Emploi | Ile-de-France | 23/02
Réagir Par

Où et quelles tailles d’entreprises créent de l’emploi en Ile-de-France

Où et quelles tailles d’entreprises  créent de l’emploi en Ile-de-France © CD

Comment les microentreprises, PME (Petites et moyennes entreprises) et ETI (Entreprises de taille intermédiaire) créent de l’emploi quand les grandes entreprises en suppriment. Comment l’ascenseur des plus petites aux plus grandes entreprises fonctionne. Comment la croissance de l’emploi est portée par les groupes français. Quelques considérations chiffrées sur la création d’emploi des entreprises d’Ile-de-France avec l’Insee.

L’Ile-de-France compte environ 4 millions de salariés dans 312 200 établissements d’entreprises du secteur marchand non agricole et en a gagné 116 000 entre 2008 et 2017, au bénéfice des entreprises de taille intermédiaire et des grandes entreprises en raison des rachats d’entreprises. Pour mettre en évidence les dynamiques d’emploi d’une catégorie d’entreprise à l’autre, l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee) a analysé les données démographiques des établissements de 2008 à 2017 (stocks et transferts d’établissements, continuité économique entre établissements…), enrichies de données sur l’emploi et d’informations sur les entreprises. Voir la méthodologie en détail.

Rappel des définitions
Microentreprises : moins de 10 salariés et moins de 2 millions d’euros de chiffre d’affaires ou moins de 2 millions d’euros au bilan.
Petites et moyennes entreprises: moins de 250 salariés et moins de 50 millions d’euros de chiffre d’affaires ou moins de 43 millions d’euros au bilan.
Entreprises de taille intermédiaire: entre 250 et 4 999 salariés et entre 50 millions et 1,5 milliard d’euros de chiffre d’affaires ou moins de 2 milliards d’euros d’euros au bilan.
Grandes entreprises: plus de 5000 salariés et plus de 1,5 milliard d’euros de chiffre d’affaires ou plus de 2 milliards d’euros d’euros au bilan.

Dynamique d’emploi positive de la microentreprise à l’ETI

Il en ressort un premier constat : ce sont les microentreprises qui ont créé le plus d’emplois en interne durant cette période (+69 100) mais leur solde est négatif (- 40 600) car les entreprises qui ont réussi à créer de l’emploi sont sorties de cette catégorie pour devenir des PME. La même dynamique se retrouve dans les PME qui deviennent des ETI.

En bout de chaîne, les grandes entreprises sont les seules à avoir un solde de création d’emplois négatif en interne (- 40 600) mais elles affichent un solde global positif (+ 78 800) du fait des PME et ETI rachetées ou transformées en grandes entreprises.

Les ETI, elles, bénéficient à la fois des transformations de PME en ETI ou des rachats de PME (+ 44 100), et de création en interne (+ 46 800), et affichent un solde positif de 90 900. Voir le tableau de l’Insee ci-dessous.

Décomposition de l’évolution de l’emploi par catégorie d’entreprises entre 2008 et 2017 (effectifs)

Infographie Insee – Données Insee, Clap, Flores, Lifi

Les salariés des ETI et grandes entreprises qui s’investissent dans des microentreprises

Le phénomène des salariés de grandes entreprises ou d’ETI qui créent leur microentreprise ou en rejoignent une, après un départ négocié par exemple, se voit aussi nettement dans ce tableau, avec 1200 emplois issus de grandes entreprises et 500 d’ETI dans les microentreprises.

Au global, les grandes entreprises représentent un tiers des emplois salariés en Ile-de-France

Au global, en 2017, ce-sont les grandes entreprises qui représentent le plus d’emplois salariés en Ile-de-France, ce qui n’est pas le cas dans toutes les régions. “En raison de la présence dans la région de nombreux sièges sociaux de sociétés à rayonnement international, les établissements des grandes entreprises sont surreprésentés en Île-de-France (33 % de l’emploi salarié contre 26 % en France). À l’opposé, les PME et les microentreprises ne concentrent en Île-de-France que quatre emplois sur dix contre près d’un sur deux en France”, explique l’Insee.

Effectifs salariés et répartition (en %) par catégorie d’entreprises en 2017

Infographie Insee – Données Insee, Clap, Flores, Lifi

La croissance de l’emploi est portée par les groupes français

Un autre constat, frappant, est que les créations d’emploi émanent des entreprises contrôlées par des groupes français tandis que les établissements des groupes étrangers ont perdu de l’emploi dans toutes les tailles d’entreprise.

Première région en termes d’attraction des entreprises étrangères, l’Ile-de-France regroupe un tiers des emplois dépendant de l’étranger en France métropolitaine alors qu’elle abrite le quart des emplois salariés d’entreprises. Au total, près de 620 000 emplois (chiffres Insee 2013) sur 4 millions dépendent d’un groupe étranger en Ile-de-France. La part des établissements dépendant d’un groupe est étranger est d’environ 5,5% (chiffres Insee 2013).
Voir étude de l’Insee spécifique sur le sujet.

Variation de l’emploi (en effectifs) selon la catégorie d’entreprises et la nationalité de la tête de groupe entre 2008 et 2017

Infographie Insee – Données Insee, REE, Clap, Flores, Lifi

Saclay et Marne-la-Vallée ont le vent en poupe

La dernière série de chiffres mis en évidence par l’Insee confirme que la dynamique d’emploi des petites ou moyennes entreprises par rapport aux grandes se retrouve dans quasiment toutes les zones d’emploi, en dehors de Versailles – Saint-Quentin et de Saclay.

Concernant les zones d’emploi, l’agglomération parisienne reste le principal pôle d’attraction des emplois (deux-tiers de la région). En dehors de cette masse, Saclay et Marne-la Vallée sont les grandes gagnantes de la décennie 2008-2017 avec des voyants au vert dans toutes les catégories d’entreprise. A noter que sur les 15 zones d’emploi, seules 5 ont un solde d’emploi positif. Roissy est la zone qui perd le plus d’emplois, soit 7600. “En effet, les grandes entreprises, dont Air France et PSA, suppriment 14 900 emplois dans la zone, et les PME 800 emplois”, note l’Insee.

Zone d’emploi – définition de l’Insee : c’est un espace géographique à l’intérieur duquel la plupart des actifs résident et travaillent. Le découpage se fonde sur les flux de déplacement domicile-travail des actifs observés lors du recensement de 2016.
En savoir plus sur les zones d’emploi franciliennes

Zone d’emploiNombre d’emplois en 2017Variation totaleMicroPMEETIGrandes entreprises
Total115700667804155046850-39480
Paris3 829 900106100477004180043200-26600
Saclay221 000154002200150027009000
Marne-la-Vallée177 70013850390022007100650
Évry193 1007800280030003900-1900
Coulommiers17 40020150-250220-100
Provins15 300-52050-200-350-20
Rambouillet24 600-520100300-50-950
Meaux51 200–1250300-250400-1700
Melun65 400-1410-70-300-240-800
Étampes30 800-1580-150-25020-1200
Cergy-Vexin189 000-25002000-100-2800-1600
Fontainebleau-Nemours58 500-2550-300-1400-50-800
Seine-Yvelinoise231 900-3960900-2900-1900-60
Versailles-Saint-Quentin290 000-55001400-800-76001500
Roissy335 900-76005800-8002300-14900
Infographie 94 Citoyens – Données Insee, REE, Clap, Flores, Lifi

Voir étude à l’échelle nationale

Abonnez-vous pour pouvoir télécharger l'article au format PDF. Déjà abonné ? Cliquez ici.
Aucun commentaire pour Où et quelles tailles d’entreprises créent de l’emploi en Ile-de-France
    Ajouter une photo

    N'envoyez que des photos que vous avez prises vous-même, ou libres de tout droit. Les photos sont publiées sous votre responsabilité.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    A lire aussi