Politique | | 21/04
Réagir Par

Prison à Noiseau : les élus locaux préparent la riposte

Prison à Noiseau : les élus locaux préparent la riposte © Facebook Yvan Femel

Au lendemain de la présentation par le premier ministre Jean Castex de sa programmation de construction de prisons, confirmant le projet de 800 places à Noiseau, de nombreux élus locaux ont manifesté leur mécontentement et annoncé qu’ils comptaient poursuivre leur mobilisation .

Deux ans et demi après la première évocation d’un projet de prison de 700 places à Noiseau, sur une ancienne friche France Télécom, le gouvernement a confirmé le projet par la voix de son premier ministre, évoquant cette fois une prison de 800 places.

Manifestation le 29 mai

Dans la petite ville d’environ 4700 habitants où la mairie estime à 90% la part de la population hostile au projet, cette annonce n’était pas vraiment une nouvelle puisque Yvan Femel, le maire, l’avait déjà rapportée fin mars après avoir été reçu place Vendôme par le ministre de la Justice, Eric Dupond-Moretti. “Je ne voulais pas une nouvelle fois que nous l’apprenions par la presse et je dois dire que le cabinet du ministre a respecté sa promesse. Pour autant, nous demeurons toujours déterminés à faire échec à ce projet et préparons une grande manifestation le 29 mai prochain en présence de nombreux élus”, explique le maire. Maigre point de satisfaction, la zone sur laquelle le Grand Paris Sud Est Avenir et la mairie prévoient de créer un agro-quartier et que l’on disait compromise par le projet de prison, n’est semble-t-il pas impactée.

D’autres responsables politiques ont réagi à l’annonce du gouvernement comme le président du conseil départemental du Val-de-Marne, Christian Favier. “Ce centre se situerait sur la commune de Noiseau. Ses 800 places viendraient s’ajouter aux 1500 places du centre pénitentiaire de Fresnes, particulièrement vétuste et dont les travaux de réhabilitation tardent. L’étude de terrains alternatifs ne répond en rien aux inquiétudes exprimées par les habitants. Les deux terrains ciblés laissent présager la destruction de terres agricoles, pourtant rares dans la petite couronne parisienne. Par ailleurs, ces deux terrains restent éloignés des transports collectifs,ce qui viendrait complexifier le fonctionnement de l’établissement et l’accès des familles aux détenus. Pour toutes ces raisons, le Département du Val-de-Marne réaffirme donc son opposition à ce projet ni attendu, ni utile au développement du Val-de-Marne.Il se tient à disposition du Maire de Noiseau pour envisager toutes nouvelles actions afin que l’avis du Val-de-Marne tout entier soit entendu au plus haut sommet de l’État”.

La maire d’Ormesson-sur-Marne, Marie-Christine Ségui, dont la ville partage une police municipale avec Noiseau, réitère elle aussi son refus de voir un tel équipement implanté sur le territoire. “Cette prison va drainer de la circulation, des problèmes de stationnement or nous sommes sur un secteur qui cumule les inconvénients. Nous disposons de peu d’accès, peu de transports en commun. A cela s’ajoute les efforts que nous avons entrepris pour construire des logements sociaux comme nous l’impose l’Etat. Nous ne pouvons pas cumuler tous les inconvénients”.

La maire de la commune voisine de Sucy-en-Brie, Marie-Carole Ciuntu, a également témoigné son soutien à Noiseau. “Cela ne fait visiblement ni chaud, ni froid au gouvernement qui se vante pourtant chaque jour d’écouter les élus et « les territoires » selon le jargon technocratique à la mode. En fait d’écoute, cela ressemblerait plutôt à du mépris. Pour les élus mais aussi pour les habitants en grande partie hostiles à ce projet. (…) [Certains] diront que les prisons sont nécessaires et qu’il faut bien mettre les détenus quelque part. Certes, mais pensons d’abord à rénover celles qui existent et qui sont souvent dans un état de très grande vétusté (comme à Fresnes où il reste encore beaucoup à faire). Et s’il faut créer de nouvelles places, choisissons les sites qui sont volontaires (il y en a !) au lieu d’imposer d’en haut, comme au temps de Louis XIV, un centre pénitentiaire à une commune qui n’en veut pas, sans avoir fait la moindre étude préalable sur le sujet. Continuons à dire non au projet de prison à Noiseau ! Nous devons nous faire entendre.  Et le gouvernement doit nous écouter”. Hier, le groupe départemental d’opposition Val-de-Marne autrement (LR et apparentés) avait également fustigé cette annonce.

Lire aussi :

Abonnez-vous pour pouvoir télécharger l'article au format PDF. Déjà abonné ? Cliquez ici.
5 commentaires pour Prison à Noiseau : les élus locaux préparent la riposte
Ajouter une photo

N'envoyez que des photos que vous avez prises vous-même, ou libres de tout droit. Les photos sont publiées sous votre responsabilité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi