Publicité
Publicité : Welcome94 - l'énergie d'entreprendre
Urbanisme | Val-de-Marne | 09/07
Réagir Par

Maisons d’architecte en Val-de-Marne: 1er palmarès du CAUE

Maisons d’architecte en Val-de-Marne: 1er palmarès du CAUE © Charles Henry

Transformer un garage en pièce à vivre pour gagner de la place, redessiner les pièces pour profiter de la lumière du soleil… customiser son habitat à son mode de vie ne nécessite pas forcément le recours à un architecte mais leur compétence et leur créativité peut permettre d’aller plus loin dans son ambition sans forcément faire exploser les coûts. C’est ce qu’a voulu démontrer le Conseil d’urbanisme et de l’environnement (CAUE) du Val-de-Marne en organisant son premier palmarès “Architectures habitées”. Les lauréats étaient dévoilés ce mercredi à la Médiathèque de l’Architecture et du Patrimoine, à Charenton-le-Pont.

C’est encore mieux que ce que l’on avait imaginé“, confie Jean-François qui vit à Champigny-sur-Marne avec Gilles. “La maison tournait le dos au jardin et il fallait d’une certaine façon la faire pivoter“, explique-t-il. Achevée en 2015 après huit mois de travaux, l’extension de 25m2, pensée par l’architecte italienne Francesca di Marchi, a changé leur façon de vivre.
C’est le meilleur hommage que l’on puisse rendre au travail de l’architecte“, souligne Samuel Besnard, le président du conseil d’urbanisme et de l’environnement du Val-de-Marne (CAUE). “Le palmarès démontre la réelle et parfois considérable plus-value du recours à l’architecte par un propriétaire quel que soit le type de bâti ou les caractéristiques de son patrimoine“, poursuit-il.

Au total, 41 candidatures constituées de binômes propriétaires / architectes ont été reçues par le CAUE entre septembre et octobre dernier. Parmi les 25 projets validés, le jury du palmarès a décidé d’en distinguer dix: deux lauréats, trois mentions spéciales et cinq projets remarqués, dont un qui a également reçu la majorité des 1 500 votes du public. “Ce fut un moment d’échanges très riches autour des enjeux qui ont permis de gérer les problèmes présentés, des techniques de construction, de la qualité des matériaux, sans oublier les problématiques écologiques ou énergétique, et surtout de la qualité des espaces à vivre“, se réjouit Laëtitia Grigy, architecte et directrice du CAUE,

Pas besoin de geste architectural ostentatoire pour améliorer le bien vivre d’un habitat

Les deux lauréats illustrent bien comment le travail de l’architecte s’inscrit dans une démarche d’amélioration de l’habitat. “On vivait dans un appartement, raconte Iris. On avait presque abandonné l’idée d’acquérir une maison et on s’était plutôt reporté sur l’achat d’un garage et il se trouve qu’une connaissance en vendait un… mais aussi une maison.” Située à Cachan, elle n’est habitable qu’à l’étage, le rez-de-chaussée étant occupé par le garage. “Nous n’en avons pas tout de suite perçu le potentiel“, poursuit Thierry, qui, comme sa compagne, est passionné d’architecture. Ania et Jérémie Brault (Labopop Architectes) acceptent alors de visiter les lieux avant l’achat. Ainsi naît le projet “Dune”, du nom du roman de science fiction de Frank Herbert. La solution : augmenter l’espace de vie en réaménageant le garage en cuisine et en salle de séjour. Une transformation qui a séduit le jury par sa simplicité. “Ce n’est pas un geste architectural fort“, commente Laëtitia Grigy. Mais il a permis ” un mieux-vivre en famille avec une grande économie de moyens, en restant dans l’enveloppe prévue.”

© Sylvain Duffard
La maison Dune à Cachan – Ania et Jérémie Brault (Labopop Architectes)
© Sylvain Duffard
La maison Dune à Cachan – Ania et Jérémie Brault (Labopop Architectes)

L’autre projet lauréat contraste avec ce dernier. L’extension réalisée à Champigny par Francesca di Marchi (Nim Architecture) pour Jean-François et Gilles a été baptisée “Jeux d’angles”, en raison de la forme triangulaire du volume créé. Le projet a notamment retenu l’attention en raison de l’utilisation audacieuse du corten, un acier qui rouille en surface. “C’est un matériau que l’on voit beaucoup à Barcelone et que je voulais utiliser depuis longtemps“, explique Francesca di Marchi. Ses clients ont tout de suite accepté. En revanche, il a fallu trouver la bonne entreprise pour poser les plaques de corten.

© Sylvain Duffard
Jeux d’angles à Champigny-sur-Marne – Francesca di Marchi (Nim Architecture)
© Charles Henry

Un rôle de créatif mais aussi de chef de chantier

Cette interaction avec les artisans constitue l’un des points déterminants du recours à un architecte. “Dans ce vis-à-vis avec les entreprises, l’intervention de l’architecte permet la maitrise des coûts et le suivi du chantier“, assure Iris, habitante de la maison Dune.

Clara Georgelin-Conan (CL&PP Architectes) qui a conçu la Maison Mappa à Fontenay-sous-Bois, mention spécial du palmarès, souligne l’importance de la relation avec les clients “même si elle a été parfois orageuse“. Une relation qui perdure près de trois ans après l’achèvement des travaux, notamment en vue d’un autre projet. “Quand on va les voir, on sent qu’ils sont maintenant chez eux, qu’ils modifient des choses“, explique l’architecte tandis que son associé Pier Paolo Bonandrini donne pour exemple les petits tapis posés par leur cliente Sophie sur le balcon en caillebotis pour pouvoir y marcher en talons. “C’est pratique pour laisser passer la lumière mais on ne pense pas forcément toujours à tout“, admet-il. “Un entrepreneur n’aura pas une vision globale du projet, il n’est pas là pour réfléchir mais pour faire. C’est là que ce fait la différence“, insiste pour sa part Ania Brault.

Le recours à un architecte a néanmoins un coût. Pour donner un ordre d’idée, les honoraires des architectes des dix projets récompensés par le CAUE ont représenté entre 10 et 15% du montant total des travaux.

Un kiosque mobile

Pour aller plus loin, au-delà de ce premier palmarès, le CAUE s’est aussi doté d’un kiosque mobile pour sillonner le département et informer le public.

Au-delà des particuliers, le CAUE cherche aussi “à conseiller les collectivités locales et à les sensibiliser aux enjeux de l’architecture notamment pour laisser la place à une certaine créativité”, rappelle Laetitia Grigy, la directrice. Pour les architectes, cet enjeu est crucial, d’autant que c’est le maire qui délivre les permis de construire.

© Charles Henry

Palmarès 2020-2021 Architectures habitées

LauréatsMaison Dune à Cachan /
Labopop, Ania et Jérémie BRAULT
Jeux d’angles à Champigny-sur-Marne /
Nim Architecture, Francesca DE MARCHI
Prix du publicMaison Périscope au Perreux-sur-Marne /
Emmanuel Cros Architecture
Mentions spécialesMaison Mapa à Fontenay-sous-Bois /
CL&PP Architectes, Clara GEORGELIN-CONAN et Pier Paolo BONANDRINI
Ma cabane à Gentilly / Nicola Spinetto Architectes
Habiter le jardin à Saint-Maur-des-Fossés / Atelier Différent ≠ De, Maxime GRISON et Vincent OBADIA
Maison Rouge à Arcueil / Marc Lafagne Architecte
Bain dans la Marne à Bry-sur-Marne / Mia Architectes
Façade atelier à Saint-Maur-des-Fossés /
Nim Architecture, Francesca DE MARCHI
Extension bois à Nogent-sur-Marne /
Nim Architecture, Francesca DE MARCHI

Abonnez-vous pour pouvoir télécharger l'article au format PDF. Déjà abonné ? Cliquez ici.
Aucun commentaire pour Maisons d’architecte en Val-de-Marne: 1er palmarès du CAUE
    Ajouter une photo

    N'envoyez que des photos que vous avez prises vous-même, ou libres de tout droit. Les photos sont publiées sous votre responsabilité.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    A lire aussi