Politique | Ile-de-France | 03/03
Réagir Par

Régionales 2020: les têtes de liste EELV en Ile-de-France

Régionales 2020: les têtes de liste EELV en Ile-de-France © Fb

A trois mois des élections régionales en Île-de-France, la liste L’écologie Evidemment menée par Julien Bayou dévoilait ce mercredi ses têtes de liste dans les huit départements et donnait le ton de sa campagne.

Manifestation contre la construction d’une gare du Grand Paris Express à Gonesse, rassemblement de soutien aux salariés de Suez, opposition à l’agrandissement de la gare du Nord, ces dernières semaines, Julien Bayou, tête de liste L’écologie évidemment pour ces élections régionales arpente l’Île-de-France pour s’associer à des luttes et distiller son programme. «Jusqu’à maintenant, la campagne a beaucoup reposé sur mes épaules et il est temps de lancer le deuxième étage de la fusée avec mes colistiers dans les départements», explique-t-il.

Pour rappel, en novembre dernier, un pôle écologique regroupant six organisations politiques (EELV, Génération.s, Génération écologie, Cap 21, MdP et Alliance écologiste indépendante) s’est fédéré autour de la candidature du secrétaire national EELV.

Les huit têtes de liste L’écologie évidemment en Ile-de-France

Tête de liste à Paris (75) : Laurence Abeille (EELV)
Députée EELV du Val-de-Marne de 2012 à 2017 à l’origine de lois sur la condition animale et les ondes électromagnétiques.

Tête de liste en Seine-et-Marne (77) : Jacques Huleux (EELV)
Conseiller municipal d’opposition à Emerainville (77), il a d’abord fait ses armes dans le milieu du militantisme associatif avant de se lancer en politique.

Tête de liste dans les Yvelines (78) : Ghislaine Senée (EELV)
Maire d’Evecquemont (78) de 2008 à 2020, conseillère régionale depuis 2010 et présidente du groupe d’opposition Alternative IDF depuis 2019.

Tête de liste dans l’Essonne (91) : Hella Kribi-Romdhane (Génération.s)
Élue à la région depuis 2010 (ancienne vice-présidente à la formation professionnelle), elle siège dans le groupe d’opposition Alternative IDF et est conseillère municipale d’opposition à Massy (91).

Têe de liste dans les Hauts-de-Seine (92) : Robert Romero (Génération.S)
Élu à la région depuis 2010 (ancien vice-président aux questions internationales), il siège dans le groupe d’opposition Alternative IDF et a été jusqu’en 2020 adjoint au maire de Bagneux (92).

Tête de liste en Seine-Saint-Denis (93) : Kader Chibane (EELV)
Conseiller municipal d’opposition de Saint-Denis (93), ancien maire-adjoint de la commune et vice-président du territoire Plaine commune.

Tête de liste en Val-de-Marne (94) : Annie Lahmer (EELV)
Élue à la région depuis 2015, elle siège dans le groupe d’opposition Alternative IDF. Elle a été conseillère municipale d’opposition à Nogent-sur-Marne de 1995 à 2008.

Tête de liste dans le Val-d’Oise (95) : Carine Pelegrin (Génération écologie)
Principale de collège et conseillère municipale d’opposition à L’Isle-Adam (95).

Pour tenter de s’emparer du conseil régional d’Île-de-France, les écolos ont décidé d’attaquer frontalement la présidente sortante, Valérie Pécresse, taxée de “greenwashing”. «Elle a lancé son budget participatif axé sur l’écologie alors que dans les faits, durant sa mandature, la collaboration avec les associations de défense de l’environnement ont été considérablement réduites. La région est devenue un guichet proposant des politiques publiques descendantes et clientélistes. Or, le rôle de cette collectivité est de planifier avec les acteurs de terrains des solutions», dénonce Ghislaine Senée, qui préside le groupe d’opposition Alternative IDF dans l’hémicycle régional dans lequel siègent des élus EELV, Génération.s et CAP 21. Pas question non plus de la laisser jouer de son atout de femme, défend la conseillère sortante Annie Lahmer, qui juge avec sévérité son bilan sur la cause féminine. «Mieux vaut un homme président de région qui se revendique féministe tel que Julien Bayou que quelqu’un qui n’est pas éco-féministe pour un sou comme Valérie Pécresse», insiste l’élue d’opposition.

Stopper la bétonnisation et les cadeaux aux entreprises

«L’enjeu aujourd’hui pour notre région est de pouvoir construire un avenir viable pour nos enfants à l’heure où nous vivons une crise sanitaire, environnementale et économique. Il faut faire reculer les destructeurs. Préserver les terres agricoles et permettre aux franciliens de pouvoir manger sainement», motive Carine Pelegrin, qui avait conduit une liste pour Génération écologie en 2004. «Les inégalités se sont accrues en Île-de-France au cours de cette mandature, aujourd’hui, des milliers d’emplois sont menacés et Valérie Pécresse continue de distribuer des financements sans contrepartie écologique ou sociale aux entreprises», ajoute Hella Kribi-Romdhane, citant également la nécessité d’agir sur d’autres thématiques telles que la désertification médicale ou l’accès à des transports en commun de qualité en particulier pour les habitants de la grande couronne.

Quid de l’union de la gauche ?

Si la liste met en avant des personnalités ayant occupé des fonctions dans l’exécutif de Jean-Paul Huchon, de 2010 à 2015, pour témoigner de son expérience, ses membres expliquent avoir à la fois pris certaines distances avec leurs camarades socialistes tout en reconnaissant dialoguer avec eux. «Nous avons été des partenaires de majorité exigeants et nous n’avons pas toujours obtenu ce que nous demandions. C’est grâce à nous en revanche si le tarif unique du pass Navigo a été adopté», rappelle Ghislaine Senée. «Il y a eu une rupture politique pendant le mandat de François Hollande avec la déchéance de la nationalité ou le CICE. Puis entre temps, les partis au sens large ont vu leur influence s’affaiblir, et à l’inverse, les collectifs citoyens ont pris de l’importance. Aujourd’hui, nous voulons rester fidèles à nos convictions», ajoute Hella Kribi-Romdhane. «Notre objectif cette fois-ci, c’est d’être au second tour, de gagner et de faire de l’écologie la force propulsive de la majorité régionale», conclut Julien Bayou.

Dans un sondage, Valérie Pécresse fait la course en tête

Pour l’heure, la présidente sortante mène toutefois la course dans le premier sondage publié par l’Ifop-JDD mardi, qui crédite la candidate Libres (soutien LR- UDI) de 33% des intentions de vote au premier tour contre 15% pour Jordan Bardella (RN), 13% pour Audrey Pulvar (PS- PRG), 13% pour Laurent Saint-Martin (LREM/Modem/Agir), 11% pour Julien Bayou et 10% pour Clémentine Autain (LFI/PCF).

Lire aussi :

Abonnez-vous pour pouvoir télécharger l'article au format PDF. Déjà abonné ? Cliquez ici.
4 commentaires pour Régionales 2020: les têtes de liste EELV en Ile-de-France
Ajouter une photo

N'envoyez que des photos que vous avez prises vous-même, ou libres de tout droit. Les photos sont publiées sous votre responsabilité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi