Culture | Seine-Saint-Denis | 19/10
Réagir Par

Le collectif Arti/Chô, lauréat du premier concours design made in Seine-Saint-Denis

Le collectif Arti/Chô, lauréat du premier concours design made in Seine-Saint-Denis © Charles Henry

Nichée dans le parc qui porte son nom, la Maison Montreau de Montreuil est à la fois une auberge et un tiers lieu. Gérée par un groupe d’entreprises sociales et solidaires, elle s’est associée à un concours de création du département pour équiper ses chambres de lampes au design made in Seine-Saint-Denis. Heureux lauréat : le collectif Arti/Chô. Reportage.

“Pour nous, ça été l’occasion de rencontrer pleins de professionnels, d’échanger sur nos manières de faire. En fait ce concours est surtout une aventure humaine”, se réjouit Mathilde Héraut, 26 ans, membre du collectif, basé à l’Orfèvrerie à Saint-Denis. (Photo de une)

Avec William Gomes, également membre d’Arti/Chô, elle a présenté quelques minutes plus tôt leur création: un modèle de lampe baptisé Zamio. Une imbrication en bois avec un système d’éclairage monté à l’intérieur et enserrée par des cordages. C’est cette création qui a remporté la majorité des suffrages des dix membres du jury ce mardi 12 octobre. “C’est pour moi le projet le plus abouti du début à la fin et qui offre pleins de possibilités de personnalisation“, explique Nadine Gonzales, directrice de Casa 93, une école de mode basée à Montreuil.

Des lampes pour la Maison Montreau

C’est aussi celui qui trouve le meilleur équilibre avec le lieu“, souligne Damien Beslot du collectif d’architectes Quatorze, qui a participé à la rénovation de la Maison Montreau. L’objectif de ce premier concours “In design et réemploi”, lancé en partenariat avec le conseil départemental, était de proposer une lampe de table conçue à partir de matériaux recyclés et en harmonie avec la dizaine de chambres que compte l’auberge. A la clé : une commande d’une valeur de 1 500 euros.

“L’activité principale de la Maison Montreau, explique Morgane Mangin, sa co-fondatrice et directrice, c’est l’hôtellerie-restauration. On crée des parcours d’insertion pour former des personnes éloignées de l’emploi aux métiers du tourisme, de l’hôtellerie et de la restauration.” Derrière ce projet, se trouvent Baluchon, le groupe d’entreprises sociales et solidaires de Romainville, et l’association A table citoyens. Ils ont récupéré la gestion du site après avoir remporté un appel à projets de la mairie de Montreuil pour en faire un tiers-lieu.  

Lorsque l’on a engagé une deuxième série de travaux pour rénover les chambres, poursuit Morgane Mangin, on a fait appel à une association, Initiatives solidaires, pour la création du mobilier à partir de réemploi. L’idée a germé de laisser la place à un créateur ou une créatrice de Seine-Saint-Denis pour concevoir un modèle de luminaire qui s’intégrerait sur le bureau dans les chambres. D’où cette idée de concours avec In Seine-Saint-Denis“, la “marque du territoire” qui soutient la Maison Montreau depuis son lancement en 2018. Un concours qui reflète “le nouveau modèle économique qu’est en train d’inventer la Seine-Saint-Denis. Elle la capitale de l’économie sociale et solidaire“, selon Belaïde Bedreddine, adjoint au maire de Montreuil et vice-président du conseil départemental chargé de l’écologie urbaine,

© Charles Henry
Morgane Mangin présente à Bélaïde Bedreddine une chambre rénovée de la Maison Montreau

Réemploi

En dehors de l’attachement au département, les participants au concours devaient inscrire leur création dans une démarche de récupération de matériaux. On a utilisé les chutes que l’on récupère de nos chantiers et dans les projets qu’on mène avec le territoire comme celui de la ferme urbaine Terre-Terre à Aubervilliers“, indique William Gomes. Pour le concours, les deux designers et menuisiers d’Arti/Chô ont proposé plusieurs déclinaisons de leur lampe en pin maritime ou contreplaqué. La décoration textile quant à elle est faite à partir des cordes de traçage de chantier. “On a également réfléchi à pouvoir la monter avec des jeunes ou des moins jeunes qui n’ont pas l’habitude de travailler avec du bois“, ajoute Mathilde Héraut.

Prix coup de cœur : la lampe Nuage

Deux autres prix ont été attribués par ce premier concours In design et réemploi organisé par le département. Le prix coup de cœur a été attribué à la lampe Nuage, dessinée par l’Atelier R-are. “Ele est fabriquée à partir du bois de porte palière en chêne, détaille Rachel Bergeret, co-directrice de l’atelier.

L’objectif était de fabriquer nous-même nos propres chutes de fabrication puisqu’on utilise ces portes pour nos projets. C’était aussi que cet objet puisse servir de support d’apprentissage à nos salariés en insertion et qu’ils puissent à travers un bel objet de petite taille suivre toutes les étapes depuis le démantèlement des portes à la finition en passant par la découpe et le collage.” Une dimension à laquelle a été particulièrement sensible Marie-Lucie Sciarli, directrice générale d’Initiatives Solidaires et membre du jury.

© Charles Henry
Ludovic Buron et Charlotte Winné du collectif Noue Atelier à Montreuil.

Prix du public : la 402 ml

Le détournement de la bombe de peinture propre aux graffeurs, à quant à elle, fait le succès de la « lampe 402mL » (du nom du contenant) auprès du public qui pouvait voter sur le compte instagramm d’In Seine-Saint-Denis du 9 au 12 octobre. Si l’aboutissement de ce luminaire a été salué par le jury, il ne correspondait toutefois pas à l’univers esthétique de la Maison Montreau.

On est très touché parce que grâce à ce prix on voit la force du réseau, ce qui n’est pas facile à créer“, commente Charlotte Winné. “Ça motive, ajoute Ludovic Buron, parce qu’on se concentre sur le faire, pas sur le commerce. On travaille sur commande, on fait du sur-mesure si on nous le demande.Tous deux ont formé le collectif Noue Atelier, installé au Fablab Ici Montreuil.

Leur création sera exposée dans les quatre boutiques “Les tatas flingueuses”, qui promeut le label In Seine-Saint-Denis, ainsi que le lampe “coup de cœur du jury”, Nuages.

Abonnez-vous pour pouvoir télécharger l'article au format PDF. Déjà abonné ? Cliquez ici.
Aucun commentaire pour Le collectif Arti/Chô, lauréat du premier concours design made in Seine-Saint-Denis
    Ajouter une photo

    N'envoyez que des photos que vous avez prises vous-même, ou libres de tout droit. Les photos sont publiées sous votre responsabilité.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    A lire aussi