la rue à la Scène, basée à Ivry-sur-Seine, vient de lancer une pétition pour protester. Entre elle et la mairie, les relations se sont progressivement dégradées et passent désormais par communiqué interposé.

C’est en octobre 2018 qu’Yves Pontonnier, passé un temps par la rue, crée l’association De la rue à la scène, avec sa femme actrice mais aussi d’autres anciens sans abris. L’initiative s’inscrit dans le sillon du club de standup du foyer Emmaüs qu’il animait auparavant, l’Emmaüs comedy club, inspiré lui même du Jamel comedy club. Son objectif est la réinsertion sociale des plus précaires par le théâtre. Dès la fin 2019, avant même qu’il ne soit question de confinement, l’association se met à organiser des distributions de repas et vêtements chauds au centre Jeanne Hachette pour aider les sans abris. Soupe géante, concert improvisé… l’ambiance est festive et fraternelle entre les bénévoles, pour certains anciens SDF, et ceux qu’ils aident.

Lire notre reportage de février 2020 : Ivry-sur-Seine: les maraudes festives de De la Rue à la Scène retissent le lien social

Lorsque le confinement tombe sur le pays, en mars 2020, l’association redouble d’initiatives et se voit confier un local temporaire par la ville dans le centre Jeanne Hachette. Mais la convention ne prévoit l’installation que jusqu’en juillet et, dès l’été, les relations se tendent entre l’association et la ville. La commune rappelle alors avoir mis à disposition le local dans l’urgence et souhaiter pérenniser désormais la relation dans un cadre plus formel. De la rue à la scène évoque de son côté l’urgence alimentaire qui demeure.

Lire : Ivry-sur-Seine: l’association De la rue à la scène craint de se retrouver dehors

A l’automne 2020, le confinement est à nouveau de mise et la situation reste en suspens. L’association poursuit ses actions et organise même fin décembre, un réveillon dans la rue.

Lire : A Ivry-sur-Seine, un réveillon dans la rue au temps du Covid

Pendant cette année encore très perturbée par le coronavirus, les discussions se poursuivent entre la ville et l’association, pour trouver un autre local et formaliser le partenariat. La ville prévoit en effet de retravailler le centre Jeanne Hachette vieillissant et de le fermer le passage public la nuit en attendant. L’enjeu notamment est de déplacer les personnes qui dealent sur place le soir. Mais entre l’association et la ville, les discussions achoppent. L’association manque un des rendez-vous avec les élus et le dialogue est en plus en plus compliqué.

Sur le fond, l’association se voit reprocher de n’être pas assez dans les clous dans le suivi des bénéficiaires. La ville lui reproche ainsi de ne pas les orienter vers le Centre communal d’action sociale de la ville (CCAS) pour leur ouvrir des droits sociaux. La mairie fait aussi état de “dégradation du lien aux habitants et usagers” du centre Jeanne Hachette et de difficultés de partage de l’espace public avec les commerçants. L’association, dont l’accueil est inconditionnel, attire aussi des sans abris depuis l’autre côté du périph.

Sur le plan matériel, la ville indique par ailleurs avoir fait constater par ses services d’hygiène que les “conditions dans lesquelles les aliments sont stockés et cuisinés ne sont pas adaptés” et que “les modalités d’occupation du local créaient un risque d’incendie d’origine électrique.”

Au bout du compte, c’est donc la voie judiciaire qui solde le débat, avec une ordonnance d’expulsion, “si besoin avec le concours de la force publique”, précise la ville, assortie d’une amende.

L’association, elle, insiste avoir envoyé des bénéficiaires au CCAS, les chiffrant à 96 en 2020, dont 23 ont ensuite pu être hébergés dans un hôtel à Ivry, précise-t-elle. “Par la suite nous avons contacté le CCAS pour continuer à orienter des personnes. On nous a répondu que cela n’était pas possible. Il y avait déjà les restos du coeur, le Secours populaire. Pour votre information depuis de nombreux mois les assistantes sociales de l’Espace départemental d’Ivry nous orientent des personnes en grande difficulté pour manger le soir ou pour des colis alimentaires d’Urgence. Sur la distribution alimentaire, une personne éducatrice et une assistante sociale bénévole prennent en compte les besoins des bénéficiaires : orientation vers les services sociaux, EDS, Emmaüs solidarité à Maurice Coutant, les hôpitaux pour des soins de santé services PASS. Nous avons fait venir l’ARS ile de France par deux fois pour des dépistages de la covid19 sur la maraude”, ajoute l’association.

De la rue à la scène se défend également d’avoir dégradé les relations à l’intérieur du centre. “Nous sommes en contact chaque jour avec des habitants en galère qui viennent manger, qui viennent nous aider, qui font des dons, qui préparent des plats. La semaine dernière encore, une maman habitant l’une des tours a préparé le couscous. Des commerçants de proximité nous soutiennent avec des dons alimentaires, préparent des
repas. De plus, certains achats de notre association sont réalisés chez les commerçants du centre Jeanne Hachette. Chaque soir nous installons nos propres sacs de poubelles. Une personne bénévole assure la sécurité, renforcée maintenant par les agents ASVP depuis les importants faits de violences sur les quartiers de la ville. Des éducateurs du CAARUD Villejuif viennent sur le lieu de la distribution pour faire de la prévention contre les addictions et vous nous parlez de dégradation du lien social ?”
, s’agace l’association qui a déposé une pétition en ligne.

Lire aussi :

Abonnez-vous pour pouvoir télécharger l'article au format PDF. Déjà abonné ? Cliquez ici.
Un commentaire pour Ivry-sur-Seine: l’association d’aide aux sans abris De la rue à la Scène pétitionne contre son expulsion
Ajouter une photo

N'envoyez que des photos que vous avez prises vous-même, ou libres de tout droit. Les photos sont publiées sous votre responsabilité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi