Entreprendre | | 16/11
Réagir Par

Les jeunes pousses de la Foodtech investissent le cœur du Min de Rungis

Les jeunes pousses de la Foodtech investissent le cœur du Min de Rungis © FB

Depuis sa création en 2015, l’incubateur et pépinière d’entreprise Rungis & Co, qui accueille les startups de l’alimentation innovante, était logée à la périphérie du marché, dans le quartier administratif. Il vient de déménager dans le cœur battant du MIN. Un appel aux nouvelles entreprises de la foodtech en quête d’incubation est lancé jusqu’au début décembre. Reportage.

De Upcycle, la toute jeune pousse qui produisait des champignons à partir de marc de café recyclé dans les caves de Rungis, devenue experte en recyclage des biodéchets, à Pandobac et son service de bacs réutilisables pour une livraison zéro déchet, en passant par…, les success-stories de la pépinière d’entreprise Rungis & Co ne manquent pas.

“Ça marché ! Nous avons reçu plus d’une centaine de start-up et de PME, qui ont pu grossir, certaines ont réussi. Désormais nous ouvrons cet espace au cœur du marché pour leur permettre d’être au contact des entrepreneurs. Il faudra se lever tôt bien sûr mais ils pourront ainsi mettre en pratique ce gigantesque champ d’expérimentation qu’est notre marché”, motive Stéphane Layani, président de la Semmaris, la société d’économie mixte qui gère le marché, qui inaugurait la nouvelle surface ce mardi matin.

Les nouveaux locaux de 800 mètres carrés accueillent une trentaine de postes de travail ainsi que des espaces de coworking, de réunions et de convivialité.

“Pendant un an, ils (les professionnels de Rungis & co) m’ont aidé à monter mon entreprise avec un accompagnement sur le juridique, la comptabilité, la levée de fonds. Maintenant, nous voulons approvisionner les commerces, vendre aux grossistes et aux détaillants. Ici, nous avons la possibilité de les rencontrer sur leur lieu de travail. Dans la cité administrative, nous étions plus éloignés et à des horaires où il n’y a plus grand monde sur le marché”, se projette déjà Mourad Ouali qui a créé la société Natur’ailles pour proposer de la charcuterie à partir de bœuf.

“J’ai des produits maraîchers, des fruits, des céréales ou des tubercules relativement peu proposés à la vente en France et il y a plusieurs grossistes spécialisés dans les produits exotiques sur le Min. Cela peut être intéressant de voir comment ils travaillent et de collaborer avec eux”, abonde Emery Sani Ndjamo, à l’initiative de la société Ô Koh qui commercialise des produits d’exploitations agricoles du Cameroun.

Consciente de la concurrence accrue que se livrent les grands comptes dans la captation des start-ups de la Food Tech, cles innovations au service de l’industrie alimentaire, la Semmaris a décidé de bichonner les entrepreneurs. Au-delà des espaces habituels de bureaux, le bâtiment dispose ainsi d’une chambre froide et d’ espaces de stockage.

La gestion de cet espace a été confiée via un appel d’offre à Schoolab, accélérateur d’entreprises qui a déjà piloté des incubateurs et pépinières d’entreprises pour Sanofi, GRDF, L’Oréal ou Enedis. “Trois personnes vont être dédiées à la gestion et l’animation de ce site. Ils auront également une équipe support d’une dizaine de collaborateurs. Nous pouvons proposer un accompagnement personnalisé aux entrepreneurs en fonction de leurs besoins et de l’état de maturation de leur projet”, résume Jacques Galvani, l’un des dirigeants.

Promotion 2022 : appel à projets jusqu’au 5 décembre

L’incubateur prendra en charge une nouvelle promotion début 2022. Les candidatures sont ouvertes jusqu’au 5 décembre 2021. La durée initiale de cet accompagnement est de un an mais peut être ensuite prolongée en fonction des besoins.

Lien pour candidater

Abonnez-vous pour pouvoir télécharger l'article au format PDF. Déjà abonné ? Cliquez ici.
Aucun commentaire pour Les jeunes pousses de la Foodtech investissent le cœur du Min de Rungis
    Ajouter une photo

    N'envoyez que des photos que vous avez prises vous-même, ou libres de tout droit. Les photos sont publiées sous votre responsabilité.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    A lire aussi