Santé | | 28/05
Réagir Par

Le super vaccinodrome du Min de Rungis mode d’emploi

Le super vaccinodrome du Min de Rungis mode d’emploi
COVID19 en Val-de-Marne : Voir la page

Au début avril 2020, le marché d’intérêt national (Min) de Rungis avait transformé l’un de ses entrepôts frigorifiques en morgue provisoire, au pic de la première vague du coronavirus. Un an plus tard, c’est un super vaccinodrome contre ce même virus qui ouvre dans le pavillon Rungis Events. Une perspective nettement plus réjouissante! Tour d’images et infos pratiques.

Inauguré ce jeudi 27 mai, le centre ouvre mercredi 2 juin et il sera possible de prendre rendez-vous dès le lundi 31 mai, sur Doctolib. Un numéro de téléphone sera également mis à disposition. Pour rappel, toutes les personnes de plus de 18 ans seront éligibles à la vaccination dès le 31 mai.

Le centre sera ouvert de 13h à 21h, du lundi au vendredi et à partir de 9 h le samedi, et “proposera prochainement des créneaux spécifiques le matin à l’attention des professionnels du marché”, explique Camille Degroote, responsable opérationnelle du centre, par ailleurs chargée de projets et partenariats à la Croix Rouge Ile-de-France.

A lire : Passe sanitaire : où se faire vacciner ou dépister dans le département

Plus de 4 000 doses dès la première semaine

Au total, 20 box ont été installés, dont la moitié ouvriront dès la semaine prochaine avant une montée en charge progressive. Le centre devrait ainsi démarrer autour de 4 000 – 4 500 doses la première semaine, puis 6 000 à 7 000 doses. Alors que le plus gros centre actuel du département, celui de Nogent-sur-Marne, est déjà monté en charge à environ 15 000 doses la semaine avec 8 box, la marge de progression est importante et le centre devrait pouvoir aller largement au-delà après la période de rodage. A titre de comparaison, le plus gros centre de vaccination actuel d’Ile-de-France, celui du Stade de France en Seine-Saint-Denis, s’approche désormais des 30 000 doses par semaines. Voir les chiffres Ile-de-France en fin d’article.

Augmentation massive des doses disponibles

Cette montée en puissance devrait être permise par l’augmentation massive des doses prévue au mois de juin avec 70 000 la semaine prochaine, puis 80 000 la semaine suivante, a précisé Eric Véchard, directeur de la délégation Val-de-Marne de l’Agence régionale de santé (ARS). Selon les dernières données de Santé Publique France, les contingents de vaccins Pfizer pour les centres du Val-de-Marne devraient être (en comptant 6 doses par flacon) de 93 600 la semaine du 6 juin, puis de 90 090 les deux semaines suivantes, 79 560 la dernière semaine de juin et première de juillet, avant de retomber à 36 370 mi-juillet. De quoi permettre une vaccination massive en juin, dès 18 ans.

Un nécessaire rééquilibrage géographique

Dans le Val-de-Marne, ce super centre va aussi permettre de rééquilibrer géographiquement l’offre de vaccination car si le département compte actuellement 20 centres répartis un peu partout, les plus gros sont tous situés à l’Est du département. (Voir les chiffres en fin d’article). Le Conseil départemental avait aussi proposé d’opérer un centre au parc interdépartemental de Choisy-le-Roi mais la proposition n’a finalement pas été retenue par l’Etat. Le Département, qui a déployé des équipes mobiles pour vacciner les pensionnaires des résidences autonomie en début d’année, a en revanche également proposé de les déployer auprès de ses 1800 auxiliaires de puériculture et 1100 agents des collèges pour accélérer le processus. “Nous avons obtenu l’accord de la préfecture mais pas celui de l’ARS”, explique-t-on au département.

Lire aussi : Tous les centres de vaccination Covid-19 en Val-de-Marne

Une logistique à l’échelle du défi

Alors que sur les 20 centres de vaccination grand public du département, 18 sont opérés sont par les communes et 2 par des hôpitaux (le CHI de Villeneuve-Saint-Georges et l’hôpital Inter-Armées Bégin de Saint-Mandé), le vaccinodrome de Rungis sera piloté par l’Etat avec le soutien logistique de la Semmaris (la société d’économie mixte qui exploite le Min), des villes de Chevilly-Larue et de Rungis, de la Brigade des Sapeurs pompiers de Paris (BSPP) et de la Croix Rouge. Les villes ont travaillé en amont en recensant les personnels soignants qui interviendront sur le centre, en préparant des listes d’attente pour éviter des doses perdues et encore en fournissant un peu de matériel comme des chaises. La BSPP, qui opère par ailleurs en autonomie le gros centre de vaccination de la Porte de Versailles, va mettre à disposition 10 pompiers vaccinateurs en permanence, qui seront complétés par d’autres professionnels de santé, étudiants, vétérinaires… La Croix Rouge va aussi fournir des secouristes bénévoles et des professionnels.

Au total, une quarantaine de personnes assureront le fonctionnement du vaccinodrome en permanence, avec notamment 4 infirmiers par par lignes de 5 box, 4 médecins ainsi que que 3 infirmiers pour la préparation des doses du centre. Des personnels administratifs s’occuperont en parallèle de la saisie des informations pour pouvoir délivrer le certificat de vaccination.

“Ce que je vois ici est au-delà de ce que j’avais imaginé”, s’est réjouie la préfète Sophie Thibault, qui a inauguré le site hier en compagnie des partenaires, tandis que le président de la Semmaris, Stéphane Layani, rappelait le rôle du Min depuis le début de la pandémie, continuant à fonctionner non stop et à nourrir l’Ile-de-France même au sommet de la première vague.

Le vaccinodrome de Rungis mode d’emploi

Dans le méandre des pavillons de grossistes qui constituent une véritable ville dans la ville, le centre de vaccination est indiqué depuis toutes les entrées du Min, fléché à chaque intersection. Le QR code intégré au E-ticket téléchargeable lors de la réservation permettra aux personnes de passer le péage gratuitement. Une fois devant le centre, un parking gratuit est également à disposition.

Après, le circuit s’effectuera en trois étapes, accueil et auto-remplissage d’un questionnaire pour évaluer ou non la nécessité de rencontrer un médecin, vaccination dans l’un des 20 box, puis attente dans la dernière partie du pavillon pendant les 15 minutes réglementaires, en attendant de se faire appeler pour récupérer son certificat de vaccination.

La convocation à télécharger pour passer le péage du MIN
Signalisation
Accueil
Les 20 box de vaccination
Salle d’attente post-vaccination
Sortie avec les certificats de vaccination

Les chiffres des centres de vaccination en Val-de-Marne et Ile-de-France

Ci-dessous la répartition des doses par centre d’Ile-de-France la semaine du 24 mai (données Santé Publique France en comptant 6 doses par flacon. En réalité, les centres tournent plutôt à 6,5 voire 7 doses par flacon)

Ci-dessous la répartition en Val-de-Marne, avec les mêmes paramètres

Lire aussi :

Lire tous nos articles sur le thème Coronavirus en Val-de-Marne

A lire aussi sur le thème Coronavirus en Val-de-Marne

Le coronavirus continue de refluer en Ile-de-France
Handicap: les suspensions pour non vaccination affectent l’Institut Le Val Mandé
Appel aux volontaires pour expérimenter les risques de Covid en boite de nuit
Un centre de vaccination éphémère à l’université de Créteil
100 classes fermées pour Covid-19 en Seine-Saint-Denis
Coronavirus en Ile-de-France: nouvelle décrue hospitalière
Abonnez-vous pour pouvoir télécharger l'article au format PDF. Déjà abonné ? Cliquez ici.
COVID19 en Val-de-Marne : Voir la page
Aucun commentaire pour Le super vaccinodrome du Min de Rungis mode d’emploi
    Ajouter une photo

    N'envoyez que des photos que vous avez prises vous-même, ou libres de tout droit. Les photos sont publiées sous votre responsabilité.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    A lire aussi