Réagir Par

Nanterre: comment le commissariat accompagne les femmes victimes de violences

Nanterre: comment le commissariat accompagne les femmes victimes de violences © kmiragaya

Visiophone spécifique, dépôt de plainte dans un bureau isolé : conscient des lacunes dans l’accueil des femmes victimes de violences, le commissariat de Nanterre expérimente une prise en charge “personnalisée” et “efficace”.

“Pour une femme victime, venir au commissariat n’est pas anodin, surtout pour des motifs qui relèvent de l’intime et de la vie privée. C’est pratico-pratique, notre accueil n’était pas du tout adapté”, souligne le commissaire divisionnaire Michel Chaballier, à l’initiative de ce dispositif mis en place en février.

Avant, les victimes devaient sonner à un interphone unique, devant les grilles du commissariat. Une fois dans les locaux, elles formulaient leur demande derrière une épaisse baie vitrée qui les séparait du fonctionnaire de police.

“Elles étaient obligées de parler fort dans le hall, devant tout le monde. Aujourd’hui elles sonnent à un visiophone spécifique, n’ont plus besoin de dire les raisons pour lesquelles elles viennent et reçoivent une prise en charge personnalisée et efficace”, détaille le commissaire.

Les forces de l’ordre disposent donc d’une “trame” avec une série de questions et d’une “grille d’évaluation des dangers”, et ont “pour consigne” de prendre les plaintes dans un bureau isolé. 

Une procédure saluée par Isabelle Steyer, avocate et militante féministe, car “venir au commissariat est un blocage pour les victimes”. 

“L’atteinte à l’intimité, la honte et la peur repoussent les victimes loin des commissariats mais ce dispositif peut permettre de libérer la parole”, espère-t-elle.

Depuis la mise en place de ce dispositif “unique” en Ile-de-France et rarissime en France, 15 femmes sont venues porter plainte pour des faits de violences sexistes ou sexuelles.

L’idée est aussi d‘”accompagner” les femmes qui ont parfois besoin de plusieurs fois avant de porter plainte, explique Salia David, une assistante sociale à demeure au commissariat aux côtés d’une psychologue. 

Pour elle, respecter ces étapes est “essentiel parce que certains conjoints exercent une forte pression notamment sur la garde des enfants”.

Mais finalement, le dépôt de plainte est “indispensable” car il a une “vertu thérapeutique pour la victime” et permet de dire “non à l’emprise et au conjoint”.

“C’est très bien d’accompagner le rythme des victimes et de ne pas défendre le dépôt de plainte à tous crins”, affirme auprès de l’AFP Anne Bouillon, avocate spécialisée dans les violences sexistes et militante féministe, soulignant que la “confidentialité, l’écoute bienveillante et l’explication de la procédure” devraient être “la normalité”.

En 2020, ce commissariat, qui dispose d’un brigade de protection de la famille de quatre agents, a comptabilisé 170 personnes en garde à vue pour “violences conjugales”.

Dans une enquête publiée le 24 mars, le collectif #Noustoutes dénonçait une “mauvaise prise en charge” des victimes de violences par les forces de l’ordre, après avoir recueilli 3 500 témoignages anonymes.

En tout, 66% faisaient état d’un mauvais accueil: 7 sur 10 dénonçaient une banalisation des faits de la part des forces de l’ordre, 55% une culpabilisation de la victime et près de 30% des moqueries.

Dans cette enquête, une plaignante vivant à Angers raconte s’être vu rétorquer : “Pourquoi vous venez porter plainte seulement maintenant ?”. “On m’a fait comprendre que ce serait de ma faute si on ne retrouvait pas la personne, car j’ai trop tardé et que ça ne sert à rien de le faire 15 jours après”, témoigne une autre femme venue déposer plainte à Perpignan en 2019.

Des résultats inverses à ceux d’un audit publié quelques jours plus tôt par le ministère de l’Intérieur, où près de 90% des victimes de violences conjugales ont jugé “satisfaisant” leur accueil en 2020 dans les commissariats et les gendarmeries.

Ce chiffre est “en total décalage avec la réalité de terrain à laquelle les associations féministes sont confrontées, ou avec les témoignages qui se multiplient sur les réseaux sociaux”, a réagi #Noustoutes.

par Alice LEFEBVRE

Abonnez-vous pour pouvoir télécharger l'article au format PDF. Déjà abonné ? Cliquez ici.
Cet article est publié dans avec comme tags
Cet article est publié dans
Aucun commentaire pour Nanterre: comment le commissariat accompagne les femmes victimes de violences
    Ajouter une photo

    N'envoyez que des photos que vous avez prises vous-même, ou libres de tout droit. Les photos sont publiées sous votre responsabilité.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    A lire aussi