Entreprendre | | 18/10
Réagir Par

Paris Est Marne et Bois: ces entreprises qui ont innové pendant la crise sanitaire

Paris Est Marne et Bois: ces entreprises qui ont innové pendant la crise sanitaire

Comment les entreprises ont-elles réussi à dépasser la crise sanitaire en adaptant leur manière de travailler, créant de nouveaux produits ou services, développé la solidarité ? Pour mettre en lumière les meilleurs initiatives, le territoire Paris Est Marne et Bois avait organisé un concours qui a attiré près de 160 entreprises. Les 7 lauréats étaient dévoilés ce mardi 12 octobre au pavillon Baltard de Nogent-sur-Marne. Coup de projecteur.

L’initiative est venue du réseau de clubs d’entreprises Coaxion 94, qui fédère 7 clubs d’entreprises du territoire Paris Est Marne et Bois : Affaires et convivialité, Bry Entreprises, Club Gravelle Entreprendre, La Belle Equipe, Saint-Maur Entreprendre, Vivre et Entreprendre et Entreprises dynamiques de Champigny. Animé par la CCI du Val-de-Marne, Coaxion favorise les échanges entre ces clubs qui représentent au total quelques 400 entreprises.

Pour départager les entreprises candidates, le jury avait défini des critères concernant sept catégories : ressources humaines, digital, solidarité, diversité, environnement, jeune cheffe et business. Chaque lauréat a remporté l création d’une vidéo professionnelle de présentation de l’entreprise, des prestations de la Chambre de commerce et une adhésion d’un an à l’un des clubs d’entreprises du territoire.

Ressources humaines : Univoice – Vincennes

Créée en 2005 par Sylvie Rivière, cette entreprise de traduction a à la fois développé le télétravail à la carte et profité de la crise sanitaire pour développer les compétences de ses 7 salariés en leur proposant des cours d’anglais chaque semaine, étendus aux enfants des collaborateurs.

Digital : Sand’Rions – Saint-Maur-des-Fossés

Depuis 2014, Sandrine Hueber, propose du team building par le jeu et des visites thématiques pour découvrir l’histoire autrement. Dans le contexte de la crise sanitaire, elle a développé des jeux de piste et des teams building en visio, avec parfois plusieurs centaines de personnes en même temps, et a commencé à s’adresser aux enfants. “Je n’ai pas vu passer les 18 mois mois et à la suite de cette période, j’ai pu embaucher”, a témoigné la fondatrice.

Solidarité : Explique-moi Pythagore – Saint-Maur-des-Fossés

Créée par Lucas et Corentin Orry, cette plateforme de soutien scolaire à domicile a proposé des cours à distance gratuits pour les élèves en difficulté, pendant le confinement.

Diversité : DM Vins – Villiers-sur-Marne

Troisième meilleur caviste de France 2020, David Morin, installé à Villiers-sur-Marne, a travaillé avec les producteurs pour proposer des bouteilles à dix euros et aussi du vin en vrac, et proposé de la livraison gratuite pour les personnes les plus fragiles.

Environnement : LinkNsport -Saint-Mandé

C’est en 2017 que Sophie Fehringera décidé de créer LinkNsport, une place de marché d’achat et de vente de matériel de sport d’occasion. “Je voulais créer une entreprise qui avait du sens et le sport m’est apparu comme une évidence. C’est du reste en revenant d’une randonnée que l’idée m’est venue”, se souvient la créatrice. Durant le confinement, elle a développé les conseils gratuits, créé une plateforme de troc et renforcé sa communication sur les initiatives autour du sport et de l’environnement.

Jeune cheffe d’entreprise du territoire : Céline Champonnet de Wilma – Vincennes

Céline Champonnet a créé Wilma, un site de vente en ligne de textile de sport cycliste féminin, juste avant la crise sanitaire, en septembre 2019. Ne Pendant le confinement, elle a réalisé des interviews de sportives et développé un réseau d’ambassadrices à travers l’Europe, et aussi lancé des ride en groupe digital grâce à l’application Zwift. Le résultat : un objectif atteint à 150%, a t-elle-confié en récupérant son trophée.

Business (Prix du public) : Arhas International – Champigny-sur-Marne

A Champigny, Arif Hiridjee a créé sa fabrique des accessoires de mode et de chapeaux il y a plus de 30 ans, en 1989. Pendant la crise sanitaire, la société, qui emploie 8 personnes, s’est adaptée en changeant de matière première. Elle a aussi été solidaire en important des masques FFP2 pour les entreprises de BTP et les Ehpads locaux. La PME a aussi rebondi en créant sa propre marque Camalya, dont les produits sont réalisés en fibre naturelle. “Chaque obstacle est une opportunité d’aller plus loin”, a commenté le chef d’entreprise.

Abonnez-vous pour pouvoir télécharger l'article au format PDF. Déjà abonné ? Cliquez ici.
Aucun commentaire pour Paris Est Marne et Bois: ces entreprises qui ont innové pendant la crise sanitaire
    Ajouter une photo

    N'envoyez que des photos que vous avez prises vous-même, ou libres de tout droit. Les photos sont publiées sous votre responsabilité.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    A lire aussi